I wish I was still in the 90s.

5 jours après la cérémonie de fermeture des JO, je me délecte toujours autant de cette séquence émotion Spice Girls… So 1997.

Le rouge-à-lèvres dégueulasse sombre, les tops au-dessus du nombril, la « French » manucure (je sais pas si on doit vraiment se vanter d’une pareille invention), la G-shock, la fourrure, les imprimés léopard, tartan, fluo… PORTÉS TOUS EN MÊME TEMPS, Champion USA, Buffalo, Flik Flak et consors au top des ventes…

Cette ère fantastique que les moins de 20 ans n’ont pas pu connaître, où des talons inférieurs à 14cm étaient considérés comme « plats », où arborer un t-shirt « Spice up your life » était un peu le summum de la classe (true story), où les All Saints n’étaient rien d’autre que le mal incarné.

Facebook Comments

De l’exorcisme suisse.

Voilà. 4 mois plus tard, je survis suis toujours en Suisse. Et finalement tout va bien ! Ma vie est douce et Genève, une ville pas si chiante plutôt chouette. Ce rythme au ralenti à la cool, me fait un bien fou après Paris finalement. Davantage de temps pour moi, pour les autres, et pour le petit monstre qui a récemment fait son entrée dans la famille.

Un point négatif toutefois: il faut bien le dire, publicitairement parlant, je n’ai pas rejoint la Mecque de la com… mais je vous rassure, je le savais avant d’arriver ! Il n’est donc pas rare que je me sente en « décalage », en retard, voire complètement #old… par rapport à ce qui peut se passer sur la « CAPITALE » (mon petit côté francaise de Province qui s’exprime). Plutôt chiant quand on a un job qui consiste principalement à faire de la veille..! Heureusement (oui car je travaille toujours donc c’est bien que j’ai trouvé une solution) je reste SOCIAL (ceci n’est pas une faute d’orthographe, uniquement de l’anglais) et cela me permet de ne pas trop décrocher.

Fermons maintenant le carnet des plaintes pour parler du coeur de cet article: les BONNES surprises. C’est vrai, il m’arrive de tomber sur de petites perles publicitaires. Quand je peux, je prends en photo les prints qui m’interpellent (en bien ou en mal, le tram genevois se révèle être un sacré vivier) ou alors je me débrouille pour les retrouver en ligne (trop 2.0 digital du web online !). Ce fut le cas pour le spot juste en bas: hier, je me suis retrouvée devant ce truc complètement #wtf et #lolifiant pour Zalando Suisse. Et, après m’être demandé si la régie pub suisse de M6 avait été prise en otage ce que j’avais vu était bien réel, j’ai fini par rigoler.

Facebook Comments