Survivre avec Charlotte Moreau (vestimentairement parlant).

Je me lance aujourd’hui dans un tout nouveau genre de post, à savoir la critique littéraire. Je me DEVAIS de vous parler de la petite pépite qu’est le déjà culte Antiguide de la mode, écrit par notre Bali nationale (qui passera, sans aucun doute, dans la catégorie worldwide lorsque le bouquin sera traduit en 32 langues).

 

Antiguide_de_la_mode_charlotte_moreau_couverture1

Il y a quelques semaines, quand Charlotte m’a murmuré dans le creux de l’oreille qu’elle souhaitait m’envoyer un petit truc (en fait c’était juste un message privé sur Twitter mais c’est l’effet que ça m’a fait…), je me suis dit que j’allais recevoir une carte postale (ambiance fêtes de fin d’année, neige, ski et montagne obligent). Hé puis, en fait non, c’est bien un petit paquet qui est arrivé à la maison, contenant une véritable bombe: LE premier livre de Charlotte Moreau (avec du vrai carton en couverture, un petit logo “J’ai lu” et même une petit bio en quatrième). Un VRAI bouquin quoi. J’imagine à peine la fierté et le sentiment de réalisation de madame (pourtant déjà journaliste) à l’idée d’avoir pu coucher toutes ses “pensées” sur 155 pages (vous allez vite comprendre les guillemets).

Petit… mais COSTAUD L’Antiguide. Un concentré de rigolade, je l’ai dévoré le temps d’une petite heure de train et, sans déconner, c’est bien la première fois que j’ai éclaté de rire (avec du bruit et tout) devant un bouquin, au point d’en étonner ma voisine de TER (pourtant absorbée par “cette passion française” qu’est Julie Gayet).

1538721_206033482924105_654015813_n

Attention toutefois. Si vous n’êtes pas un minimum intéressé par la mode, le shopping toussa toussa… vous n’accrocherez pas. Donc NE CHERCHEZ PAS LA MERDE si ce genre de sujet ne vous parle pas (d’ailleurs, qu’est-ce que vous foutez ici ??). Je dis ça avec une pensée toute particulière pour mon mec qui a abandonné la lecture au bout de deux minutes en lançant un misérable “Bon allé… Tiens. Je comprends rien”. La plume blogueuse mode, cette langue inconnue des hommes.

Il faut savoir que Charlotte a un don. Celui de trouver LA référence qui tue à CHAQUE FOIS (le tout, avec une touche Super Connasse fort appréciable (à prononcer sur l’air de Super Timor !) (d’ailleurs ça vous rappellera peut-être quelque chose):

– “Doudoune à l’heure de pointe” ou “Valise quand on a une correspondance à Châtelet, St Lazare ou Montparnasse” dans la rubrique “Victime du métro“, parce que… j’en transpire rien que d’y repenser,

– “Sexy mais pas vulgaire”, c’est comme “maigrir sans effort”, si c’était vraiment possible, ça se saurait“, parce qu’on devrait placarder ça sur tous les dressings de France (surtout les sudistes… ohhhh je rigoooooole !).

– “Réhabilitez le mouchoir en tissu, petit écosystème logé au fond de votre poche” dans la rubrique “Comment prendre 20 ans en 5 minutes“, parce qu’on connaît tous au moins un individu qui a décidé de dire non au papier (B*******, si tu me lis…),

– Ou encore, dans “Le planter du bâton“: “Contrairement aux années 90 où le bonnet à pics fluo était arboré par les monoskieurs (= aristocratie des pistes), le degré d’hystérie du bonnet est aujourd’hui inversement proportionnel au niveau de ski de son propriétaire“. Au-delà du fait que cette punchline me parle incroyablement, j’apprécie la bienveillance derrière l’adjectif “hystéro” (relevant le caractère un peu “foufou” du porteur et l’excusant presque… personnellement, ils sont et resteront TOUJOURS des “bonnets à la con”).

Le pire c’est que MÊME quand la référence n’est pas EXACTEMENT celle que j’aurais utilisée, c’est réussi. Un peu comme quand l’auteur (putain, Charlotte, pendant un moment j’ai pensé à toi comme si je passais mon oral du bac de Français…) associe les “moulinets de bras” à “Gangnam Style” alors que tout le monde sait que la vraie star du moulinet c’est Madonna.

(à partir de 5:08min si tu me crois pas)

Puisque je suis lancée sur les reproches, je vais aussi pouvoir t’avouer un truc, Charlotte…
Ne le prends pas mal hein…
Mais ton livre est bordélique.

Ceci dit, j’ai adoré ça :P
Entre quizz, citations et anecdotes en tout genre, on est trimballé dans tous les sens, sans la moindre logique, pris de surprises en surprises, ballotés de situations en situations, avec l’envie irrépressible de savoir ce qui arrive “après”. Après, par exemple, que tu réussisses à mettre des mots sur une odeur jusqu’alors indescriptible, celle de l’autobronzant (je cite “des fourbes autobronzés qui sentent le cochon d’Inde“). Ou bien après nous avoir prouvé que, finalement, tout était TELLEMENT facile (“Plantez quelques clous tordus dans un bandeau. Et voilà un headband très Passion du Christ” dans la section “Comment marquer les esprits dans un lieu de culte“). Ou encore après nous avoir, une fois de plus, démontré ton incroyable sens de la formule (“Les meilleures pièces d’une collection ne sont jamais soldées, toujours sold out, nuance“). Je m’incline.

photo

Vous l’aurez compris, je vous INTERDIS de passer à côté de “L’Antiguide de la mode” !!!

unnamed

Peut-être même que vous l’avez déjà lu !?

Et la MEILLEURE BLOGUEUSE de tous les temps est…

Il fallait quand même que je vous parle un jour de mes blogueuse (mode) préférées. Surtout que ça fait une semaine que je vous tease avec cet article ;)

Certaines sont “connues”, d’autres moins, elles ont en commun d’avoir chacune quelque chose d’assez exceptionnel qui fait que je leur suis fidèle depuis plusieurs mois/années.

mercredie-blog-mode-betty-fashion-blogger-punky-b-adenorah-coline-makemylemonade-karla-closet-kayture-balibulle-garance-dore-elsamuse

Pourtant, impossible pour moi d’établir un classement. D’abord parce que celui-ci ne voudrait absolument rien dire (je consulte quotidiennement leurs blogs, ce qui est bien la preuve que je les apprécie toutes à un degré similaire). Ensuite parce que, comme je vous le disais plus haut, elles ont chacune ce petit “truc” bien à elles qui les rend si “addictives”. J’avais envie de parler de petit je ne sais quoi… et puis finalement je me suis rendue compte que je savais EXACTEMENT ce que c’était, ce truc.

L’idée de ce post est donc de partager avec vous mon “portrait chinois” de la blogueuse idéale :)

Elle aurait (de gauche à droite et de haut en bas sur les photos)…
– la garde-robe de Betty
– les looks de Géraldine
– la dégaine d’Anne-Laure
– la personnalité de Coline
– la créativité de Lisa
– le glamour de Karla
– la débrouille de Valentine
– la photogénie de Kristina
– la plume d’Elodie
– le talent de Charlotte
– la fraîcheur de Garance
– l’ironie d’Aurore
– la douceur de Victoria
– la beauté d’Elsa
– la life de Christina

(désolée mais je peux pas m’empêcher de penser à cette chanson sortie tout droit des bas fonds après avoir écrit tout ça..!)

Voilà. Bien sûr, cela ne veut pas dire que certaines d’entre elles ne cumulent pas plusieurs de ces “critères” ;) mais dans un monde rêvé, si je pouvais ne suivre qu’une seule blogueuse, j’adorerais qu’elle réponde à TOUTES ces caractéristiques à la fois.

Partagez-vous mon avis ? Connaissiez-vous toutes ces blogueuses ? Les auriez-vous présentées différemment ? Et surtout… AVEZ-VOUS DÉJÀ CROISÉ UNE BLOGUEUSE QUI COLLERAIT PARFAITEMENT À LA DESCRIPTION QUE JE VIENS DE FAIRE (ce serait sympa de partager ;) ?