Ma routine skincare (depuis que je ne porte plus de maquillage).

Mes excuses par avance pour celles qui auront déjà vu ma vidéo en IGTV, mais je sais que vous n’avez pas toutes de compte Instagram… Et en plus, j’ai changé quelques produits depuis, ça vaut donc quand même le coup de vous faire une petite mise-à-jour.

Pour rappel (j’ai l’impression de l’avoir déjà dit 12.000 fois, désolée si je radote…), je ne porte plus de maquillage depuis environ un an (ce qui correspond au début de ma grossesse, même si, en vrai, le timing n’a pas grand chose à voir). Pour la faire courte, si j’ai toujours recours à la pigmentation semi-permanente des sourcils (ma seule “triche” !), je privilégie avant tout d’excellents soins skincare pour sortir le visage (presque) nu. BECAUSE WHO NEEDS MAKEUP WHEN YOU HAVE FLAWLESS SKIN?


Bon, ça c’était clairement un jour “avec”, mais j’ai évidemment des jours imparfaits… que je ne partage pas forcément ici ou sur les réseaux ;) c’est la magie de la vie 2.0.


Quand j’ai envie d’en faire “un peu plus”, je me contente (largement) de recourber mes cils, d’appliquer un baume ou un gloss transparents sur mes lèvres (et aussi sur mes paupières, j’aime beaucoup le rendu glowy !), et éventuellement un peu de blush. Et quand VRAIMENT c’est la teuf, je fais péter le rouge-à-lèvres. Au final, j’ai vraiment “choisi ma bataille” : vu le temps que je consacre à ma peau chaque jour, je dois bien avouer que je n’ai plus trop la foi de passer au makeup ensuite. Mais, évidemment, l’un n’empêche pas l’autre !

Ma routine, parlons-en tiens (d’autant plus qu’elle n’est pas SI compliquée que ça !). Une fois ma peau propre (le matin je ne me rince qu’à l’eau), je commence par appliquer mon contour des yeux “Ideal Resource” (Darphin) et mon sérum “Advanced Génifique” (Lancôme) (de loin, le meilleur sérum que j’ai pu tester jusqu’à présent). Je poursuis ensuite avec mon émulsion jour hydratante (ou la crème hydratante de la même gamme) “Essential Energy” (Shiseido) et… voilà, ma “base” est terminée ! Ces trois produits sont formidables car ils apportent à ma peau une hydratation intense, mais aussi un fini ultra nacré (le contour des yeux et l’émulsion), frais et “glowy” (le sérum) que j’adore : c’est l’effet bonne mine immédiat dès le matin (et Dieu sait que j’en ai besoin en ce moment ahah !).

Ces soins demeurent en revanche assez coûteux (perso, je suis prête à investir dans leur efficacité car ma peau m’en remercie aujourd’hui – et le fera également demain et après-demain, je n’ai pas de doute).



Ensuite, je peaufine mon glow grâce au désormais incontournable “futuredew” (Glossier), pour un résultat ultra shiny (attention, si vous avez toujours peur de l’effet “peau grasse”, alors ce produit n’est pas pour vous… moi c’est l’effet que je recherche car je trouve ce rendu beaucoup plus “healthy” qu’une peau toute matifiée et “cakey”).





Le soir, je me démaquille en utilisant une huile (je suis fidèle à l’huile DHC depuis des années…), puis je termine mon nettoyage sous la douche, avec un savon (j’adore le gel nettoyant Rise & Shine de Saturday Skin !), que je dépose directement sur ma LUNA mini 3 (Foreo) que j’adore, pour plusieurs raisons : elle est minuscule et va partout (surtout dans les angles du nez, très sujets à “l’encrassement” chez moi), elle est silencieuse et, surtout, elle est super hygiénique (pas de poil, elle est en silicone). C’est vraiment quelque chose qui me manquait avec mes précédents “appareils” (qui finissaient par être sales assez vite… or c’est un peu contre-productif quand on passe autant de temps à cleaner sa peau !).



Coucou c’est moi, je téléphone avec ma LUNA ! (photo @mxdgirl)


Cette petite brosse nettoie donc ma peau en profondeur (mais surtout en douceur, il suffit de choisir le programme et l’intensité de pulsations qui nous convient le mieux) et la prépare à mieux absorber mes produits du soir. Soit j’utilise le Masque de nuit merveilleux” (Sanoflore) comme une crème de nuit, soit j’emploie carrément les gros moyens en dormant avec le “Masque de nuit peau reposée(c’est ça qu’on veut non ? merci Waso !) : sa texture gel est imparable pour repulper la nuit en quelques heures de dodo !



Enfin, et à côté de tout cela, je ne m’expose quasiment pas au soleil (jamais sans protection), d’où mon bronzage de cul (mais hey on en reparle dans 10 ans !) et j’ai une hygiène de vie pas trop dégueulasse (je ne fume pas, je bois peu d’alcool…). Bon, et il y a sans doute un peu de génétique aussi là-dedans (le fameux “Black don’t crack“), mais ça ne fait pas tout : il faut être disciplinée et garder le rythme sur le long terme pour de vrais résultats (d’ailleurs, et ce n’est pas pour vous déprimer hein, mais d’après moi, c’est au cours de la vingtaine que tout se joue, après, une fois que des signes de vieillesse prématurés sont déjà présents, c’est un peu trop tard…).

Bref, tout ça pour dire qu’il n’y a pour moi pas plus satisfaisant d’entendre, notamment de professionnels (dermato, maquilleurs…), que j’ai une belle peau ou que je ne fais pas son âge… et ça, ça vaut bien tous les “WOW j’adore ton makeup !” du monde, non ?

Commenter depuis Facebook

La chemise qui marche.

En près de huit ans de blogging, je crois que je ne vous ai jamais “présenté” de chemise (sauf en jean, peut-être… et encore). C’est simple, la chemise est MA pièce MAUDITE : adorée et fantasmée sur les autres, redoutée (voire détestée) une fois sur moi. Je n’ai jamais vraiment trop su pourquoi les chemises me font me sentir mal à l’aise (ridicule même) et, pour couronner le tout, elles ne me mettent jamais en valeur à mon goût.

Il y a ensuite le fâcheux problème des cheveux qui viennent constamment frotter leur col, un truc insupportable que les longues chevelures lisses ne connaissent pas. Je me retrouve donc toujours obligée d’attacher mes cheveux quand j’enfile une chemise. On en est là, un simple vêtement arrive à me faire modifier l’un des trucs “clefs” de mon apparence. Un peu la dictature donc, et ça ne me plaît que très moyennement.

Ensuite, je me dois de revenir sur la question de la coupe. C’est simple, la coupe ne va jamais. J’admire les hommes qui, tout de suite, ont l’air élégants et business ready en chemise. Je jalouse les meufs des pubs Sézane, Kookaï, bref toutes ces marques qui proposent de superbes modèles à porter toute l’année, dégraffés jusqu’au nombril ou bien boutonnés jusqu’en haut. Tout le monde se retrouve méga stylé quand moi je me transforme en Steve Urkel en puissance. Pour tout vous dire, la chemise ne me va tellement pas que je peux être sûre que mon entourage (perso ou pro) me fera une réflexion si j’en mets une. Rappelez-vous ce post : je l’aimais bien, moi, cette jolie petite chemise bleue (que j’essayais désespérément de porter d’un air décontracté)… tout ça pour que mon mec m’appelle la “consultante en fooding” pendant tout le brunch. Plus jamais ça.

Oh, il y a bien eu la grossesse qui m’a permis de porter les chemises de mon mec : le résultat était canon à mes yeux… mais avons-nous vraiment de quoi être exigeante dans ce moment de vie ?

Tout ça pour dire que, neuf fois sur dix après m’être regardée en chemise dans le miroir, je finis par tout arracher (rien que ça), enfiler un t-shirt tout simple, rajouter un blazer et pousser un soupir de soulagement. Comme quoi, à chacun son truc.

Et puis, il y a eu cette révélation l’année dernière.

Double révélation à vrai dire : découverte l’époustouflante TyLynn N’Guyen (qui est devenue, en quelques posts et vidéos seulement, une véritable source d’inspiration infinie pour moi) et, par la même occasion, d’une de ses marques fétiches, Totême. TyLynn est clairement devenue la fille qui me fait me dire “OH MON DIEU IL ME FAUT ÇA TOUT DE SUITE” (on appelle ça l’influence, il me semble). Ce fut le cas pour la chemise “Capri” (malheureusement sold out depuis pas mal de temps… désolée pour les looks pas trop réactifs avec l’actualité !), qu’elle porte dans cette vidéo… et que je me suis empressée d’acquérir.

Un achat franchement risqué, surtout quand on ne connaît pas du tout une marque. Et pourtant, coup de foudre absolu au moment du déballage de mon colis. “Y’A TOUT QUI VA !” hurlai-je au premier essayage. Son côté ample, sa coupe “dégaine” et asymétrique (l’arrière est plus long), sa couleur que j’adore, ses grosses rayures… bref succès total, et complètement inespéré.

Chemise Totême “Capri” – Jean Levi’s vintage 501 – Sac Chanel “Boy” – Ballerines Repetto “Brigitte
Photos Alexandra Christin

Le seul souci dans cet achat, je dirais, c’est que j’ai été obligée de renouveler l’expérience, tellement la marque m’a plu…

Je vous présenterai à l’occasion deux jeans et une veste en cachemire de la marque, sensationnels. En attendant, une autre silhouette incroyable :

Je sais pas vous mais moi j’aime tout à la folie dans ce look. J’en peux plus de tant de perfection… (toujours TyLynn d’ailleurs).

Et vous, connaissiez-vous la marque Totême ? Que pensez-vous de mon nouveau look chemise ? Réussi ? Ou bien il faut vraiment que je lâche l’affaire ? Ne brisez pas mes rêves svp.

Commenter depuis Facebook
1 2 3 4 249