J’ai testé pour vous… l’épilation du maillot au laser.

Comme beaucoup d’entre vous, la question de l’épilation définitive m’a longtemps trotté dans la tête. J’ai décidé de franchir le pas en 2015 et, comme je suis arrivée à la fin des séances, l’heure est venue de partager mon expérience avec vous.

mercredie-blog-beaute-avis-test-epilation-definitive-laser-peau-foncee-mate-noir-maillot-bikini-geneve-forever-institut-prix

Pour tout vous dire, je n’ai jamais eu de vrai « problème de poils »: je peux ne pas m’épiler les jambes pendant toute une saison sans que cela ne se voit (petite perte en capital douceur à signaler quand même..!), bref globalement j’ai la chance d’avoir un corps peu poilu.. A croire que tout est allé sur la tête. En revanche, certaines zones ont toujours été chez moi sujettes aux poils incarnes, le maillot particulièrement (et ce, qu’importe la méthode d’épilation: poil rasé, poil arraché… rien n’y fait j’y ai toujours droit). Or, qui dit poil incarné sur peau mate dit tache brune pigmentée dit angoisse du bikini (si toi aussi tu as fréquenté la #teamshorty..!). J’avais donc envie d’en finir une bonne fois pour toutes. Et plutôt que de vous faire tout un storytelling de la manœuvre, je vous propose de découvrir mes réponses aux questions / remarques que j’ai le plus entendues sur le sujet (l’épilation du maillot et l’épilation définitive, deux sujets qui passionnent les foules).

« L’épilation laser n’est jamais vraiment définitive… »
Techniquement, un poil détruit par le laser ne repousse pas (sauf changement hormonal, ménopause par exemple). Mais dans la pratique il est un poil plus ardu de TOUS les avoir: certains passent à travers les mailles du filet et le laser ne pourra donc pas en venir à bout. Je rappelle cependant que, dès la première séance, le poil devient déjà beaucoup moins épais. Quant aux récalcitrants de fin de parcours, ils auront de toute façon davantage l’apparence d’un duvet que d’un vrai poil.

« C’est tellement long, j’ai pas le temps ! »
La séance (pour le maillot) dure seulement dix minutes (perso, j’y allais entre midi et deux ou après 18h). En revanche, il faut prévoir une séance tous les deux mois. Comptez entre 6 et 8 séances en moyenne pour un résultat optimal… il ne vous reste plus qu’à faire le calcul (et à « organiser votre année » !).

« Il faut un sacré moment avant de pouvoir constater les premiers effets »
C’est faux. Dès la première séance, vous verrez vos poils repousser… puis tomber tous seuls (parce que grillés !), et les prochains mettront beaucoup plus de temps à refaire surface… d’où le délai de 2 mois entre deux séances.

« Le laser est interdit sur peau mate ou noire, il ne fonctionne que sur les peaux claires et les poils foncés ! »
Au risque de vous surprendre… c’est FAUX. Come on, on est en 2017 ! Encore heureusement qu’il existe des instituts capables de traiter les peaux foncées (et très bien en plus !). Pour ma part, je me suis tournée vers Forever Laser Institut (dont je vous avais déjà parlé dans cet article) qui dispose du laser Nd:YAG permettant d’épiler les peaux noires en toute sécurité. J’ai ainsi été suivie par Mélanie (de mon premier entretien médical jusqu’à ma dernière séance) qui, en plus d’avoir toujours été hyper pro, m’a vraiment rassurée tout au long de ce projet (on a aussi bien rigolé, ce qui n’était pas pour me déplaire !).

« Ça fait mal ? »
Oui (comme des claquements vifs d’élastiques sur la peau). Voilà voilà. Mais je vous rassure, j’ai survécu (et des milliers de femmes avec moi). Pour info, les aisselles et le maillot font plus mal que les jambes car il y a plus de poils au mmsur ces zones. J’ai TOUJOURS utilisé ma crème anesthésiante (appliquée 1h30 avant la  séance), absolument indispensable pour moi qui ne suis pourtant pas douillette. J’en profite pour glisser que devoir s’enrubanner de film plastique est sans doute le truc le plus chiant de tout le process lol (surtout quand vous devez le faire sur votre lieu de travail !).

« On ne peut pas épiler toutes les parties du corps au laser… »
Hé si ! On peut tout épiler, même les zones les plus sensibles (comme le visage, les aisselles, le bikini…).

« Le maillot c’est une zone difficile à traiter au laser… »
Raté, c’est en fait ce qui marche le mieux (car on est en général plus blanches du maillot que sur le reste du corps, avec des poils sombres).

« D’après la Bikini Academy, il n’existe que trois formes d’épilation du maillot… »
Non, vous faites bien le dessin que vous voulez (dans la limite du raisonnable, il faut quand même que ça reste réalisable par la thérapeute… qui n’est pas artiste plasticienne non plus).

« Je commence bientôt les séances, je vais pouvoir jeter tous mes rasoirs ! »
Pas tout de suite malheureuse ! Je te conseille d’en garder au moins un étant donné qu’il te faudra te rendre fraichement rasée (24h) à la séance pour un résultat optimal.

« J’ai peur des effets secondaires… »
On a toutes entendu parler de ces femmes qui se sont retrouvées cramées ou bien avec une pigmentation complètement différente une fois la zone traitée (le bo-nheur !). Alors, vraiment, prenez le temps de choisir le centre: c’est de loin l’étape la plus importante, surtout si comme moi vous avez une peau « typée ». Les seuls effets secondaires constatés: quelques rougeurs ou petits gonflements (répondant au doux nom de papules). Dans certains cas vous pouvez aussi vous retrouver avec de petites brûlures superficielles se manifestant par des croûtelles (poésie, encore et toujours): pas de panique, celles-ci disparaissent rapidement et sans marquer.

« Les mises en garde (soleil, prise de médicaments…), c’est du bullshit ! »
NON ! Je vous assure que j’ai douillé sévère pendant une séance suivant une prise d’antibiotiques. PRUDENCE également avec le soleil: une peau bronzée (même par autobronzant) ne pourra pas être traitée au laser (tout thérapeuthe sérieux refusera de vous prendre de toute façon). Et si vous partez en vacances pendant votre traitement laser, n’oubliez pas de SURPROTEGER la zone traitée (maillot de bain opaque + crème + idéalement parasol ou paréo… oui, rien que ça !).

« Ca coûte cher ? »
Oui. Demandez les tarifs de l’institut que vous aurez sélectionné. Certains proposent parfois des facilités de paiement, voire même carrément des promotions (mais encore une fois, soyez TRES vigilantes et ne sautez pas sur un centre pour des raisons financières !). Une machine cheap ou des praticiens mal formés pourraient en effet vous coûter biiiiiiien plus cher… Comptez aussi le prix de la crème anesthésiante que vous devrez probablement acheter plusieurs fois en pharmacie.

« Vu le prix, si c’est juste pour enlever deux trois poils, autant rien faire ! »
Dans le même esprit que « Quitte à se faire poser des extensions capillaires, autant choisir les plus longues » ou encore « Vu le prix d’une augmentation mammaire, autant mettre les plus gros implants !« … Stupide donc. Enlevez uniquement ce qui vous gêne vous en gardant à l’esprit qu’il vaut mieux enlever pas assez que trop (parce que l’épilation définitive c’est… ? c’essssst ? VOILA !). Bref, ne suivez pas « la mode » ;)

« Tu recommandes ? »
Mille fois oui ! Je remercie une nouvelle fois Forever Institut pour ma prise en charge impeccable et sa grande disponibilité (j’ai obtenu tous mes rendez-vous très facilement et sans attente à chaque fois !).

Et vous, avez-vous déjà testé des méthodes d’épilation longue durée, voire définitive ? Si non, ça vous tente ? Quelle zone feriez-vous en premier ?

« Mon ambition ? Faire que les femmes sortent sans maquillage ! », portrait de Nadia Leonardi, cosmétologue.

Si vous me suivez depuis « le début », vous savez que je n’ai jamais pris le temps d’interviewer qui que ce soit ici, et ce pour une raison toute simple : je n’avais jamais rencontré quelqu’un d’aussi inspirant que la personnalité que je m’apprête à vous présenter ! Non pas que toutes les autres personnes côtoyées jusqu’à présent soient complètement insipides (loin de moi cette idée !), c’est plutôt une façon d’avouer que je n’aurais JAMAIS pu retranscrire avec MES mots toutes les connaissances et l’énergie positive que j’ai pu recevoir de Nadia Leonardi.

mercredie-blog-beaute-peeling-routine-belle-peau-acne-hormonale-avis-skin-eclipse-nadia-forever-laser-institut-geneve-medecine-esthetique

Nadia est cosmétologue et prodigue ses soins chez Forever Laser Institut, un établissement de médecine esthétique situé en plein centre-ville de Genève (tellement pratique, on peut même aller chez Zara si on a un peu d’avance,  #truestory). Je connaissais déjà très bien l’endroit, d’une part parce que j’avais pu découvrir leurs produits ultra fiables et efficaces (Alchimie Forever), d’autre part, du fait de son indéniable réputation en Suisse Romande. Le centre est en effet un véritable pionner de l’esthétique, notamment pour tout ce qui concerne les techniques de laser (et bien d’autres pratiques encore !). Son créateur, le Dr. Polla, est une véritable institution dans le milieu.

Tout a commencé un jour d’Août 2015 où, en pleine session soleil/plage, j’ai été prise d’une envie de pleurer à la vue de ma peau (sympa les vacances !). Je me suis décidée à envoyer un SOS à mes contacts de l’Institut, Anne et Cyrille, pour savoir si elles connaissaient un moyen de régler les deux principaux soucis qui me pourrissaient la vie : une acné hormonale récalcitrante et de vilaines taches brunes sur mon ventre (dues à une allergie) que je n’avais jamais réussi à faire partir (malgré une foultitude de consultations chez divers dermatologues) et qui me complexaient grave en maillot de bain. Pour tout vous dire, j’ai un peu écrit en mode « dernière chance » en me disant que je n’avais jamais consulté sur Genève et qu’il fallait que j’épuise TOUS mes recours avant d’abandonner (en mode « acharnée », donc). Sans grande surprise, j’ai très rapidement obtenu une réponse (l’équipe a toujours été très réactive !). En revanche, ce qui m’a beaucoup étonnée a été d’apprendre que le centre avait de réelles aptitudes pour traiter les peaux métissées (en fait, pour traiter TOUTES les peaux), et pas uniquement pour le laser. C’est ainsi que j’ai pour la première fois entendu parler de Nadia et de ses soins exceptionnels. Le rendez-vous était pris (avec une impatience assez difficile à maîtriser) et, quelques jours plus tard, je rencontrais Nadia dans le cadre d’une première consultation personnalisée gratuite. Pour vous la faire courte, je ne m’étais jamais sentie aussi écoutée par un « professionnel de la beauté ». Et lorsqu’elle m’a expliqué que son but ultime, concernant les soins du visage, étaient de faire en sorte que ses patientes se sentent encore plus belles sans maquillage, je suis tombée sous le charme…

Rendez-vous tout en bas de l’article pour découvrir mes résultats… place maintenant à l’interview.

– Nadia, vous n’êtes pas dermatologue et pourtant vous êtes une véritable experte de la peau, en quoi consiste exactement votre métier ? J’ai une mission de prévention, de réparation, de soins et d’embellissement de la peau : je peux ainsi lui donner un aspect plus jeune ou ralentir le vieillissement cutané. Le dermatologue, lui, traite les maladies.

– En quoi votre approche est-elle différente de celle d’un dermatologue ? Je vais traiter les désordres inesthétiques du visage, donner des conseils, expliquer le mode de fonctionnement de la peau, mettre en place un protocole de soins pour solutionner le problème. Pour cela, je définis toujours la « source » de ce dernier, grâce à mon questionnaire détaillé. Je propose ensuite un traitement ultra personnalisé.

– Quels problèmes de peau soignez-vous ? Je ne soigne pas, je traite en accompagnant mes patients par des conseils sur-mesure. Je traite ainsi les problèmes pigmentaires (qui sont pour moi un véritable challenge car, dans ce cas précis, la solution repose sur mon questionnaire initial, l’origine des tâches pouvant être dues au soleil, à la prise de pilule contraceptive, aux hormones, à divers traitements qui ont agressé la peau…). La peau est comme une plante, elle réagit de façon intelligente : si on l’agresse, elle devient rouge. Sur une peau métissée, des peelings trop profonds pourraient accentuer la pigmentation. Je peux ainsi traiter ces désordres avec mon appareil Skin’Eclipse qui va unifier le teint, progressivement gommer les tâches pigmentaires et embellir la peau. Pour les problèmes d’acné, mon questionnaire repose principalement sur l’alimentation (abus de laitage ou intolérance au gluten…) mais ceux-ci peuvent aussi être d’origine hormonale. Il faut remonter à la source, à l’origine du problème et proposer un protocole de soins et de règles de base d’hygiène (tenir ses cheveux avec un bandeau pour laisser sa peau respirer, se démaquiller soigneusement, ne pas tripoter ses boutons, appliquer des crèmes adaptées matin et soir…). Je traite enfin aussi les problèmes liées à l’âge, c’est-à-dire les rides et l’affaissement du visage : j’instaure une routine de soins (qui comprendra traitement et crèmes appropriées pour restaurer les dommages du temps), puis je dirige ma patiente sur des traitements médicaux esthétiques si nécessaires.

– Traitez-vous d’autres zones que le visage ? Oui, je traite le corps s’il y a par exemple des brunissements de la peau (par exemple à l’intérieur des cuisses à cause des frottements, mais aussi sur les jambes, les bras, le décolleté). Certains hommes rencontrent également ce genre de problèmes parce qu’ils mettent leur parfum sur le torse et s’exposent ensuite au soleil, chemise ouverte et sans protection…

– Quels critères prenez-vous en compte lorsque vous mettez en place un protocole de soins ? Je me considère comme une une « architecte de peau ». Trois critères sont pour moi essentiels : le phototype (= la couleur de peau), le type de peau (= grasse, mixte ou sèche), la localisation du problème (= certaines zones sont plus difficiles à traiter que d’autres car plus fragiles par exemple). L’image de l’architecte permet de mieux saisir comment je travaille : dans une maison, on n’installe pas le lustre avant d’avoir balayé le sol ! Si une patiente vient me voir pour traiter une tâche pigmentaire induite par un bouton, je vais d’abord « traiter le terrain », c’est-à-dire sa peau grasse, afin d’éradiquer les boutons et de ne pas prendre le problème à l’envers (en voulant à tout pris faire disparaître la tâche en premier). Si une patiente a des rides et qu’elle me demande conseil pour des injections, je vais d’abord lui conseiller une crème qui va dynamiser sa peau, son collagène et son élastine afin de dynamiser sa peau… La peau des femmes parle et, souvent, celles-ci ne comprennent pas le message. J’ai un vrai rôle d’éducation : expliquer à mes patientes que la meilleure marque du monde ou la crème de sa meilleure amie n’est pas nécessairement celle qui conviendra à sa peau. Je compte aussi sur elles pour continuer le travail à la maison, c’est un travail à deux.

– Pourquoi les peaux métissées / foncées sont-elles si spécifiques ? Une peau métissée est souvent plus grasse et avec des imperfections (et parfois des tâches pigmentaires). Mais elle a également besoin d’être hydratée ! Il faut alors trouver la juste mesure qui permettra de traiter les problèmes, hydrater en évitant les crèmes trop riches (car cela pourrait, sur un terrain à tendance acnéique, créer des boutons), déterminer le peeling le plus adapté à ce phototype et au type de peau. Alors qu’une peau blanche peut donner des signaux (rougir par exemple), une peau foncée va, en revanche, beaucoup moins réagir : je connais très bien ce phototype et suis donc vigilante lors des peelings.

– Parlez-nous de votre appareil Skin’eclipse ? Comment fonctionne-t-il et comment soigne-t-il la peau ? Skin’eclipse est un concept qui associe un appareil et une ligne de produits spécifiques. L’écran de l’appareil permet de sélectionner le phototype, le type de peau, la localisation des tâches, c’est-à-dire mes 3 grands principes. La machine détermine ainsi, grâce à ces 3 critères, quel sérum utiliser (sérum qui agira comme un peeling). Je le fais pénétrer à l’aide d’une sonde qui va ouvrir les pores et faire passer le produit. Cette sonde est également équipée d’un système de LED de couleur et de quartz : les LED vont avoir une action sur les rides et les ridules, tandis que le quartz va assurer un massage, pour un confort optimum (ndlr : je me suis endormie plusieurs fois !). Pour résumer, Skin’eclipse permet de diminuer les tâches pigmentaires, d’unifier la peau, de traiter rides et ridules et de « repasser » la peau grâce au quartz. L’avantage est de pouvoir traiter tous les phototypes (d’une peau blanche à une peau noire en passant par une peau asiatique), et ceci même en période ensoleillée grâce à l’action du peeling personnalisé à base d’acide mandélique et d’anti-oxydants.

mercredie-blog-beaute-forever-laser-institut-geneve-cosmetologue-peeling-skineclipse-nadia-leonardi-portrait-interview-acne-hormonale

– A quoi ressemble la routine skincare idéale ? Un bon démaquillage avec lait démaquillant, suivi d’un tonique et de sa crème de nuit. Le matin, pulvérisation d’eau thermale, application de sa crème de jour et écran si soleil.

– Quels sont vos produits/ marques fétiches ? Je recommande les produits Alchimie Forever: d’abord le sérum jeunesse éclaircissant (qui va éclaircir les taches, cibler et corriger les imperfections du visage), mais aussi le Kantic mask (chouchous des stars !) et, enfin, le gommage peau de soie.

mercredie-blog-beaute-peeling-routine-belle-peau-acne-hormonale-avis-skin-eclipse-nadia-forever-laser-institut-geneve-medecine-esthetique2

– Un produit abordable à recommander à toutes les peaux ? « Hydraphase » de La Roche Posay : il va assurer une hydratation continue sans alourdir la peau.

– Un secret de beauté à recommander aux peaux à imperfections ? Une alimentation saine car ce que nous mangeons reflète les désordres de peau.

– Et pour finir, l’eau micellaire: on la rince ou pas ? Non on ne rince pas l’eau micellaire.

Vous l’aurez compris, le point fort de notre cosmétologue, c’est le « sur-mesure ». Pour mes tâches au ventre par exemple, les dermatologues ne m’examinaient jamais plus de 10 secondes et répondaient systématiquement la même chose (« Ce genre de tâches, sur votre peau, ça ne part pas, désolé ». J’avais vraiment toujours l’impression de tomber dans le « lot » de patients (= à peaux non blanches) pour qui on ne pouvait rien faire (alors que, faut-il encore le répéter, il n’existe pas une seule peau pareille, et même au sein des peaux noires, la palette est plus que vaste… alors pourquoi toujours me dresser un diagnostic « généraliste » ?). Tout au contraire, Nadia a pris en compte TOUS les critères susceptibles d’influer sur ma peau via ses questionnaires (portant sur l’alimentation, les origines, le stress etc.) afin de dresser un portrait unique qui permettra, de fait, de créer un protocole de soins (en cabinet mais aussi et surtout à la maison !) lui aussi unique.

C’est ainsi que, de rendez-vous en rendez-vous (incluant notamment peelings, Skin’eclipse et routine de soins à la maison), j’ai vu ma peau se transformer et retrouver son éclat et sa régularité (et je vous assure que ce n’était vraiment pas gagné !). Je viens en revanche seulement de commencer le traitement pour faire disparaître mes tâches, je vous donnerai des nouvelles du résultat ;)

Avant… (malgré une bonne couche de fond de teint, on voit bien les déséquilibres de ma peau: des boutons tout le long de la mâchoire, une sécheresse autour de la bouche…)

mercredie-blog-beaute-peeling-routine-belle-peau-acne-hormonale-avis-skin-eclipse-nadia-forever-laser-institut-geneve-medecine-esthetique-avant

Après quatre séances… (j’ai quelques rougeurs car j’ai pris les photos juste après m’être démaquillée)

mercredie-blog-beaute-peeling-routine-belle-peau-acne-hormonale-avis-skin-eclipse-nadia-forever-laser-institut-geneve-medecine-esthetique-apres

Pour résumer, les plus :
– La première consultation gratuite et très approfondie (on repart déjà avec d’excellents conseils !)
– La disponibilité au centre de tous les produits nécessaires pour votre protocole de soins à la maison (Avène, La Roche Posay, Skinceuticals…)
– Les rendez-vous obtenus très rapidement (souvent dans la semaine !), à savoir que le centre est également ouvert le samedi
– La situation en centre-ville
– Bonus : la possibilité de parler numérologie, garçons et voyages en toute décontraction ;)

Tarifs :
– Peeling traitement acné : 150CHF par séance (+ 40CHF pour extractions)
Peeling éclaircissant : entre 170 et 230CHF par séance
Peeling coup d’éclat : entre 150CHF et 210CHF par séance
Peeling + masque Amelan (traitement des melasma / « masques de grossesse ») : 1000CHF (+ crèmes post-traitement)

Forever Laser Institut
56 Rue du Rhône
1204 Genève, Suisse
Tél: +41 (0) 22 319 09 60
info@forever-beauty.com

Pour tout vous dire, j’ai tellement accroché avec l’Institut que je suis en ce moment même en train de découvrir d’autres petites techniques esthétiques (rien d’invasif, je vous rassure, pas envie de me transformer en Donatella Versace !). Un objectif : être canon pour mon mariage :D

Si d’autres petits secrets de beauté vous intéressent, STAY TUNED ! Et n’hésitez pas à me poser toutes vos questions en commentaires. A très vite !