Se désencombrer.

Aujourd’hui un petit article que j’aurais dû partager bien plus tôt ici, mais manque de temps… mon mal du siècle.

mercredie-blog-mode-geneve-suisse-blogueuse-bloggeuse-jean-flare-selected-sfena-aldo-stefi-boots-topshop-denim-jean-jacket-levis-turtle-neck-black6

C’est sûrement la trentaine qui approche à grand pas: je passe beaucoup (trop) de temps à relativiser sur, justement, le temps qui passe. Hashtag “my baby nostalgie wahou“.

Déjà, la pression des réseaux sociaux et des médias qui ma balance H24 la vie parfaite et ô combien réussie de superstars et autres génies du web, d’entrepreneurs brillantissimes, d’artistes faramineux… tous âgés entre 16 et 18 ans (!). Ça aide pas. Et c’est sans compter le cours de la vie (la vraie), celles où les premiers mariages, premiers bébés et premières autres décisions importantes fleurissent de toute part autour de moi. Moi franchement, j’aimerais juste profiter encore un peu de ma petite vie “d’adulescente” (hé oui, encore un mot à la con, mais qui me correspond finalement tellement bien !). C’est normal de se dire que tout est passé beaucoup trop vite à seulement 29 ans ? Je pensais qu’on commençait seulement à y penser une fois en maison de retraite.

De nature nostalgique, j’ai toujours eu tendance à ressasser les souvenirs, à tout revoir, tout réinterpréter… avec un plaisir certain d’ailleurs, allez savoir pourquoi. Et à force “d’analyses”, je me suis rendue compte d’un truc (autant que ça serve): mes épisodes de vie les plus douloureux (amoureux, amicaux, scolaires…) sont presque tous liés à une gestion du temps très médiocre. Contrairement à beaucoup d’enfants et d’ados plutôt “impulsifs”, j’ai pour ma part souvent laissé traîner les choses et situations qui me dérangeaient, espérant une magique soudaine amélioration. La peur de prendre des décisions sans doute (le bon gros flou artistique qui vaut mieux que la fameuse vérité qui fait mal). Quand j’y repense, je n’y vois que du temps gâché: et si j’avais dit “stop” ? et si j’avais osé dire ce que je ressentais vraiment ? et si j’avais simplement suivi mon intuition ?… j’aurais sûrement eu l’occasion de vivre des choses bien plus intéressantes (au lieu de stagner dans une position inconfortable).

mercredie-blog-mode-geneve-suisse-blogueuse-bloggeuse-jean-flare-selected-sfena-aldo-stefi-boots-topshop-denim-jean-jacket-levis-turtle-neck-black
Moi qui contemple mon passé.

Heureusement (pour moi), ça a changé. Radicalement même. Plus que jamais, je sais aujourd’hui combien chaque instant de vie est précieux et doit être exploité à son maximum, de sorte qu’il me rende heureuse (moi avant les autres, pour une fois). Conséquence: je ne supporte absolument plus de perdre mon temps avec ce qui m’emmerde, me fait du mal ou tout simplement avec les individus qui ne me comprennent pas. J’ai définitivement perdu patience. On entend souvent que “le temps, c’est de l’argent”. Pour moi, le temps c’est plutôt un luxe absolu, que je ne laisse plus personne gâcher.

Optimiser son temps, ça commence déjà par savoir dire “non”. Non aux choses que je n’ai pas envie de faire, non à certaines propositions, non à certaines personnes. Non à tous ces trucs que je n’aurais jamais osé contester il y a encore quelques années en arrière.

Rien que ça, c’est libérateur de ouf.

mercredie-blog-mode-geneve-suisse-blogueuse-bloggeuse-jean-flare-selected-sfena-aldo-stefi-boots-topshop-denim-jean-jacket-levis-turtle-neck-black8
Moi après avoir répondu “non” à ta demande.

C’est aussi faire du tri.

Les jours passent, le bordel (physique ou immatériel) s’accumule et me fait perdre du temps chaque jour. J’ai donc fait le ménage dans tout:
Les comptes que je follow sur les réseaux,
Les newsletters à la con que je reçois chaque jours (désinscrivez-vous !!!),
Les programmes que je regarde à la télé,
Les emails débiles auxquels je me sentais obligée de répondre avant (par politesse),
Les applis que j’utilise et, SURTOUT, les notifications qu’elles m’envoient (est-ce que j’ai vraiment BESOIN de savoir dans la minute qui a commenté ma photo d’il y a 3 ans sur Instagram ou qui a liké mon dernier tweet ? Nope.),
Mes contacts facebook (est-ce vraiment utile de garder quelqu’un dans son réseau uniquement pour pouvoir bitcher dessus ou l’espionner ? Not so sure. En fait c’est vraiment un truc de no-life),
Dans mon garde-manger (non, cette conserve de poivrons farcies qui occupe depuis 4 ans l’étagère ne vas pas par miracle se retrouver dans mon plat le plus réussi de l’année),
Dans mes fringues (pour celles qui n’ont pas déjà été envoyées au tri ou dans les bennes de récup),
Dans ma relation avec mes cheveux (est-ce que j’ai vraiment besoin de passer 20min tous les matins à les remouiller / recoiffer, et 3h tous les dimanches à les laver ? NON. Terminé, et en plus d’avoir le temps de faire autre chose, mes cheveux ne s’en portent que mieux…) (est-ce que j’ai besoin de TOUS ces produits ? Non. Et pareil, mes cheveux sont ravis). La vie est courte, l’idée de me dire que j’aurais passé je ne sais pas combien de jours (semaines ? mois ? années ? aaargh !) au total à m’être religieusement occupée de mes cheveux me rend même malade !
Dans ma façon de collaborer avec les marques (c’est pas un peu stupide de recevoir 15.000 produits chaque jour alors que je sais pertinemment que je ne les utiliserai pas et que ça n’intéressera pas plus que ça les personnes qui me suivent ? est-ce que j’ai pas plus intéressant à faire dans ma vie que d’ouvrir des colis ?).

Et vous savez quoi ? Ca fait un bien fou. J’ai pas lu Marie Kondo mais je suis sûre qu’elle approuverait ce message.

Enfin, optimiser son temps c’est aussi faire son tri social. L’autre jour, je lisais un truc qui disait “La vie, c’est comme un sac-à-main“: qu’il soit grand ou petit, il contient un paquet de choses, des trucs indispensables (comme mes clefs, mon porte-feuille, mon téléphone…) mais aussi des trucs moins utiles (comme des vieux tickets de caisse, des cartes fidélités de magasins que l’on ne fréquente jamais, une panoplie de stylos, des emballages vides…). Le sac devient alors, avec le temps, beaucoup trop lourd pour pas grand chose puisqu’il devient très compliqué de mettre la main sur ce qu’on cherche quand on en a besoin (on se retrouve à devoir fouiller au milieu de tous les trucs inutiles qui ont fini par encombrer le dit sac-à-main). Certaines relations peuvent ainsi apporter beaucoup de bonheur et de satisfaction tandis que d’autres sont plus des boulets qu’autre chose. Alors oui, la démarche peut évidemment sembler égoïste… mais se demander si une relation est essentielle, imposée, superficielle ou toxique, c’est tellement important, notamment parce que ça permet de se recentrer sur celles qui comptent vraiment, en leur accordant plus d’énergie et de disponibilité (n’étant plus polluée par les autres). En gros, c’est tout bénéf’ comme disent les vieux de mon âge (et pas si égoïste que ça tout compte fait).

Petit à petit donc, j’ai fini par libérer beaucoup d’espace, dans ma tête et dans ma vie, et finalement je dépense mon énergie sur ce qui compte vraiment. C’est très bête et ça sonne comme une phrase cliché de pub télé de produits minceur… mais c’est la vérité vraie.

Qu’est-ce que t’en dis Larry ?

mercredie-blog-mode-geneve-suisse-blogueuse-bloggeuse-jean-flare-selected-sfena-aldo-stefi-boots-topshop-denim-jean-jacket-levis-turtle-neck-black4
RDV plus bas pour découvrir le détail de mon total look Zalando :)
mercredie-blog-mode-geneve-suisse-blogueuse-bloggeuse-jean-flare-selected-sfena-aldo-stefi-boots-topshop-denim-jean-jacket-levis-turtle-neck-black5
mercredie-blog-mode-geneve-suisse-blogueuse-bloggeuse-jean-flare-selected-sfena-aldo-stefi-boots-topshop-denim-jean-jacket-levis-turtle-neck-black7
mercredie-blog-mode-geneve-suisse-blogueuse-bloggeuse-jean-flare-selected-sfena-aldo-stefi-boots-topshop-denim-jean-jacket-levis-turtle-neck-black9
mercredie-blog-mode-geneve-suisse-blogueuse-bloggeuse-jean-flare-selected-sfena-aldo-stefi-boots-topshop-denim-jean-jacket-levis-turtle-neck-black3
mercredie-blog-mode-geneve-suisse-blogueuse-bloggeuse-jean-flare-selected-sfena-aldo-stefi-boots-topshop-denim-jean-jacket-levis-turtle-neck-black10
Veste Topshop (ancienne co) – Jean Selected (similaires ici, ici et ici) – Pull Levis – Bottines Aldo (similaires ici, ici, ici, ici, ici, ici et ici)

Les mêmes en moins cher: 5 modèles de boots CULTES et leurs ersatz :)

Période de wishlist oblige, on peut dire que j’ai écumé à peu près tous les e-shops mode de la planète ces dernières semaines (mais à part ça tout va très bien).

Et je dois bien dire que je me suis retrouvée plus d’une fois devant de véritables PERLES, notamment question chaussures. Pardon, boots. Pardon, boots en cuir noir. Voilà, voilà, ces quatre petits mots résument à eux seuls l’incroyable frénésie qui m’habite depuis toujours. Je n’aurai décidément jamais suffisamment de petites bottines noires et le fait de tenir ce blog me fait m’en rendre compte un peu plus chaque jour !

ANYWAY.

J’ai donc dégoté plein de chouettes erstaz inspirés des modèles de boots les plus cultes. Vu comme je RAFFOLE de ce genre de trouvailles (je suis moi-même toujours en transe – et je pèse mes mots – lorsque je tombe sur des alternatives abordables aux pièces vendues scandaleusement chères à la base), je me réjouis par avance de partager avec vous le résultat de mes errances shopping du mois de décembre :)

mercredie-blog-mode-shopping-boots-ersatz-dupe-saint-laurent-studded-rangers-kenat-jessica-buurman


—————- Les PISTOL d’Acne —————-

Commençons de suite avec ce modèle absolument INDISPENSABLE à tout shoesing: les Pistol d’Acne. Pas un jour ne passe sans que je les porte (sauf l’été… et encore). J’ai bien sûr pas mal hésité avant de me les offrir (on n’investit pas dans ce genre de pièce sur un coup de tête… quoique, si vous trouvez un jour un e-shop les proposant à prix réduit (soldes, VP…), NE RÉFLÉCHISSEZ MÊME PAS, l’occasion se présente trop rarement pour passer à côté… au pire elles se revendront super bien sur les sites de vide-dressing… #PousseAuCrime), mais aujourd’hui je ne regrette RIEN. Pour tout vous dire, c’est même devenu un vrai kiff de les porter chez le cordonnier une à deux fois par an: elles ressortent toutes nickel, comme au premier jour, et ça c’est un peu comme si j’avais la chance de revivre les premiers instants d’une jolie histoire d’amour à chaque fois !

Bref, tout ça pour dire qu’avant de me lancer, j’étais à la recherche d’ersatz réussis, sans grand succès à chaque fois. Mais les choses ont changé aujourd’hui puisqu’il semblerait que quasiment chaque grosse marque de pompes aient choisi de proposer une inspiration des Pistol. Voici donc deux modèles vraiment très très similaires mais, évidemment, beaucoup moins chers (putain ça me fait penser que j’aurais pu innover en vous proposant des modèles ENCORE PLUS CHERS que les originaux, ça aurait été pas mal non ? ahaha #débile).

1EX113-900_A_54377_3Les fameuses Pistol de chez Acne (500€), dispo ici et ici

ersatz-similar-inspiration-for-less-pas-cher-acne-pistol-selected-carol-dune-london-boots-platter-black
1. Les Platter de Dune London (90€)
2. Les Carol de Selected (95€)

 

—————- Les LAZIO d’Isabel Marant —————-

Ahhhh celles-ci je leur ai aussi longtemps couru après… Il faut dire qu’Isabel a le DON de designer des bottes qui ressemblent à tout point à ce que je désirerais plus que tout avoir à mes petons (je pense avoir suffisamment rabâché le fait que j’avais LES BOULES MONUMENTALES d’être passée à côté du modèle créé pour la collection capsule H&M…). Les Lazio ont en effet toujours fait battre mon petit cœur de par 1. leur couleur / 2. leur joyeux mix de matière / 3. leur “coupe” (talon compensé, tomber de la chaussure…). Leur prix, quant à lui, m’a surtout fait frôler la crise cardiaque. Quelques alternatives s’imposaient donc:

url
Les Lazio d’Isabel Marant, sold out mais que l’on peut encore trouver sur les sites de seconde main, à partir de 500€

ersatz-similar-inspiration-for-less-pas-cher-boots-lazio-isabel-marant-choies-pony-nelly
1. Les NLY (40€)
2. Les Choies (90€), que j’ai moi-même commandées et que vous avez pu découvrir dans ce look:

mercredie-blog-mode-blogueuse-bloggeuse-fashion-blogger-acne-jumper-merinos-gat-rimon-choies-boots-pochette-bcbg-max-azria

—————- Les RANGERS de Saint Laurent —————-

Vous n’avez PAS pu passer à côté de ces pures merveilles cet hiver… Glorifiées par les gourous de la mode, adulées sur Instagram, désirées par les filles du monde entier, les rangers à clous Saint Laurent ont littéralement fait des ravages, et c’est bien compréhensible. Une coupe parfaite, des studs en veux-tu en voilà, elles ont vraiment tout pour plaire. Tout, sauf le prix (on dépasse LARGEMENT le millier d’euros, #god). Et MÊME si vous aviez soudainement envie de faire péter votre PEL, j’ai le regret de vous annoncer qu’elles sont de toute façon sold out sur la plupart des sites européens…

urlLes “originales” de Saint Laurent (1700€)

Heureusement, d’autres marques se sont ruées sur le phénomène et proposent aujourd’hui des modèles tout aussi SUBLIMES !

ersatz-similar-inspiration-for-less-pas-cher-saint-laurent-studded-rangers-boots-black-topshop-apply-jeffrey-campbell-cruzados-KENAT
1. Les Kenat de Shop Jessica Buurman (135€)
2. Les Cruzados de Jeffrey Campbell (235€)
3. Les Apply de Topshop (65€)

 

—————- Les 50/50 de Stuart Weitzman —————-

S’il fallait choisir un modèle de cuissardes, ce serait bien celui-ci. Leur coupe cavalière les rend absolument intemporelles et adaptables à tous les styles… Ce n’est pas pour rien qu’on les voit à peu près partout…

kate-moss-black-boots-stuart-weitzman

10787951_3857360_1000
Les 5050 de Stuart Weitzman (560€)

Problème, ça fait un peu mal où vous savez de lâcher une somme pareille pour des bottes, aussi belles soient-elles, sachant qu’il existe quand même quelques très belles alternatives :)

ersatz-similar-inspiration-for-less-pas-cher-boots-stuart-weitzman-trishy-5050

ersatz-similar-inspiration-for-less-pas-cher-boots-stuart-weitzman-trishy-5050-21. Les Trishy de Dune London (dispo ici et ici, 195€)
2. Les Kite de Dorothy Perkins (65€)
3. Les Tamaris (80€)
4. Les Freja de Pavement (200€)

 

—————- Les GINGER de Zadig & Voltaire —————-

Finissons en beauté, que dis-je, en frustration. Pourquoi ? Tout simplement parce que les Ginger, ces bikers boots parfaites, sont devenues carrément introuvables en état neuf, et même très rares d’occasion. Nul. NUL. NUL.

url-2
Ginger boots de Zadig & Voltaire (480€), encore trouvable ici d’occasion…

Dieu merci, Eden fut inspiré et créa l’inimaginable

anouck-cl-noir,kzN5gDO,2YjN,AMwATM
Les Anouck de chez Eden (dispo ici et ici, 119 – 170€)

Alors ? Satisfaites ?
Comme vous pouvez vous en douter, je me suis déjà laissée tenter par plus d’une paire… Ahaha ! Je suis si faible