Des All Saints pour une Spice Girl.

(Petit clin d’oeil à un “vieil” article). Il y a quelques semaines, je vous présentais ce modèle de bottines de chez All Saints, un peu la perfection incarnée selon moi.

Je n’ai malheureusement JAMAIS pu les acheter.

Ma carte n’est jamais passée sur le e-shop anglais, toutes les autres cartes des gens de mon entourage NON PLUS d’ailleurs (je peux être très menaçante insistante quand j’ai besoin d’un dépannage shopping…). Rien à faire, toujours la même erreur au moment du règlement. Malgré un appel désespéré au service client, je n’ai jamais pu trouver de solution à ce “problème” fort ennuyeux.

NICHyQuand les hotlines te proposent de contacter ta banque un samedi après-midi…
AL UI CER URGENT..!

Bref, j’ai fini par laisser tomber et faire sortir ces petites merveilles de ma tête. Enfin presque… Hé oui, comme vous le savez, j’étais sur Paris le temps d’un week-end il y a maintenant une dizaine de jours (ohhh que je suis à la bourre dans mon planning bloguesque). J’ai vu Solange toussa toussa, mais j’en ai surtout profité pour faire une micro session shopping (tempête de neige oblige). Forcément, j’ai terminé au All Saints d’Etienne Marcel, où les soldes étaient d’ailleurs assez intéressantes. Forcément (bis), l’objet de mes désirs faisait partie de ce que l’on appelle encore trop poliment Nouvelle Collection (en réalité, la partie la plus traquenarde de tous les magasins). Forcément (ter), toutes les paires de mon modèle chéri avaient été vendues… Hum.

Hop hop hop, pas si vite ! Et si on jetait quand même un oeil à la version plate de ces bikers..? Pas trop mal finalement, voire carrément CANON à mes petons (qui n’ont pour une fois pas l’air de faire 50cm de long). La coupe est fort similaire, le cuir est superbe et je fonds toujours autant pour cette grosse sangle tout autour de la chaussure. Allé, je craque (et me félicite de ne pas avoir commandé les autres en ligne car ces chaussures taillent vraiment bizarrement grand, j’ai bien fait de venir SUR LE TERRAIN (oui j’aime me prendre pour un grand reporter quand je fais du shopping)).

Les voilà donc, les bautey du jour:

jules-biker-boots-allsaints-mercredie-blog-mode-shopping-paris

jules-biker-boots-allsaints-mercredie-blog-mode-shopping-paris-looks
Et le petit look du jour…

mercredie-blog-mode-boots-jules-allsaints-jupe-plissee-ebay-isabel-marant-ersatz-vanessa-bruno-afro-nappy-hair-marinieremercredie-blog-mode-boots-jules-allsaints-jupe-plissee-ebay-isabel-marant-ersatz-vanessa-bruno-afro-nappy-hair-2-mariniere
mercredie-blog-mode-boots-jules-allsaints-blouson-bershka-jupe-plissee-ebay-isabel-marant-ersatz-vanessa-bruno-afro-nappy-hair-2-marinieremercredie-blog-mode-boots-jules-allsaints-blouson-bershka-jupe-plissee-ebay-isabel-marant-ersatz-vanessa-bruno-ongles-fluo-neon-bague-noeud-aldomercredie-blog-mode-boots-jules-allsaints-blouson-bershka-jupe-plissee-ebay-isabel-marant-ersatz-vanessa-bruno-afro-nappy-hair-marinieremercredie-blog-mode-boots-jules-allsaints-blouson-bershka-jupe-plissee-ebay-isabel-marant-ersatz-vanessa-bruno-ongles-fluo-neon-bague-noeud-marinieremercredie-blog-mode-boots-jules-allsaints-blouson-bershka-jupe-plissee-ebay-isabel-marant-ersatz-vanessa-bruno-afro-nappy-hair-3Pull marinière Primark (similaires ici, ici et ici) – Jupe drapée Isabel Marant Nuta-like eBay (similaires ici et ici) – Blouson aviateur Bershka – Boots Jules All Saints – Bagues Aldo

I wish I was still in the 90s.

5 jours après la cérémonie de fermeture des JO, je me délecte toujours autant de cette séquence émotion Spice Girls… So 1997.

Le rouge-à-lèvres dégueulasse sombre, les tops au-dessus du nombril, la “French” manucure (je sais pas si on doit vraiment se vanter d’une pareille invention), la G-shock, la fourrure, les imprimés léopard, tartan, fluo… PORTÉS TOUS EN MÊME TEMPS, Champion USA, Buffalo, Flik Flak et consors au top des ventes…

Cette ère fantastique que les moins de 20 ans n’ont pas pu connaître, où des talons inférieurs à 14cm étaient considérés comme “plats”, où arborer un t-shirt “Spice up your life” était un peu le summum de la classe (true story), où les All Saints n’étaient rien d’autre que le mal incarné.