Sous mes cheveux.

Je sais pas si vous avez remarqué, mais il se passe un truc chez mes copines frisées en ce moment (en vrai c’est pas vraiment mes copines, elles n’ont très certainement jamais entendu parler de moi, mais j’aime bien l’idée).

Taren Guy (now Auset Ntru Gaia… wtf ?), Mel Burgos (Rock Yo Rizos), Stéphanie Lauretta (Beauty By Lee), Maya Washington (Shameless Maya), Mahine, Fro Girl Ginny (now Nia the Light), tant de blogueuse / youtubeuses / influenceuses que je suis depuis plus ou moins longtemps et qui ont toutes en commun de s’être débarrassée de leur chevelure afro. Et on ne parle pas de brushing ou lissage temporaire, on parle de coupe ultra courte (voir “rasage”) ou de locks.

Plus qu’un changement de look, ces changements pour le moins radicaux (surtout que beaucoup d’entre elles étaient “connues et suivies pour leurs péripéties capillaires”) envoient un signal fort: “Je ne suis pas mes cheveux“. Et je crois que ça me parle pas mal aussi.

mercredie-blog-mode-geneve-suisse-fashion-hair-blogger-bloggeuse-afro-natural-nappy-3c-big-fro-mixed-girl-metisse

Vous l’aurez sûrement remarqué (enfin j’espère), je poste beaucoup moins qu’avant… et, surtout, je ne parle quasiment plus de cheveux. Maintenant je vais vous le dire: j’en ai eu un peu ma claque de parler de ça, partout, tout le temps, avec tout le monde. De DEVOIR parler de ça. Je m’explique: bien sûr que ce sujet me tient à cœur, et je comprends qu’il intéresse grandement une partie de ma communauté. De fait, je ne me sens jamais “forcée” d’en parler sous une photo ou un post explicitement sur le sujet. En revanche, que mes cheveux soient en quelque sorte devenu mon premier signe d’existence (pas pour moi, mais pour les autres) me dérange profondément.

D’une part, j’ai eu l’impression de complètement disparaître derrière mes cheveux et de ne plus exister en tant que personne sans eux: le fait qu’on ne me reconnaisse pas quand j’ai les cheveux attachés, que je sois pour beaucoup de gens (proches ou non), “la fille à l’afro” ou que j’aie TOUJOURS les mêmes conversations avec les personnes que je rencontre pour la première fois. C’est “grave” quand même (toutes proportions gardées bien sûr, j’ai bien conscience que ce post est très loin d’aborder l’un des plus gros soucis de notre terre). Pour vous donner un exemple, je souhaitais tellement ne pas être “marquée” par cette caractéristique que j’ai passé les dix premiers jours de mon nouveau taf avec un chignon, non pas parce que j’avais honte ou que je voulais faire “bonne figure” (vous savez que tout ce qui assimile les cheveux naturels au péjoratif me hérisse le poil de toute façon !) mais juste parce que je ne voulais pas rejoindre un nouveau “groupe social” (mes collègues de travail) en tant que “la fille à l’afro” (chose que je suis finalement un peu devenue mais bon). J’avais envie de m’intégrer par ma personnalité, mes compétences, tout simplement.

Et puis d’autre part, plus j’y réfléchis, et plus je réalise que c’est quand même DINGUE de devoir constamment parler (et quand je dis “parler”, comprenez “développer”, “étayer”, “expliquer”, “faire un exposé”…) de quelque chose que je n’ai pas “créé”, mais qui fait, au contraire, simplement partie de moi et de ma constitution. Mes cheveux ne sont pas un accessoire (bon, en vrai, ça l’est un peu d’un point de vue style mais vous voyez où je veux en venir): je ne suis pas allée les chercher quelque part en espérant obtenir un regard particulier du monde extérieur… ils sortent juste comme ça de mon crâne. Est-ce qu’on va autant s’attarder sur les blondes ? les rousses ? les chauves ? les chevelures très longues ? Dans une moindre mesure j’imagine. Vous me direz “mais c’est normal, tes cheveux ne passent pas inaperçu !“. C’est bien là le problème: nous sommes des millions à avoir ce type de cheveux A L’ÉTAT NATUREL, il ne devrait y avoir aucune excentricité là-dedans. Et pourtant, j’ai trop souvent l’impression que ma coiffure est perçue comme telle dans les yeux des gens. Pour tout vous dire, je m’en fous pas mal, c’est juste tellement symptomatique du manque de représentation des cheveux naturels / afro / frisés jusqu’à il y a encore quelques années. Alors même si j’ironise très souvent sur le fait qu’on ne trouve désormais plus aucune enseigne ou marque ne mettant pas en scène une modèle “métisse aux cheveux frisés” (le nouvel incontournable, depuis quelques mois, non ?), tout cela est finalement une excellente chose: cette banalisation permettra peut-être un jour de faire cesser ce regard si “spécial” sur nous.

mercredie-blog-mode-geneve-suisse-fashion-hair-blogger-bloggeuse-afro-natural-nappy-3c-big-fro-mixed-girl-metisse-glamyday-geneve

Encore une fois, ce mini “coup de gueule” s’applique quasi exclusivement pour ma vie “hors-blog”: je suis toujours très enthousiaste lorsque je décide de partager avec vous mes tribulations capillaires ! On va dire que j’aimerais juste, parfois, pouvoir mettre mes cheveux de côté pour arriver à parler d’autre chose en premier lieu, rester maître des sujets de conversation en somme… tout en restant moi-même ! Parce que oui, je pense faire des trucs vraiment plus chouettes que simplement être la touffe de service.

L’Institut Leonor Greyl, un must pour le soin des cheveux… même afros (+ CONCOURS INSIDE !).

Je n’ai pas été chez le coiffeur depuis… sans doute la fin de l’année dernière, pour une couleur (pour tenter de me débarrasser une bonne fois pour toute de mes pointes décolorées). C’est donc à l’Institut Leonor Greyl (rue Tronchet à Paris 8, 01 42 65 32 26) que j’ai fait confiance pour chouchouter ma chevelure nouvellement 100% naturelle (pour celles qui n’auraient pas tout suivi, j’ai procédé à un petit big chop en mai dernier).

Si l’idée de me faire couper les cheveux par un inconnu m’effraie toujours autant, je confie bien volontiers mon afro à Leonor Greyl pour un soin profond ! C’est simple, pour moi, c’est la référence en la matière (je reçois d’ailleurs régulièrement leurs produits et j’ai toujours eu de très bons résultats, même si je n’en ai que très peu parlé sur le blog… je vous en expliquerai la raison un peu plus tard dans l’article !). J’avais quelques doutes concernant leur approche du cheveu afro / frisé… mais mon passage au salon m’a démontré que je n’avais aucune crainte à avoir ! Allez c’est parti je vous dis tout (attention les yeux, j’ai fait péter les GIFs de partout !).

mercredie-blog-cheveux-beaute-geneve-paris-leonor-greyl-soin-casque-avis-test-tronchet-institut-naturels-frises-afro-stephane-vanilles

Après avoir enfilé mon peignoir blanc siglé (sans rien en-dessous, pour mieux profiter du massage des épaules et de la nuque qui permettent de stimuler la circulation sanguine !), c’est Sylvie qui s’est occupée de toute la partie soin. Un diagnostic assez précis est d’abord établi (on me pose plusieurs questions sur mes habitudes de coiffage, produits etc…) puis le cheveu est analysé grâce à un appareil permettant de grossir jusqu’à 200x le cheveu (photo en bas à gauche). Est-ce que j’ai le droit de me la péter un peu ? Oui je crois ! Alors j’ai bien eu la confirmation que mes cheveux tout naturels pétaient la santé et étaient fort comme jamais (aucune casse pendant le brossage à sec par exemple, le truc inimaginable il y a encore quelques mois puisqu’une simple manipulation aux doigts suffisaient à casser mes cheveux). Bien contente (et ça confirme ma décision un peu fofolle d’avoir coupé mes longueurs !).

Sylvie procède par section (en même temps, vu l’épaisseur que j’ai maintenant, pas trop le choix !). Le process d’application de mon soin profond était par la suite un peu complexe et je ne suis pas sûre de me rappeler de tout (et, surtout, SUR-MESURE ; vous donc pouvez être certaines que vous recevrez le meilleur soin qui soit en fonction de vos cheveux, même s’il ne correspond pas à 100% à celui que j’ai eu !)… je vais quand même tenter un petit résumé: d’abord l’huile avant-shampoing Leonor Greyl appliquée sur toutes les longueurs, puis une mixture maison (j’ai le souvenir qu’elle contenait plusieurs pâtes dont un peu de crème aux fleurs, ce soin lavant vert hyper spécifique de la marque, et probablement un masque + autre chose). Je suis ensuite passée sous le casque à vapeur une dizaine de minutes pour bien faire pénétrer, avant de savourer un moment de détente (massage !).

mercredie-blog-cheveux-beaute-geneve-paris-leonor-greyl-soin-casque-avis-test-tronchet-institut-naturels-frises-afro

Une fois le produit rincé et mes cheveux délicatement shampouinés (avec de nouveau la crème aux fleurs), la circulation sanguine est réactivée une dernière fois: d’abord par le massage “ventouse” (qui vient aspirer le cuir chevelu, zone par zone) puis par un massage “vibration”. C’est une partie vraiment très agréable (et c’est d’ailleurs pour cela que je n’ai pas filmé: j’avais envie de kiffer un peu).

Ce que je retiens:
l’importance d’une huile avant-shampoing (je le faisais déjà mais pas forcément avec l’huile Leonor Greyl… finalement je me dis que les deux flacons que j’ai à la maison vont y passer !)
le rôle du brossage sur cheveux secs (oui oui, vous avez bien lu…), une fois l’huile appliquée: cela permet de bien étaler la matière sur le cheveu et ainsi une meilleure pénétration (mes cheveux étant en parfaite santé, ils n’ont absolument pas cassé, ce n’est peut-être pas la chose à faire si vous avez les longueurs très très fragiles en revanche

la possibilité d’appliquer son masque directement sur l’huile en pré-shampoing (donc sur cheveux secs, première fois que j’entendais ça… et à l’heure où je vous écris, j’ai huile de Leonor Greyl et masque à l’orchidée qui posent sur la tête !).
comment réellement utiliser la crème aux fleurs (à appliquer raie par raie et à ensuite faire mousser avec un peu d’eau pour laver très progressivement la chevelure…) ! Je l’avais déjà à la maison, je l’appliquais correctement… mais je la rinçais mal (je rinçais tout direct, alors qu’il faut masser les cheveux pendant de longues minutes en ajoutant l’eau petit à petit pour bien en tirer tous les bénéfices !). Je ne comprenais donc pas l’utilité du produit… d’où le fait que je ne l’avais jamais mentionné ici ou sur mes réseaux sociaux  comme je le disais plus haut !

Place ensuite à la coiffure (et j’avoue que, comme souvent, j’avais déjà prévu de repasser chez moi après mon passage au salon pour me recoiffer… éventuellement même me relaver les cheveux pour mettre mes boucles en place !). J’avais même pris mon gel au cas où… Je me retrouve donc entre les mains de Stéphane: je n’avais absolument aucune idée de ce qu’il comptait faire à mes cheveux mais vu la confiance dans son regard, je me suis dit “voyons donc de quoi il est capable” ! Quelle ne fut pas ma surprise quand celui-ci a commencé à prendre des mini sections, à les peigner et à les enrouler doucement sur elles-mêmes pour créer des tortillons (une technique qui n’est pas sans rappeler ma première vidéo coiffure !). Vous n’imaginez même pas comme j’étais contente (et fascinée par sa technique plutôt efficace pour créer de belles boucles). Le tout, sans même utiliser du gel (uniquement de la crème !).

Le résultat était super sympa, des boucles ultra définies (que j’ai ensuite légèrement déconstruites avec mon pic afro), beaucoup de volume et surtout énormément de souplesse et de brillance (sans doute dû au fait qu’il n’y avait finalement qu’une crème d’appliquée et non pas 1000 produits comme je le fais d’habitude…).

Et voici le résultat, deux jours après mon passage chez Leonor Greyl…

mercredie-blog-cheveux-beaute-geneve-paris-leonor-greyl-soin-casque-avis-test-tronchet-institut-naturels-frises-afro-resultat

J’aime bien cette technique même si je la trouve un peu longue et fastidieuse (mais justement, c’est cool à faire faire par son coiffeur ahaha !). Je ne pense donc pas la reproduire à la maison (je le faisais beaucoup avant quand mes longueurs ne bouclaient pas) puisque depuis ma coupe, mes cheveux bouclent à la perfection tous seuls pendant le séchage. J’étais néanmoins ravie de constater que le salon s’y connaissait très bien en styling des cheveux de ce type (tmtc que c’est pas partout hein !).

En bref, je recommande chaudement l’Institut à tous les cheveux frisés ou afro, tant pour la partie soin (j’attribuerai un 9.5/10) que pour la partie styling (7.5/10). C’était vraiment top pour moi de recevoir mon “ordonnance beauté” (c’est-à-dire une sélection de produits adaptés à ma chevelure) et, surtout, de voir comment les utiliser / les combiner / les détourner pour obtenir un résultat parfait ! A ce jour, j’utilise donc l’huile Leonor Greyl + le masque à l’orchidée en pré-shampoing +  crème aux fleurs ou shampoing crème de moelle de bambou en lavage + crème de jour éclat naturel pour le coiffage (avec une pointe de masque pour encore mieux définir mes boucles). Vous retrouverez l’intégralité des produits de la marque sur leur boutique en ligne et chez Feel Unique (-20% grâce au code “CHERIS20” jusqu’au 18/10/17 !).

Côté prix, comptez entre 100 et 150€ pour un soin profond d’1h30 comme moi (135€ pour une longueur et une nature de cheveux similaires aux miens !).

 

Afin de vous permettre de découvrir l’expérience d’un soin personnalité, Leonor Greyl et moi-même vous proposons de remporter un assortiment coffret répondant à vos besoins !

mercredie-blog-cheveux-beaute-geneve-paris-leonor-greyl-soin-casque-avis-test-tronchet-institut-naturels-frises-afro-huile-de-palme-masque-orchidee-shampoing-creme-moelle-bamboumercredie-blog-cheveux-beaute-geneve-paris-leonor-greyl-soin-casque-avis-test-tronchet-institut-naturels-frises-afro-huile-de-palme-masque-orchidee-shampoing-creme-moelle-bambou

Pour participer, c’est très simple, il vous suffit de:
1. Suivre les comptes @mercredieblog et @leonorgreyl sur Instagram
2. Me laisser un petit mot en commentaire de cet article en indiquant votre pseudo Instagram ! NB: J’ai installé un petit plugin afin de vous permettre de commenter très facilement depuis votre compte Facebook. Vous pouvez l’utiliser ou bien commenter via la section habituelle de commentaires ;)

Vous avez jusqu’à lundi 11 septembre minuit pour participer.
La gagnante sera annoncée dans ma story Insta et contactée par messagerie Instagram ;) BONNE CHANCE À TOUTES !

1 2 3 4 5 6 17