Shining bright like Geneva Lux !

La première fois que j’ai entendu parler de Geneva Lux, j’ai tout de suite pensé à un événement… luxe : “Genève”, le “luxe”… rien de surprenant dans cette association, non ? Et pourtant c’est bien du festival de lumières genevois que je vais vous parler (hé oui, lux = lumière, honte à moi et mes six années passées à traduire des versions et des thèmes en cours de latin… “O tempora, o mores“, comme dirait l’autre (non en vrai personne dit ça mais j’avais envie d’étaler ma confiture).

L’événement a lieu tous les ans depuis 2011, en période hivernale. Mais une petite nouveauté nous est réservée pour 2020 : Geneva Lux se tiendra fin janvier (et non pas en période de l’Avent comme à l’accoutumée), histoire de nous laisser récupérer du faste des fêtes de fin d’année… et surtout de faire perdurer la magie du paysage urbain illuminé, le tout sans se confondre avec les décorations de Noël du mois dernier.

Du 24 janvier au 2 février 2020.

Une façon originale de (re)découvrir les rues et l’architecture de Genève, sous un angle un peu plus enchanteur que le quotidien de l’année !

Autre bonne nouvelle : on pourra retrouver 11 nouvelles créations parmi les 26 œuvres présentées au total à travers tout le centre-ville (place du Molard, quartier des grottes, parc des Bastions…) !

Petit aperçu des œuvres qui seront proposées cette année…

Mais COMMENT diantre se retrouver dans toutes ces animations ?

Très simple, il suffira de lever la tête ! Non je déconne, il y aura encore PLUS simple : rendez-vous sur le site dédié de l’événement pour découvrir toutes les œuvres géolocalisées. Le centre-ville se parera de lumières, où que vous soyez. Vous pourrez par ailleurs retrouver plusieurs parcours thématiques : pour ma part, je me réjouis de faire le tour des créations présentées “au fil de l’eau” !) en famille… et vous ? ;)

Article réalisé en collaboration avec la Ville de Genève.

Looking back.

J’ai vu passer pas mal de “bilans de la décennie” (sur Twitter et ailleurs), récapitulant les grands événements personnels vécus par chacun entre 2009 et 2019.

Je crois que j’aurais un peu de mal à résumer ces dix dernières années, tant celles-ci furent riches et réellement “clefs” pour le restant de ma vie : rencontre de mon amoureux, fin des études, déménagement à Genève, adoption d’Harlem, lancement du blog, voyages, évolutions professionnelles, achats immobiliers, mariage…

Bon, il semblerait que j’y sois finalement arrivée sans trop le vouloir ! Mais laissez-moi quand même revenir plus particulièrement sur 2019, une année “à part” et marquante, pour tout un tas de raisons.

  • Je n’ai pas réactivé mes notifications Facebook, Instagram ou Twitter. Je passe bien sûr toujours beaucoup de temps sur les réseaux, mais au moins je décide du moment… et ça me va bien.
  • J’ai eu un petit garçon (sans déconner ?).
  • J’ai fait zéro sport (enfin si, j’ai fait UN cours de yoga avant les congés de Noël…).
  • J’ai quitté mon job.
  • J’ai été encore plus casse-****** concernant l’hygiène (hashtag maniaquerie) que d’habitude.
  • J’ai adoré balancer des “Ok boomer” à tout bout de champ.
  • J’ai pu m’intéresser et m’investir davantage dans les causes qui me touchent ou me révoltent (faits de discriminations et racisme, violences policières, violences envers les femmes, bafouement des droits sociaux…). J’espère sincèrement pouvoir y consacrer encore plus de temps en 2020.
  • J’ai perdu un ami.
  • J’ai arrêté de discuter avec les gens qui pensent savoir mieux que moi ce que j’explique ou qui m’interrompent.
  • Je n’ai pas réussi à voir mes amis aussi souvent que je le voulais.
  • Je me suis rendue compte de la puissance infinie du réseau (humain, pas social).
  • Je me suis obligée à toujours envisager l’envers des situations avant de juger ou de participer.
  • J’ai moins bien géré mon argent qu’à l’accoutumée.
  • J’ai laissé tomber pas mal d’éléments toxiques (personnes, environnements, activités, objectifs…).
  • J’ai repris la confiance.
  • J’ai promis une vidéo “routine capillaire” que je n’ai toujours pas publiée…
  • Je me suis enfin sentie “chez moi”, chez moi.
  • Je ne me suis jamais sentie aussi proche de vous qu’à travers mes échanges “grossesse et maternité“.
  • Je ne me suis pas laissée faire face à une marque qui m’a prise pour une imbécile (to be continued les kids).

Je ne sais pas vraiment de quoi la nouvelle année sera faite, mais je sais ce que j’ai envie d’y trouver.

Je vous souhaite à tous et à toutes la plus merveilleuse des années

Je porte une robe “Rumba” de Leon & Harper (dispo ici et ici), un caban Isabel Marant et un sac Jérôme Dreyfuss.

Photos Alexandra Christin @mxdgirl

1 2 3