Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.

Aujourd’hui, je vais profiter du « etc. » de ma bannière pour parler un peu politique (en vrai, j’ai envie de dire « bon sens », mais bon…). Je suis tendue par cette élection. Les français semblent avoir quant à eux plutôt bien digéré les résultats du 23 avril, en comparaison à 2002… Alors je m’interroge: comment est-ce possible ? Comment peut-on à la fois désigner Omar Sy, Jean-Jacques Goldman, Simone Weil, Yannick Noah et Teddy Riner comme ses personnalités préférées et se ruer sur le « Suicide Français » d’Eric Zemmour ou encore permettre à Le Pen-fille d’accéder au second tour dans le plus grand des calmes ?

Comme beaucoup d’entre vous, je me souviens du choc au moment de la percée de Jean-Marie Le Pen (j’avais 13 ans, donc je ne vais pas essayer de vous faire croire que je saisissais tous les enjeux de l’événement, pour autant j’avais conscience de vivre un moment extrêmement grave… des artistes comme Saez ou Diam’s étaient à l’époque de bons vecteurs pour les petits jeunes). Et pourtant, rebelotte. Rebelotte puissance 10.000 même puisqu’une partie toujours plus conséquente de français a la ferme intention de donner sa voix au Front National. Pire encore, beaucoup en sont fiers. Voir le FN en bonne place dans la course à la présidence n’indigne plus, pour le plus grand bonheur de tonton raciste, cousin complotiste et papy homophobe.

En tant que fille et petite fille d’immigrés européens et africains, petite nièce de déporté, jeune-femme-de-couleur mais, surtout, humaniste et citoyenne française, je ne supporte plus de lire et d’entendre les arguments des frontistes, des abstentionnistes, des « c’est blanc bonnet, bonnet blanc« , des « c’est la peste ou le choléra« , des « ni Le Pen ni Macron« , des « #SansMoiLe7Mai ». Comment hésiter ne serait-ce qu’une seule seconde à aller voter contre ce sombre parti ? Comment ne pas voir la différence entre un Le Pen et un autre candidat ? Comment oser espérer une défaite du FN tout en continuant de taper sur Macron ? Comment, quand on a eu Trump et le Brexit à l’étranger ?

J’ai passé pas mal de temps à réfléchir et je garde l’espoir que, si certains électeurs donnent leur voix au FN, c’est parce qu’ils ne savent pas. Alors je me permets ce petit rappel en sept points qui en ramènera peut-être quelques uns à la raison (peut-être…):

 

  • #1: Le FN, une création originale 100% Collaboration:
    Le Front National a été fondé par une « joyeuse troupe » d’anciens Waffen SS et miliciens français: pêle-mêle, vous retrouverez Léon Gaultier (chroniqueur à « Radio Vichy », collectionneur de discours d’Adolf Hitler, de Pétain et de Joseph Goebbels), Roland Gaucher, André Dufraisse ou encore François Brigneau, et bien d’autres encore (mais comme ça m’emmerde de faire du name-dropping sur ce sujet, je vous invite à en lire plus ici et ici). La représentation du FN, quant à elle, a été attribuée à Jean-Marie Le Pen, désigné président pour ses talents de tribun et son profil « plus modéré » (!). Une stratégie de dédiabolisation de la première heure donc, qui a très bien fonctionné puisque la majorité des français reste convaincue que le FN n’existait pas avant lui. Depuis sa création, ce parti s’évertue à faire oublier son ADN… « heureusement », les polémiques et petites phrases ne manquent pas pour régulièrement nous rappeler sa véritable identité (cliffhanger de ouf vous incitant à lire mon point #2…).

 

  • #2: Nier l’antisémitisme, le racisme et l’homophobie du FN c’est avoir les yeux plein de merde:
    Jean-Marie hilare de sa vanne « Durafour-Crématoire« . Mises à jour de listes de petits enfants musulmans (des listes..!) par Robert Ménard. Assimilation de Taubira et d’autres personnalités noires à toutes sortes de bêtes sauvages (souvent des singes, quand même). Tatouage SS sur le bras de membres décorés par le FN. Participation de Le Pen-fille au bal de Vienne avec la fine fleur de l’extrême droite. Saluts nazis intempestifs. Arrières-boutiques de librairies révisionnistes. Appels à la haine des homosexuels. Proposition d’extraction des dents en or des roms pour financer leur relogement. Réunion d’anciens du GUD. Affinités avec des skinheads 3e dan de ratonnades. Mémoire hautement sélective. Adulation de Trump. Henry de Lesquen (pas besoin d’en dire plus). Les dérives sont nombreuses, incalculables même si l’on devait en plus prendre en compte les partages et follows douteux des personnalités du parti sur les réseaux. Ça fait beaucoup de sorties de route quand même… « Coïncidences » diront les plus naïfs… tout comme les partisans. Pour en rajouter une couche, ne manquez pas le sympathique profil du président en intérim du parti, Jean-François Jalkh. Oops ! L’actualité de ce 28 avril 2017 m’oblige à mettre à jour cette section: Jean-François Jalkh (accusé de négationnisme) est désormais remplacé par Steeve Briois (lui-même renvoyé en correctionnelle pour incitation à la haine…). Décidément c’est VRAIMENT pas de chance, le sort s’acharne !

 

  • #3: Musulmans, immigrés et migrants, boucs-émissaires historiques du FN:
    A trop écouter les militants FN, on finirait par croire que les migrants ont déjà remplacé tous les papiers-peints et qu’il est désormais impossible de marcher dans Paris sans trébucher sur un musulman en pleine prière de rue. C’est simple, ils sont partout et la cause de tout (un peu comme les juifs dans les années 30): le chômage, l’insécurité, le trou de la Sécu… mais aussi bientôt le réchauffement climatique, Jul, la chute de cheveux, les Stan Smith ou encore le goût dégueulasse du café chez Speedy.

 

 

  • #4: On l’oublie souvent, mais la France a déjà goûté au Front National:
    Au tristement populaire « On sait pas ce que peut donner le FN, on n’a jamais essayé !« , j’ai quand même envie de rappeler que, SI, avoir au pouvoir des individus partageant les mêmes idées nauséabondes que le IIIe Reich (comme la hiérarchisation et la répression selon les origines…), on l’a déjà testé: c’était entre 1940 et 1944 et ça s’appelait la Collaboration. Et même si vous n’étiez pas de la partie, un livre d’histoire suffira à vous rappeler que ce n’était pas la plus glorieuse des décennies.

 

  • #5: Marine Le Pen (j’écris ENFIN son prénom) ne fait que (très bien) jouer son rôle:
    « Marine, elle est pas pareille !« . Alors Marine, déjà, elle a réussi à faire en sorte que tu l’appelles par son prénom, comme si c’était ta pote, comme si elle comprenait mieux tes problèmes que les autres. Certes, Marine, elle est plus policée que son père… mais s’est-elle élevée une seule fois contre ses blagues pourries ? Jamais. Ça l’a plutôt faite glousser… Classe. Qu’est-ce qui vous fait croire qu’elle se serait métamorphosée en un coup de baguette magique ? Sa dernière sortie sur la rafle du Vél’d’Hiv devrait remettre certaines idées en place. D’ailleurs, à ce sujet, je vous invite à lire la circulaire n°173-42 de la préfecture de police du 13 juillet 1942 publiée sur le blog de Maître Eolas: les instructions officielles françaises données à la police, pour la réalisation de ladite Rafle du Vel’d’Hiv (d’une sécheresse administrative qui glace le sang). Un texte que tous les français devraient lire.
    Ajoutons à cela que la candidate « du peuple » et « anti-système » est héritière, fille de millionnaire, châtelaine à Montretout, rémunérée (tout comme sa team) par l’Europe qu’elle conchie, et se réserve le droit de ne pas se présenter lorsqu’elle est convoquée par la justice. Tout n’est qu’image et bonne figure, comme lors de ses bains de foule soigneusement filmés (15min seulement, à faire des selfies chez Whirlpool à Amiens, même les youtubeurs font mieux en meet-up !).

 

  • #6: Le FN propose de fausses solutions aux vrais problèmes:
    Le Pen se concentre sur des problèmes, s’arrange pour les amplifier et s’évertue à proposer des solutions virtuelles. Festival de mensonges et d’âneries autour du chômage et de l’euro par exemple. Faire croire qu’en quittant l’Europe, les français pourront de nouveau payer leur baguette 1franc, c’est minable. Prôner la fermeture des frontières alors qu’une part importante des rentrées d’argent françaises s’expliquent par le commerce extérieur, c’est détruire encore plus d’emplois sur le territoire national. Les français sont nombreux à préférer entendre des doux mensonges que des vérités qui font mal… et le Front National l’a bien compris.

 

  • #7: Voter FN en étant une femme c’est être complètement maso (pour rester polie…):
    Le saviez-tu ? Les deux député-e-s frontistes qui siègent à l’Assemblée Nationale ont TOUJOURS voté contre TOUS les textes proposant des avancées pour les droits des femmes (loi pour l’égalité réelle entre les hommes et les femmes, loi pour l’abolition du système prostitutionnel, loi sur le harcèlement, loi renforçant le droit à l’IVG…). Coupure des subventions aux plannings familiaux, banalisation de l’expression « avortement de confort »… nos aïeules qui n’avaient d’autre choix que les cintres et les aiguilles à tricoter doivent se retourner dans leur tombe. En attendant, tout cela plaît énormément à Christine Boutin et à Sens Commun, ces belles figures progressistes.

 

Comment ne pas voir que le FN profite allègrement de la misère économique et intellectuelle des français les plus démunis, désespérés, bernés, désinformés ? Plus que jamais, « gratter » le fond des choses, se renseigner, confronter les opinions, vérifier ses sources paraissent nécessaire… comme on nous l’a toujours appris à l’école de la République.


Moi quand j’entends « Je vote Marine mais j’suis pas raciste hein ! »

J’ai conscience que cet article sera pour le moins inattendu par rapport à « ma ligne éditoriale » habituelle, mais il m’est devenu impossible de continuer à parler cheveux et perfectos dans un climat aussi inquiétant. J’essaye donc de profiter de ma petite visibilité pour tenter d’ouvrir un peu les esprits et espérer un sursaut. Je ne suis ni experte politique, ni en campagne… je refuse simplement de rester silencieuse devant la catastrophe qui s’annonce. Georges Orwell disait: « Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime, il est complice« . Je n’ai pas envie d’être complice, alors je fais tout ce qui m’est possible, à la hauteur des moyens qui sont les miens.

Je conçois que, depuis le 23 avril, certains puissent être déçus et percevoir un adversaire en face de Marine Le Pen… Il n’en est pas pour autant l’ennemi. Il n’y a qu’une seule ennemie de la démocratie, de la République, qu’une seule nostalgique des grandes heures de l’antisémitisme, du négationnisme et de la xénophobie et elle s’appelle Le Pen. Le Front National n’est pas un parti de « patriotes ». C’est le porte-voix de celles et ceux qui ne supportent pas de croiser des “bougnoules” dans la salle d’attente de leur médecin ou de se faire couper les cheveux par des “gros pédés”, de celles et ceux qui considèrent que « bamboula » est un terme acceptable et que « les juifs sont un peuple qui nous manipule et qui contrôle le monde »…  Après avoir lu cet article, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.

 

Joie de vivre. Paix et amour.

Une publication partagée par Priscilla Rossi (@mercredieblog) le

J’ai testé pour vous… l’épilation du maillot au laser.

Comme beaucoup d’entre vous, la question de l’épilation définitive m’a longtemps trotté dans la tête. J’ai décidé de franchir le pas en 2015 et, comme je suis arrivée à la fin des séances, l’heure est venue de partager mon expérience avec vous.

mercredie-blog-beaute-avis-test-epilation-definitive-laser-peau-foncee-mate-noir-maillot-bikini-geneve-forever-institut-prix

Pour tout vous dire, je n’ai jamais eu de vrai « problème de poils »: je peux ne pas m’épiler les jambes pendant toute une saison sans que cela ne se voit (petite perte en capital douceur à signaler quand même..!), bref globalement j’ai la chance d’avoir un corps peu poilu.. A croire que tout est allé sur la tête. En revanche, certaines zones ont toujours été chez moi sujettes aux poils incarnes, le maillot particulièrement (et ce, qu’importe la méthode d’épilation: poil rasé, poil arraché… rien n’y fait j’y ai toujours droit). Or, qui dit poil incarné sur peau mate dit tache brune pigmentée dit angoisse du bikini (si toi aussi tu as fréquenté la #teamshorty..!). J’avais donc envie d’en finir une bonne fois pour toutes. Et plutôt que de vous faire tout un storytelling de la manœuvre, je vous propose de découvrir mes réponses aux questions / remarques que j’ai le plus entendues sur le sujet (l’épilation du maillot et l’épilation définitive, deux sujets qui passionnent les foules).

« L’épilation laser n’est jamais vraiment définitive… »
Techniquement, un poil détruit par le laser ne repousse pas (sauf changement hormonal, ménopause par exemple). Mais dans la pratique il est un poil plus ardu de TOUS les avoir: certains passent à travers les mailles du filet et le laser ne pourra donc pas en venir à bout. Je rappelle cependant que, dès la première séance, le poil devient déjà beaucoup moins épais. Quant aux récalcitrants de fin de parcours, ils auront de toute façon davantage l’apparence d’un duvet que d’un vrai poil.

« C’est tellement long, j’ai pas le temps ! »
La séance (pour le maillot) dure seulement dix minutes (perso, j’y allais entre midi et deux ou après 18h). En revanche, il faut prévoir une séance tous les deux mois. Comptez entre 6 et 8 séances en moyenne pour un résultat optimal… il ne vous reste plus qu’à faire le calcul (et à « organiser votre année » !).

« Il faut un sacré moment avant de pouvoir constater les premiers effets »
C’est faux. Dès la première séance, vous verrez vos poils repousser… puis tomber tous seuls (parce que grillés !), et les prochains mettront beaucoup plus de temps à refaire surface… d’où le délai de 2 mois entre deux séances.

« Le laser est interdit sur peau mate ou noire, il ne fonctionne que sur les peaux claires et les poils foncés ! »
Au risque de vous surprendre… c’est FAUX. Come on, on est en 2017 ! Encore heureusement qu’il existe des instituts capables de traiter les peaux foncées (et très bien en plus !). Pour ma part, je me suis tournée vers Forever Laser Institut (dont je vous avais déjà parlé dans cet article) qui dispose du laser Nd:YAG permettant d’épiler les peaux noires en toute sécurité. J’ai ainsi été suivie par Mélanie (de mon premier entretien médical jusqu’à ma dernière séance) qui, en plus d’avoir toujours été hyper pro, m’a vraiment rassurée tout au long de ce projet (on a aussi bien rigolé, ce qui n’était pas pour me déplaire !).

« Ça fait mal ? »
Oui (comme des claquements vifs d’élastiques sur la peau). Voilà voilà. Mais je vous rassure, j’ai survécu (et des milliers de femmes avec moi). Pour info, les aisselles et le maillot font plus mal que les jambes car il y a plus de poils au mmsur ces zones. J’ai TOUJOURS utilisé ma crème anesthésiante (appliquée 1h30 avant la  séance), absolument indispensable pour moi qui ne suis pourtant pas douillette. J’en profite pour glisser que devoir s’enrubanner de film plastique est sans doute le truc le plus chiant de tout le process lol (surtout quand vous devez le faire sur votre lieu de travail !).

« On ne peut pas épiler toutes les parties du corps au laser… »
Hé si ! On peut tout épiler, même les zones les plus sensibles (comme le visage, les aisselles, le bikini…).

« Le maillot c’est une zone difficile à traiter au laser… »
Raté, c’est en fait ce qui marche le mieux (car on est en général plus blanches du maillot que sur le reste du corps, avec des poils sombres).

« D’après la Bikini Academy, il n’existe que trois formes d’épilation du maillot… »
Non, vous faites bien le dessin que vous voulez (dans la limite du raisonnable, il faut quand même que ça reste réalisable par la thérapeute… qui n’est pas artiste plasticienne non plus).

« Je commence bientôt les séances, je vais pouvoir jeter tous mes rasoirs ! »
Pas tout de suite malheureuse ! Je te conseille d’en garder au moins un étant donné qu’il te faudra te rendre fraichement rasée (24h) à la séance pour un résultat optimal.

« J’ai peur des effets secondaires… »
On a toutes entendu parler de ces femmes qui se sont retrouvées cramées ou bien avec une pigmentation complètement différente une fois la zone traitée (le bo-nheur !). Alors, vraiment, prenez le temps de choisir le centre: c’est de loin l’étape la plus importante, surtout si comme moi vous avez une peau « typée ». Les seuls effets secondaires constatés: quelques rougeurs ou petits gonflements (répondant au doux nom de papules). Dans certains cas vous pouvez aussi vous retrouver avec de petites brûlures superficielles se manifestant par des croûtelles (poésie, encore et toujours): pas de panique, celles-ci disparaissent rapidement et sans marquer.

« Les mises en garde (soleil, prise de médicaments…), c’est du bullshit ! »
NON ! Je vous assure que j’ai douillé sévère pendant une séance suivant une prise d’antibiotiques. PRUDENCE également avec le soleil: une peau bronzée (même par autobronzant) ne pourra pas être traitée au laser (tout thérapeuthe sérieux refusera de vous prendre de toute façon). Et si vous partez en vacances pendant votre traitement laser, n’oubliez pas de SURPROTEGER la zone traitée (maillot de bain opaque + crème + idéalement parasol ou paréo… oui, rien que ça !).

« Ca coûte cher ? »
Oui. Demandez les tarifs de l’institut que vous aurez sélectionné. Certains proposent parfois des facilités de paiement, voire même carrément des promotions (mais encore une fois, soyez TRES vigilantes et ne sautez pas sur un centre pour des raisons financières !). Une machine cheap ou des praticiens mal formés pourraient en effet vous coûter biiiiiiien plus cher… Comptez aussi le prix de la crème anesthésiante que vous devrez probablement acheter plusieurs fois en pharmacie.

« Vu le prix, si c’est juste pour enlever deux trois poils, autant rien faire ! »
Dans le même esprit que « Quitte à se faire poser des extensions capillaires, autant choisir les plus longues » ou encore « Vu le prix d’une augmentation mammaire, autant mettre les plus gros implants !« … Stupide donc. Enlevez uniquement ce qui vous gêne vous en gardant à l’esprit qu’il vaut mieux enlever pas assez que trop (parce que l’épilation définitive c’est… ? c’essssst ? VOILA !). Bref, ne suivez pas « la mode » ;)

« Tu recommandes ? »
Mille fois oui ! Je remercie une nouvelle fois Forever Institut pour ma prise en charge impeccable et sa grande disponibilité (j’ai obtenu tous mes rendez-vous très facilement et sans attente à chaque fois !).

Et vous, avez-vous déjà testé des méthodes d’épilation longue durée, voire définitive ? Si non, ça vous tente ? Quelle zone feriez-vous en premier ?

C’est peut-être un détail pour vous… mais pour moi les cheveux de Miss France veulent dire beaucoup !

mercredie-blog-mode-beaute-cheveux-naturels-afro-miss-france-comite-alicia-aylies-brushing

Je n’ai pas regardé la cérémonie Miss France… mais lorsque j’ai découvert le visage de l’élue, j’ai poussé un « WOW » silencieux (en gros j’ai rien dit parce que le contexte ne me le permettait pas, mais je l’ai pensé très très fort).

Comme beaucoup, j’ai d’abord trouvé à Alicia Aylies une ressemblance avec Rihanna (ses traits fins, ses yeux incroyables yeux verts…) (la pauvre n’a pas fini d’entendre cette comparaison…) et puis, à bien y réfléchir, je dirais plutôt qu’elle me rappelle Romy, version DOM-TOMisée (frisée, aussi).

1

Ennnnfin bref. Si je m’adresse à vous aujourd’hui ce n’est pas pour proposer un concours de sosies (dommage hein ?). Non.

En fait, je voulais partager avec vous le sentiment tout bizarre que j’ai ressenti hier matin, alors que je checkais mon feed Facebook: quel étonnant changement capillaire à seulement 24h de l’élection !

 

J’ai ressenti un petit choc quand j’ai découvert ce lissage. Pourquoi avoir modifié si soudainement ce qui représentait, à mon sens, son plus bel attribut physique (loin de moi l’idée de dire qu’elle est moins belle ainsi, c’est juste le genre de différence qui saute quand même aux yeux, plus particulièrement dans une compétition basée sur l’apparence… même chauve je pense qu’elle resterait plus douce que 99% des femmes) ?

Je me suis d’abord demandée (sur Facebook), si cette coiffure lui avait été imposée ou non. Après tout, Alicia Aylies en avait peut-être envie ? Peut-être même que c’est le genre de brushing qu’elle demande régulièrement ? Et puis j’ai regardé son Instagram perso et je me suis dit que ça n’avait pas trop l’air d’être le genre de la maison (#InspecteurGadget).

Plusieurs personnes ont ensuite crié au parlé de racisme… Pour être parfaitement sincère, ça me saoule un peu. S’il y avait vraiment un problème de ce type au sein du concours, on ne verrait jamais aucune femme de couleur parmi les finalistes… or, quid de Sonia Rolland, Corinne Coman, Cindy Fabre, Chloé Mortaud, Flora Coquerel, toutes sacrées MISS FRANCE depuis 2000 ? Ce serait un peu gros quand même, non ? Et puis, entre nous, j’ajouterais que moins on parle de race, mieux je me porte… la « pauvre » jeune fille aura malheureusement tout le temps d’expérimenter le « vrai » racisme, agressif et puant, de la fachosphère au cours de l’année à venir (on se souvient des milliers de lettres d’insultes reçues par Sonia Rolland après son élection…).

Finalement, la seule option qui me reste,
c’est la pression conformiste.

Une certaine idée du cheveu frisé qui voudrait que celui-ci fasse négligé (pour rester polie). Évidemment la communauté afro en souffre plus particulièrement (du fait d’un certain passif historique notamment). Je suis cependant intimement convaincue que ce problème dépasse la notion raciale: qu’il soit afro, blond, brun ou roux, le cheveu frisé volumineux a toujours été à l’opposé des standards de beauté classiques. Je ne compte d’ailleurs plus les témoignages de situation d’entretiens professionnels où l’on faisait comprendre à la candidate que les cheveux « tirés et plaqués » étaient de rigueur, une chevelure frisée étant évidemment trop « farfelue » pour être prise au sérieux.

C’est grave quand même. Tellement, que le sujet est d’ailleurs mis au même rang que la perception du poids chez les femmes par Dove, dans sa campagne #LoveYourCurls (après #LoveYourBody).

 

 

Alors à ceux qui m’expliquaient qu’il fallait « arrêter de polémiquer pour rien », qu’elle pourrait « retrouver ses boucles le lendemain » (faut voir dans quel état aussi, si c’est brushing obligatoire tous les jours !), je répondrai que, non, ce ne sont pas « que des cheveux ». Ce passage éclair de l’afro (maîtrisée et arrangée pour le show mais afro quand même) au brushing Saint Algue, c’est un message assez nul qui est renvoyé.

D’une part, c’est dire « bon allé, ça suffit les conneries, t’as pu porter ta touffe pendant l’élection mais maintenant que tu as le titre, il faut être présentable« . Autant dire que pour toutes les frisées (encore une fois, afro ou non), qui se réjouissaient de voir la beauté d’une miss à leur image enfin célébrée, c’est une grosse claque dans la gueule, arrivée par surprise (ou, du moins, beaucoup plus vite que prévu !).

D’autre part, ce « détail » peut également être interprété comme du « white-washing » (volonté d’atténuer, voire de faire disparaître les principales caractéristiques physiques négroïdes pour tendre vers une apparence plus « occidentalisée »). Je vous invite à faire des recherches sur le sujet si cela vous intéresse, il faudrait plus que 2-3 lignes dans un article Miss France pour expliciter. Pour ma part, j’ai envie de penser qu’il ne faut pas voir aussi « loin » mais c’est un point de vue qui demeure intéressant et respectable.

Vous l’aurez compris, j’ai hâte de retrouver notre Miss France au naturel, comme elle avait choisi de se présenter avant sa victoire… Et vous ?

PS: j’ai hésité avant de publier cet article car je milite personnellement au quotidien contre tout ce qui a trait à vouloir diviser (et toutes les pensées extrémistes). Merci de bien vouloir prendre l’intégralité de cet article en considération et non pas une petite phrase par-ci, par-là, qui, sortie de son contexte pourrait avoir un tout autre sens ;)

 

UPDATE DU 20.12.2016: Sylvie Tellier m’a répondu… mais je doute qu’elle ait lu mon article vu la teneur de son tweet.

Vis ma vie d’animatrice (web)télé !

Hello les kids !

Celles qui suivent auront remarqué que je viens d’ajouter une nouvelle corde à mon arc puisque… j’anime désormais la nouvelle saison de Détours !

mercredie-blog-mode-beaute-animatrice-tv-web-canalplus-canal-plus-detours-seat
Quand tu souris tellement fort que tu pourrais te casser les dents… #joie

« Mais c’est quoi Détours« , me demanderez-vous (et, d’ailleurs, je ne vous en voudrais pas de poser la question) ?

Détours c’est un programme web, développé par Canal+ en partenariat avec SEAT, qui propose une veille ultra inspirante sur les dernières innovations venant bouleverser notre quotidien ! En gros, l’idée c’est de partager les technologies les plus chouettes et les plus en phase avec le monde d’aujourd’hui (de demain même… hé ouais on est comme ça !), le tout sans prise de tête (ON N’EST PAS LÀ POUR VOUS ENDORMIR !).

Pour tout vous dire, l’ambition de ce programme est vraiment proche de mon « vrai » travail (vous savez, celui dont je ne vous ai jamais parlé mais qui m’occupe toute la semaine de 9h à 18h LOL) !

J’exerce (depuis déjà un paquet d’années) la fonction de planneur stratégique dans une agence de communication (j’invite les curieux à me stalker sur Linkedin). Pour la faire courte, mon rôle consiste à faire le pont entre la marque (son histoire, ses besoins, ses faiblesses…) et les communications à produire (qu’il s’agisse d’un spot TV, d’un événement, d’un site web…) de sorte que la campagne « tape dans le mille » (c’est-à-dire qu’elle solutionne un problème, qu’elle repositionne la marque comme souhaité, bref qu’elle atteigne ses objectifs etc). Pour ce faire, j’élabore un « brief » qui est en fait un condensé des informations les plus importantes pour que les créatifs puissent produire la campagne (je m’attarde généralement sur ce qui permet de mieux comprendre la « cible », ce qui la fait vibrer, ce qui l’a déçue, le type de message qui peut lui parler… le tout en prenant en compte la foultitude d’éléments extérieurs pouvant influencer son état: des tendances sociétales, la façon dont communique la concurrence…). Attention, ce brief doit ABSOLUMENT proposer une IDÉE (inspirante, c’est toujours mieux), histoire de guider le travail des créatifs (directeurs artistiques, concepteurs-rédacteurs…). Un brief sans idée, c’est tout ce que tu veux (une étude de marché, un essai de psychologie…)… mais c’est pas un vrai brief. VOILA VOILA.

C’est donc un métier qui demande énormément de curiosité (pour toujours être au fait de « ce qui se passe » et être en mesure d’apporter une vision nouvelle/actuelle/unique du problème…), d’observation et d’empathie (il faut se mettre « à la place » des cibles, par exemple comprendre l’état d’esprit d’une maman lorsque l’on souhaite repositionner une marque de lait maternel ou bien cerner les attentes d’un type qui a des pellicules mais qui a déjà tout essayé pour s’en débarrasser… hashtag #glam t’as vu !). Au final, il faut pouvoir se positionner comme un « expert de tout » (expression élue oxymore de l’année) et en très peu de temps. La créativité est évidemment aussi une qualité primordiale si l’on veut pouvoir proposer « l’idée qui tue » (et non pas, « juste », une idée qui fonctionne).

Enfin, j’estime qu’un planneur stratégique doit savoir « régurgiter » de façon limpide et accessible les quantités, parfois faramineuses, d’informations glanées, ça et là, au fur et à mesure des initiatives sur lesquelles il a pu travailler. Transformer une information ultra complexe en quelque chose de « digeste » (voire, carrément cool et utile !) compréhensible de tous (et non pas uniquement des « gens du milieu »). J’ai toujours pris très à cœur cet aspect de mon travail: depuis mes premiers stages et dans toutes les agences où j’ai pu bosser, j’ai toujours proposé des sessions de présentation de tendances, histoire de « mettre tout le monde à jour » (= décortiquer des faits ou termes « barbares » pour établir un système de connaissances communes et ainsi faciliter les échanges du quotidien: ça veut dire prendre 10min pour expliquer qui sont les Anonymous, ce qu’est une blockchain, les principaux avantages d’un réseau comme Periscope…).

mercredie-blog-mode-beaute-animatrice-tv-web-canalplus-canal-plus-detours-seat2
Highlights sur les nouvelles technologies (cette blague c’est pour les makeup addicts)

Animer un programme comme Détours est donc pour moi une formidable opportunité qui me permet de partager ma passion du partage (… la phrase pas lourde du tout !). Le format (vidéo) et ma fonction (d’animatrice) me font par ailleurs complètement sortir de ma « zone de confort »… ET C’EST PAS PLUS MAL car, tout compte fait, j’adore ça ! On pourrait même dire que je me suis assez vite familiarisée avec tout ce que cette émission implique de nouveau pour moi (toute l’équipe qui me gravite autour pendant le tournage, le fait d’être filmée en conduisant…). Et vous n’imaginez pas comme je suis contente de pouvoir faire quelque chose qui sorte des carcans « mode & beauté ». Je rêverais donc de pouvoir renouveler ce genre d’expérience par la suite :)

Et quel rapport avec le blog, alors ? A priori aucun, si ce n’est qu’il a sans doute attiré l’attention de l’équipe qui m’a proposé ce projet ! J’en profite donc pour remercier et féliciter la production Bliss pour les sujets trouvés et aussi pour le merveilleux travail réalisé, mais aussi SEAT et CANAL+ pour leur confiance !

Je vous invite à suivre l’actualité de Détours via la page facebook dédiéeafin de ne manquer aucun épisode. Pour revoir l’épisode 1 c’est ici, et je vous propose de découvrir le second qui vient de sortir ;)

N’hésitez SURTOUT PAS à me donner votre avis sur ce programme, on peut toujours s’améliorer et vos avis nous sont très précieux !

Je vous embrasse.

« Le mariage est une longue conversation qui semble toujours trop brève »

Le dix-sept septembre dernier (en toutes lettres, comme sur les chèques ou les papiers de notaires, ça mérite au moins tout ça de solennité), je vivais le plus beau jour de ma vie.

mercredie-blog-mode-mariage-arthur-degorce-la-belle-histoire-video-videaste-wedding-teaser-emotional

Entendez bien, il y a encore quelques jours, j’aurais été la première à me foutre de la gueule de toute personne qualifiant son mariage de la sorte. Et pourtant, j’ai beau le tourner dans TOUS les sens, imaginer toutes les situations possibles, toutes les joies potentielles qui me tomberont sans doute dessus un de ces quatre… je ne vois PAS comment une journée pourrait être plus belle, plus entraînante, plus réussie que celle que j’ai vécue. Que nous avons vécue. Si bien que, depuis une semaine, je me réveille chaque matin avec l’angoisse d’oublier progressivement les petits détails qui, mis bout à bout, ont contribué à porter cette incroyable journée de septembre.

(c’est là que je me dis « b**** de ****** MERCI Arthur ! ». Merci d’avoir su capturer tout ça et d’en avoir fait quelque chose d’au moins aussi fou que ce qui nous est arrivé…)

Ce film est une pure merveille (le fait que je sois dedans n’est pas un critère de jugement valide !). Simplement parce que j’ai beau l’avoir contemplé regardé cinquante plusieurs fois, je parviens toujours à y trouver une nouvelle subtilité, une nouvelle attention, un nouveau détail qui, pour mon plus grand plaisir, ne trouvera de sens que dans mes yeux. C’est mon Inception à moi. Notre inception de couple.

Aujourd’hui je me remémore, pelle-mêle, mes impressions les plus marquantes.

– La plénitude au samedi matin, chacun de notre côté (Axel et moi n’avons pas passé la nuit précédent le mariage ensemble, à l’ancienne), chacun à prendre un bain, probablement exactement à la même heure, sans le savoir… alors que nous n’en prenons jamais en temps normal.

– Les discours de nos papas, pourtant novices en la matière, qui ont fait fondre en larmes à peu près toutes les tables.

– Les effusions de joie et de gentillesse. Axel et moi étions bien conscients de notre chance d’avoir grandi dans des foyers simples, remplis d’amour, de respect et de générosité… et le fait d’avoir pu partager ces valeurs tout au long du mariage a, je le sais, fait exploser les jauges de bonheur de tout le monde. Quelle bénédiction d’entendre, aujourd’hui encore, nos invités nous « remercier pour ce moment » (dommage que Valérie ait marqué cette référence à tout jamais). Quel plaisir j’ai à y repenser, à me dire que notre extase s’est littéralement déversé sur nous tous.

– Le véritable show offert par notre prêtre. Une décontraction et un esprit de fête qui ont su donner le ton de la journée.

– Les pensées pour nos amis et proches dont l’absence n’était malheureusement pas un choix.

– La gentillesse d’Inna et Fatou.

– L’implication et la volonté de « tout donner » de nos invités. Un hug virtuel phénoménal à Alex, Alexis, Boule, Clem, Elsa, JB, Jess, Juju, Lolo, Margot, Marie, Phil, Soso et Toini, nos témoins et demoiselles d’honneur. Un toast à leurs prestations variées, hors du commun et tellement justes :)

– Ma mémé qui me dit, petit sourire en coin, qu’elle ne s’attendait « vraiment pas à ça« .

– Le mot « grandiose » que je n’avais jusqu’alors jamais prononcé dans la « vraie vie » (allé, je l’avais peut-être lu à haute voix devant toute la classe pendant un cours de Français !), que je n’ai cessé d’employer tout le weekend !

– L’évolution du ressentiment. J’ai été attristée que certaines personnes n’aient pas « fait l’effort » d’être parmi nous. Déçue même. Finalement, aujourd’hui, je suis presque désolée pour elles.

– Le air guitar.

– Ce que signifie « agrandir la famille ». Avoir l’impression d’assister à des retrouvailles… de personnes qui ne s’étaient pourtant jamais rencontrées auparavant ! Entendre ses invités demander « quand est-ce qu’on se refait un truc tous ensemble ? ». La confirmation d’être entourée des meilleures personnes qui soient et, qui dans la plus grande des logiques, ont envie de continuer l’histoire ensemble. J’ai encore du mal à y croire… mais c’est aussi ça, « agrandir la famille ».

– Le rire. La BASE.

– L’intensité de la lumière pendant nos photos. Un coucher de soleil si intense que même mon bouquet ultra vif, paraissait pourtant froid à côté.

– La tendresse inconditionnelle d’une sœur pour son « petit frère ».

– Les trucs qui me paraissaient, il y a quelques jours encore, inimaginables: Margot en talons fins, Marie caressant mon chien sans risquer l’amputation, Jonathan « superbe » en coupe cintrée, ma belle-maman en mode breakdance sur la piste…

– Les remerciements plus que les félicitations.

– Un « T’es trop belle » que je ne pourrai jamais oublier.

– Les milliers de kilomètres parcourus par beaucoup pour être de la partie.

– L’exceptionnelle attention de tous nos « prestataires » (j’utilise vraiment ce mot pour que vous compreniez de qui je parle mais il sonne aujourd’hui presque comme une « insulte », vu les relations nouées avec certains d’entre eux !). Plus particulièrement celle de notre wedding planner Estelle (MC2 mon amour): nous pensions recevoir un « bon coup de main », nous avons gagné une amie.

– Les habits traditionnels éblouissants de mes oncles et tantes maliens.

– L’allure de mon homme.

– Entendre ses proches lancer qu’ils n’avaient jamais assisté à « un mariage pareil !« .

– « Il vaut mieux un bon ami qu’un mauvais frère« , Maman.

– Les huit années de bonheur non-stop passées à côté de mon amoureux, qui affirmait que le mariage n’était vraiment pas « son truc ». Mariage plus vieux…

Voilà les petits loups, ça part un petit peu dans tous les sens mais je voulais vraiment vous raconter tout ça « à chaud »… Je reviendrai avec d’autres articles plus détaillé quant aux préparatifs et au jour J (mais BIEN SÛR qu’on va parler mode et beauté, ahah !). J’ai même une poignée de tips à vous proposer ;)

Avant de vous quitter je voulais vous dire un truc. Partager sa vidéo de mariage n’est pas un acte anodin (j’ai écrit « anodingue » sans le faire exprès… coïncidence ? je ne crois pas). Néanmoins, quand je repense à l’intensité des sentiments ressentis ce jour-ci, impossible de résister ! En fait, la dose de bienveillance reçue me rappelle celle dont vous avez toujours fait preuve à mon égard, ici, sur les réseaux sociaux ou encore dans la « vraie » vie (quand j’ai la chance de vous croiser au café ou le samedi chez IKEA !). JAMAIS, depuis que j’ai commencé ce blog, je ne me suis sentie mal à l’aise, ennuyée ou persécutée. J’ai une chance inouïe de vous avoir « à mes côtés » et d’être, « ici » aussi, entourée de gens tout simplement bien. Aujourd’hui c’est avec une deuxième famille que je partage ce moment très personnel. Alors merci, je vous embrasse tous et toutes affectueusement.

 

Et à mon désormais mari, une « dernière » fois: pour le siècle des siècles, je t’aime.

********** Pour visionner mon mini film de mariage… c’est par ICI ! **********
********** Pour lire mon article « préparatifs et wedding planner »… c’est par ICI ! **********
********** Pour lire mon article « déco »… c’est par ICI ! **********
********** Pour lire mon article « mode et accessoires »… c’est par ICI ! **********
********** Pour lire mes « 20 conseils pour un mariage plus que parfait (que vous ne lirez nulle part ailleurs !) »… c’est par ICI ! **********

Da-ba-dee da-ba-daa.

Ne me remerciez pas, ce genre de titre, c’est toujours cadeau (et avec les sous-titres) !

De quoi allons-nous parler aujourd’hui ? Très franchement, je ne sais pas trop… Ça sent l’article qui va partir en live en moins de deux. Je crois que le temps de ma remise en question bloguesque annuelle est arrivée (genre si j’avais une chaîne Youtube bien alimentée, j’aurais sûrement pondu une vidéo « MISE AU POINT », ahaha !).

Comme je l’expliquais dans cet article, j’ai l’esprit bien occupé cette année… ajoutons à cela un manque latent de motivation (je ne laisse filer aucune opportunité de chiller)… et on obtient beaucoup de questions ! Et voici celle qui revient le plus souvent: « Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir raconter aujourd’hui ?« . Non pas que je me force à écrire, bien au contraire ! J’ai plein de choses que j’aimerais vous raconter… mais pas toujours liées aux univers de la mode et de la beauté. Du coup, parfois, je suis partagée entre l’idée de poster des tenues « comme ça BOOM sans bullshit », et celle de partager avec vous des histoires plus développées, pas forcément en rapport avec mes tenues ou mes coiffures du jour (olalala, la fin du monde !). Évidemment, je sais que certaines blogueuses sont très fortes pour étayer leurs propos de tenues du jour, sans trop se prendre la tête… mais moi j’ai du mal. J’ai toujours l’impression d’être en hors sujet complet. Mais en même temps, si je reste trop « factuelle » dans mon blabla, c’est l’ennui mortel: tout le monde s’en fout de savoir comment j’ai shoppé telle ou telle pièce, combien j’étais trop heureuse d’obtenir une remise surprise en caisse et pourquoi je n’ai jamais reporté telle paire de chaussures, non ? Finalement, QUI a envie de lire de la mode « pragmatique » tous les jours sur des blogs mode ? De moins en moins de monde il me semble… moi-même, ça ne m’intéresse plus tellement.

Alors voilà, je crois qu’au fond, je souhaiterais me mettre à écrire plus et illustrer moins (surtout lorsque cela n’est pas nécessaire), tout simplement parce que je ressens davantage l’envie de m’exprimer sur une multitude de sujets que celle de « me montrer ». Je suis d’ailleurs un peu lassée de voir ma tronche partout (#autoflagellation), sur ce blog et ailleurs, alors qu’il me semble avoir un millier de choses plus intéressantes à partager. C’est notamment pour cette raison que je n’ai pas de compte Snapchat. Pour faire simple, j’ai quand même l’impression qu’on y trouve beaucoup de merde. Or, je pense déjà perdre suffisamment de temps à en regarder et lire chaque jour pour m’éparpiller sur une nouvelle plateforme. Et puis, pour être honnête, j’aime bien l’idée de me dire que je garde encore une part de « secret » et de « distance ». Bref, Snapchat, c’est TROP pour moi (je changerai peut-être d’avis un jour, et je rejoindrai le mouvement mille ans après tout le monde, comme je l’avais fait pour Instagram…). C’est compliqué, disons que j’ai super envie de vous raconter des choses plus « personnelles » qu’à l’accoutumée (surtout si ces « stories » peuvent vous aider, vous inspirer…) mais l’idée de partager tout et n’importe quoi à l’arrache en temps réel ne m’emballe pas du tout (toi aussi, parle comme une mémé de 95 ans !).

Par exemple, je kiffe mille fois plus lire les réflexions du quotidien de Marie ou écouter les pérégrinations « philosophiques » de Taren Guy sur Périscope que scroller frénétiquement mon feed Instagram (où tout est tellement décousu). C’est un peu comme s’il y avait deux écoles de contenu: les « WAH TROP COOL ! » et ceux qui font réfléchir, qui laissent leur empreinte, et qui auront éventuellement un petit impact sur ma vie. C’est super méga ambitieux et prétentieux, mais ça me ferait plaisir d’être dans la seconde catégorie.

Parfois j’ai l’impression qu’on est tous en train de devenir débiles, avec nos cerveaux addicts à l’instantané et au « prêt-à-comprendre » (je n’ai visiblement pas réussi à faire dégager la petite mémé de 95 ans qui sommeille en moi !). Je m’effraie moi-même à en chier devant un article journalistique « classique » (type Le Monde): trop de texte, trop d’analyse, pas assez d’images… le syndrôme TLDR, la honte un peu.

Bref, le blog me paraît être le support idéal pour blablater davantage (peut-être Youtube aussi) ! Je vais essayer d’écouter mes envies d’écriture histoire de prendre toujours plus de plaisir à poster ici… Qu’en pensez-vous ? Y a-t-il des sujets précis que vous souhaiteriez voir abordés ici ? J’ai déjà un petit paquet d’idées en tête mais j’aime toujours savoir ce qui se passe dans vos têtes aussi ;) bisou.

mercredie-blog-mode-perfecto-zara-bleu-clair-cheveux-afro-platine-chanel-boy-bag-chevrons-blond

mercredie-blog-mode-perfecto-zara-bleu-clair-cheveux-afro-platine-chanel-boy-bag-chevrons-blond2

mercredie-blog-mode-perfecto-zara-bleu-clair-chanel-boy-bag-chevrons-asos-skinny-high-waisted-levis

mercredie-blog-mode-perfecto-zara-bleu-clair-cheveux-afro-platine-chanel-boy-bag-chevrons-blond-asos-skinny-high-waisted-levis2

mercredie-blog-mode-perfecto-zara-bleu-clair-cheveux-afro-platine-chanel-boy-bag-chevrons-blond-asos-skinny-high-waisted-levis3
Sandales Asos (ancienne co, similaires ici, ici, ici, ici et ici) – Top Asos – Jean Levi’s (similaires ici et ici) – Sac Chanel (dispo ici et ici) – Perfecto Zara

Le cheveu crépu est-il moche ?

Ok, aujourd’hui je suis un peu énervée. Et je vais tout de suite répondre à la question posée dans le titre… non. Bien sûr que NON.

Disclaimer: ATTENTION, cet article va vous sembler complètement loufoque (« Pourquoi elle fait tout un fromage de ces histoires de… cheveux ? ») si vous ne faites pas partie de la communauté afro… (je n’essaye pas de jouer les physios  de la lecture d’article (en mode « toi tu rentres », « toi tu rentres pas »), je préviens juste). Bisous.

Comme je l’expliquais dans mon précédent article, je n’ai pas reçu que des compliments sur mon dernier crochet braids. Jusque là, NARMOL (c’est la vie, Larry). Ce qui m’a fortement déplu, en revanche, c’est la nature des commentaires négatifs reçus (ça et là, ici, sur les réseaux sociaux, dans mon entourage proche…). Compilation: « Qu’est-ce que c’est moche cette texture !« , « Pourquoi cacher tes belles boucles ?« , « Tes boucles à toi sont tellement plus belles« …

mercredie-blog-mode-geneve-jupe-asos-color-block-cuir-cuban-twist-equal-crochet-natural-afro-braid5

Si, de prime abord, ces petites remarques peuvent sembler anodines, je dois bien avouer avoir été un peu choquée par le caractère catégorique de ces jugements du style, « le cheveu crépu, c’est moche, un point c’est tout« . Désolée mais non. A la limite, je peux concevoir que ce genre de coiffure ne soit pas au goût de tout le monde… Mais entendre des gens affirmer, OKLM (je parle comme les jeunes), que « ces cheveux sont affreux« , me met en rogne. Simplement parce que cette même nature de cheveu (que je portais alors sous forme de rajouts) correspond à la nature des cheveux de millions (millards ?) de femmes dans le monde. Je trouve parfaitement incroyable de constater que ces critiques émanent de… personnes noires ayant justement ce type de cheveu au naturel !

Alors si tu es crépue et que tu portes des extensions bouclées, tu as eu une upgrade… par contre si comme moi tu troques tes boucles pour une masse de coton, tu t’enlaidis ? Vraiment, j’ai envie de lancer le plus gros des « WTF » dans les airs.

Mais que se passe-t-il aujourd’hui dans la communauté afro ?

S’il est, selon moi, difficile de nier le mal du « colorisme » (qui veut que les peaux les plus claires et métissées soient plus avantagées, mises en avant, intégrées… que les peaux plus foncées… malheureusement) du fait d’un nombre indéfinissable de facteurs (historiques, médiatiques, culturels…), j’ai toujours du mal à comprendre cette « auto-flagellation » pratiquée par certaines femmes noires aux cheveux très crépus. Pourquoi avoir voulu, à tout prix, établir une hiérarchie de la boucle ? Une boucle naturelle, sans aucun artifice, est forcément belle, puisqu’elle est telle qu’elle nous a été attribuée par la génétique, la nature, Dieu… à vous de choisir.

Depuis quelques années maintenant, sur la toile afro, c’est un peu la guerre des textures. Comme si LA belle boucle (le nouveau « good hair ») était la 3C, par excellence. Comme si tout ce qui évoquait de près ou de loin la nature crépue était honteux, laid, inesthétique. Encore une fois, ce qui me fait le plus de peine est de constater que ces sentiments négatifs sont « intra-communautaires »: les femmes afro ont, elles-mêmes, codifié cette évaluation capillaire. Pour exemple, on blâme souvent la Youtubeuse Taren Guy d’avoir été favorisée par son teint et la nature de ses cheveux (boucles détendues). J’ai pu lire la même chose au sujet d’Alyssa Forever. Certaines hardcores sont même allées jusqu’à comparer le succès de ces femmes aux cheveux « bouclés » à celui, moindre, de Youtubeuses crépues, pensant ainsi dénoncer ce qu’elles considèrent être unfair… Pourquoi ? Ne pourrions-nous pas attribuer cette réussite à d’autres éléments (comme la personnalité par exemple) ? Bref, je divague un peu mais vous voyez où je veux en venir.

Come on girls! Il est temps de nous rendre compte du petit trésor que nous avons toutes au-dessus de notre tête, qu’il soit ondulé, lisse, crépu, bouclé, frisé…

Comment ne pas tomber amoureuse de sa nature crépue quand on se retrouve devant les vidéos/photos de Naptural85, Hey Fran Hey ou, plus près de chez nous, Fatou ou Ursula ? Il est évidemment nécessaire de respecter la vraie nature de ses cheveux, et donc, d’établir une routine adaptée (qui ne correspond pas forcément à celle de sa Youtubeuse préférée !). Ou, comme moi, jouez avec les extensions, crochets, tissages… afin d’explorer toutes les textures possibles et imaginables, tout en respectant sa vraie nature :)

Tout comme il existe plusieurs dizaines de carnations noires différentes, une foultitude de textures naturelles de cheveux « coexistent » au sein de la communauté afro. Il serait peut-être temps de les célébrer plutôt que de les monter les unes contre les autres…

PS: est-ce que quelqu’un a pu rattraper mon WTF au vol ?

mercredie-blog-mode-geneve-jupe-asos-color-block-cuir-cuban-twist-equal-crochet-natural-afro-braid

mercredie-blog-mode-geneve-jupe-asos-color-block-cuir

mercredie-blog-mode-geneve-jupe-asos-color-block-cuir-cuban-twist-equal-crochet-natural-afro-braid-gif

mercredie-blog-mode-geneve-jupe-asos-color-block-cuir-cuban-twist-equal-crochet-natural-afro-braid2

mercredie-blog-mode-geneve-jupe-asos-color-block-cuir-boots-cuirJupe Asos – Top Asos (similaires ici, ici et ici) – Boots H&M (ancienne co) – Sac APC

Accepter les compliments quand on porte des extensions ?

« Vos cheveux sont superbes ! ».

Hum hum… Comment réagir lorsque l’on sait pertinemment que… que la vérité est ailleurs qu’il s’agit en fait de 4 paquets de Cuban Twist coloris 4 ?

mercredie-blog-mode-beaute-cheveux-afro-big-hair-crochet-braids-cuban-twist-la-redoute-coralie-marabelle-short-chinese-laundry-riley-over-the-knee-boots-cuissardes

Ma dernière coiffure a suscité beaucoup de commentaires (dont beaucoup de négatifs !). Mais elle m’a surtout fait réaliser que nous n’avions pas toutes la même approche dès lors qu’il s’agissait de « gérer les compliments » (oui parce qu’il y en a eu quand même !).

Pour ma part, je suis plutôt du genre à « tout avouer »: j’ai tendance à répondre « Merci, ce sont des extensions » (ou « C’est un crochet braids » si mon interlocuteur est « aguerri » LOL). Pourquoi ? Simplement parce que, 8 fois sur 10, le compliment sera suivi du fameux « Et… ce sont tes vrais cheveux ?« … Question à laquelle il faudra:
1. Soit sortir un gros gros mytho histoire de ne pas perdre la face (« Oui oui, c’est TOUT à moi !« ), mais, petit rappel, mentir c’est mal.
2. Soit dire la vérité (#akward dans la mesure où c’est un peu avouer que la personne a en fait complimenté les cheveux de quelqu’un d’autre… LOL ! Enfin, moi, c’est comme ça que je le ressens !).

Du coup, perso, je ne laisse plus planer le mystère (en même temps, tenir un blog avec une rubrique « cheveux » pousse un peu à la transparence).

Ça me rappelle la réaction d’un collègue (noir) qui avait HALLUCINÉ le jour où j’étais arrivée au taf avec des cheveux tout lisses: en réponse aux « Sympa ta nouvelle coupe !« , « Ça te va bien les cheveux comme ça !« , j’avais répondu « Merci, c’est une perruque » (oui, oui, CASH, histoire d’éviter les incompréhensions sans fin du style « une lacew… quoi ?« ). Mon collègue était on ne peut plus choqué. Il était d’ailleurs ensuite venu me voir pour m’expliquer que JAMAIS, au grand JAMAIS il n’avait entendu ses sœur être aussi directes dans leurs explications capillaires (« You know, my sisters… they’re always like « oh yes, you know… it’s a piece of hair », « It mostly is my real hair »… THEY WOULD NEVER ADMIT THAT IT’S A WIG!« ).

#old mais, si vous ne l’avez pas déjà vu, je vous recommande vivement « Good Hair » qui évoque le sujet (et bien d’autres !).

Voilà voilà.

J’ai parfois l’impression que demander à une femme afro de s’expliquer sur ses cheveux (alors qu’elle porte une lacewig, un tissage ou autre…) peut se révéler aussi tendu qu’une table ronde sur le conflit israélo-palestinien… Me trompe-je ?

mercredie-blog-mode-beaute-cheveux-afro-big-hair-crochet-braids-cuban-twist-la-redoute-coralie-marabelle-short

mercredie-blog-mode-beaute-cuban-twist-la-redoute-coralie-marabelle-short-chinese-laundry-riley-over-the-knee-boots-cuissardes

mercredie-blog-mode-beaute-cheveux-afro-big-hair-crochet-braids-cuban-twist-la-redoute-coralie-marabelle-short-chinese-laundry-riley-over-the-knee-boots-cuissardes2

mercredie-blog-mode-afro-big-hair-crochet-braids-cuban-twist-la-redoute-coralie-marabelle-short-chinese-laundry-riley-over-the-knee-boots-cuissardes-karly-coat-caban-manteau-isabel-marant

mercredie-blog-mode-beaute-cheveux-afro-big-hair-crochet-braids-cuban-twist-la-redoute-coralie-marabelle-short-karly-coat-caban-manteau-isabel-marant-sac-seau-apc-bourse

mercredie-blog-la-redoute-coralie-marabelle-short-chinese-laundry-riley-over-the-knee-boots-cuissardes-karly-coat-caban-manteau-isabel-marant

mercredie-blog-mode-beaute-la-redoute-coralie-marabelle-short-chinese-laundry-riley-over-the-knee-boots-cuissardes-karly-coat-caban-manteau-isabel-marant2
Pull cachemire La Redoute – Short La Redoute x Coralie Marabelle (similaire ici) – Manteau « Karly » Isabel Marant (également dispo ici et ici) – Boots « Riley » Chinese Laundry – Sac seau APC (ancienne co)

Mes bonnes résolutions mode, beauté et santé pour 2016.

mercredie-blog-mode-geneve-beaute-bonnes-resolutions-nouvelle-annee-2016-pull-bimba-y-lola-curly-blonde-natural-afro-hair-cheveux-frises-naturels

Vous pensiez pouvoir finir le mois de Janvier sans que je vous parle de mes nouvelles résolutions ? Malheureuses ! Pour une fois, j’ai les idées plutôt claires sur le sujet, alors autant les partager… qui sait, ça vous inspirera peut-être ;)

 

************************ MODE ************************

1. Porter plus de talons.

J’ADORE les belles chaussures…

 

… mais celles-ci sortent rarement de mon shoesing. Ahah ! En effet, j’ai tendance à céder au confort / au plat dès que je me constitue une nouvelle tenue… alors qu’une petite paire d’escarpins ferait souvent toute la différence ! On va changer ça. J’ai d’ailleurs complété ma petite collection avec ce chouette modèle Asos, hyper chic (et le fait de les retrouver chez Réjane m’a conforté dans mon choix). Profitez-en, il est hyper soldé !!  

 

2. Oser la couleur !

Terminée ma phase « black and white »…

tenues black&white

Il semblerait que mon petit tournant opéré l’été dernier porte ses fruits. Dernier achat coloré en date, ce joli manteau jaune (que j’ai hâte de vous présenter !), qui est lui aussi super soldé ;)

3. M’acheter de bons jeans.

Je porte énormément de jeans (slim, pour la plupart) et, surtout, je les porte TRÈS souvent. Tellement souvent que, quelques mois seulement après leur achat, ils commencent déjà à tirer grave la gueule (surtout mes Zara, H&M…). Du coup, j’aimerais bien trouver des marques sur lesquelles « investir », histoire de pouvoir porter mes jeans à l’infini. Dans le genre, je dois dire que mon jean Anine Bing n’a pas bougé !

4. Renouveler ma lingerie.

Cet ancien article de Coline m’avait déjà ouvert les yeux !

5. Mettre mon vide-dressing à jour plus régulièrement.

Gros gros point faible ça. Je mets TOUJOURS trois plombes à l’actualiser et ça me chagrine toujours de voir toutes les fringues que je ne porte plus s’accumuler… alors que je pourrais un peu renflouer les caisses entre deux craquages (et vous faire plaisir, accessoirement ahah !). Va falloir que je me mette un coup de pied au derche pour ça.

 

************************ BEAUTÉ ************************

1. Limiter l’eau du robinet sur mon visage.

Je vois de plus en plus de bloggeuses le faire (remplacer l’eau du matin et de l’après-démaquillage par des toniques et de l’eau micellaire) ! J’ai commencé à le faire en début d’année et je suis plutôt contente du résultat (même si j’ai mis un moment à aller au-delà de la barrière du « beuhhhh je suis dégueu si je me débarbouille pas à l’eau !« ).

2. Avoir les ongles impeccables.

A l’heure où je vous parle, ce n’est pas tout-à-fait le cas, mais je me suis promis de le faire, surtout depuis que j’ai ma jolie bague :)

3. User et abuser de lacewigs.

Comme Solange (blague à part, j’ai toujours l’impression de me voir quand je tombe sur celle-ci sur Google Images AHAH !). Les lacewigs sont mes « coiffures protectrices » préférées: idéales pour laisser mes cheveux se reposer et arborer une coiffure au top, au calme.

La dernière en date ? Ce très joli modèle de chez Bobbi Boss (dispo chez Superbeauté), ultra naturel (personne ne m’a cru quand j’ai lâché le morceau !).

mercredie-blog-mode-geneve-beaute-bonnes-resolutions-nouvelle-annee-2016-lacewig-perruque-curly-frises-boucles-bobbi-boss-yanet

mercredie-blog-mode-geneve-beaute-bonnes-resolutions-nouvelle-annee-2016-lacewig-perruque-curly-frises-boucles-bobbi-boss-yanet2

Cette lace est vraiment chouette ! La couleur (châtain) est très naturelle et se fond super bien avec mes racines, la longueur est parfaite (ni trop courte ni trop longue / fake) et la qualité est irréprochable (100% cheveux naturels). Le seul défaut que je lui ai trouvé est l’absence de petits peignes: il n’y a qu’un élastique pour s’assurer du maintien de la perruque.

4. Faire moins de couleurs.

Contrairement aux vêtements, je compte un peu me calmer niveau coloration capillaire. Oui, je le dis chaque année… mais maintenant je suis blonde, ça me plaît plutôt pas mal donc pourquoi changer ? Allé, disons que je me donne UN joker pour changer en 2016, pas plus, pour éclaircir ou revenir à un châtain naturel… Affaire à suivre ;)

 

************************ SANTÉ ************************

1. Courir plus.

Enfin, courir tout court. Je vais bientôt me réinscrire à la salle et j’aimerais cette fois passer plus de temps au cardio et moins aux machines et aux cours.

2. Prendre rendez-vous chez le podologue.

Glamour bonjour ! Non mais, plus sérieusement, c’est TELLEMENT chouette quand quelqu’un s’occupe de vos pieds et de vos cuticules, vous retire ces petites peaux qui font mal etc… Je pense que si je faisais ça plus régulièrement, ça me pousserait à porter des talons plus souvent !

3. Boire plus d’eau.

Alors, celle-ci, elle a la palme de la résolution la plus souvent évoquée, la moins réalisée. Je vais commencer par des eaux aromatisées… et une grande bouteille par jour. Go Prissou. Lâche rien.

4. Ne rien manger 4h avant d’aller au lit.

Oui parce ce que j’ai la fâcheuse habitude de dîner tard (vers 21h30/22h), et ça, c’est pas top top pour la digestion toussa toussa…

5. Me coucher tôt pour dormir (et lire !) plus.

Je suis en permanence éclatée. Me lever chaque matin est un véritable calvaire, mes paupières sont lourdes de 8h à 10h et de 21h à minuit. Bref, il faudrait que j’écoute mon corps et que je lui accorde des pauses quand il est trop fatigué… cela me permettrait aussi de dévorer la dizaine de livres que j’ai reçus en fin d’année (et qui s’impatientent sur ma table de chevet !!).

Et vous, quelles sont vos bonnes résolutions ? Pensez-vous les tenir ?

Complexe insolite et chirurgie esthétique: tout sur mon opération.

C’est donc avec cet article pas tout-à-fait comme les autres que je commence la semaine. Hier, je vous confiais être passée sur le billard en 2015. Bien que je n’aie jamais été radicalement contre la chirurgie esthétique, je dois bien avouer que cela ne m’avait jamais particulièrement tenté non plus. Ok, j’adore passer des heures à ricaner devant les sites de fails en la matière (on est toutes pareilles, non ?), mais ça n’allait pas plus loin. Pourtant, depuis quelques temps (je dirais deux/trois ans), j’ai constaté que l’acte chirurgical se banalisait, notamment dans mon entourage proche: entre mes relations professionnelles, mes copines et autres connaissances, je crois que je pourrais recenser au moins une dizaine de personnes ayant subi des interventions « lourdes » (je ne parle pas des peelings, laser, orthodontie et autres, mais bien d’un autre niveau). Je trouve ça dingue. Dingue que tout cela soit aussi « près » de moi, dans mon quotidien (et non plus uniquement sur NRJ12 ou TMZ). Et puis, finalement, voilà que j’ai franchi le cap, moi aussi.

Je me suis dit que ça pouvait être « marrant » de vous demander de deviner ce que j’avais eu tant envie de changer l’année dernière… Le moins que l’on puisse dire c’est que je n’ai pas été déçue par vos pronostics: dents, nez, seins, paupières, oreilles, pommettes, fossettes… vous n’avez épargné aucune partie de mon corps qui est sur le point de se dévoiler un peu plus aujourd’hui !

Allé, je vous donne un premier indice: ce n’était pas pour mon visage. Oh, et puis un deuxième: je n’ai rien « rajouté »… Maintenant, ça se précise: il s’agit d’une partie du corps qui a été diminuée. Procédons par élimination: vu mon tour de poitrine, on ne parle évidemment pas d’une réduction mammaire. Ni de mes fesses. Encore moins de mes cuisses. Ca aurait pu être mon petit bidon qui tend à doubler de volume très facilement ! Mais non, toujours pas. En fait, je crois que si je vous le disais vous ne me croiriez pas (heureusement que j’ai des photos pour prouver ce que je vais vous annoncer !).

stupid-girl-pink-debrina-wright

J’ai fait une liposuccion. Une micro-liposuccion pour être encore plus juste. « Micro » car il s’agit d’un tout petit endroit (je vous vois déjà vous faire des films les plus fous ahah !).

mercredie-blog-mode-geneve-suisse-costume-intemporel-noir-veste-pantalon-the-kooples-curly-hair-nappy-cheveux-afro-frises-naturels-collier-apoi-jardins-babyloneVous ne voyez toujours pas ?

Allé, je vous le dis: j’ai fait refaire mes aisselles. Et ceci n’est absolument pas une blague.

Je vous imagine déjà en train de vous dire: « Mais c’est quoi ce bordel quelle idée saugrenue !?« . C’est vrai que l’acte paraît peu courant… pourtant, ces aisselles étaient mon plus gros complexe. Un de ceux qui sont peu visibles par les autres (car, avouons-le, on tend à ne pas trop s’attarder sur les aisselles de ses interlocuteurs), mais qui vous bouffent la vie.

Tout a commencé à la fin du port de mon corset orthopédique, vers 16/17 ans (j’ai dû porter ce genre d’appareil car j’ai souffert d’une scoliose assez conséquente). Je me suis rendue compte que j’avais deux bourrelets sous les bras (qu’il me semblait ne pas avoir eu avant). Je me souviens que je les prenais plutôt à la rigolade, mes deux petits seins « satellites ». Mais, les années passant, j’ai fini par les trouver de plus en plus disgracieux (surtout en comparaison à ma corpulence plutôt fine et à ma poitrine menue), au point que je finisse par éviter le plus possible certaines fringues, comme les débardeurs, les bustiers… Je ne voyais plus que ça. Vraiment. Sur les photos, nue devant la glace, dans les cabines d’essayage…

mercredie-blog-mode-vacances-st-tropez-capitou-maillot-de-bain-une-piece-nasty-gal-bandeau-turban-bleu-short-cuir1

DSC_13411

mercredie-blog-mode-reprendre-le-sport-nike-tenue-zalando-def-shop-nike-adidas-jogging-brassiere-stan-smith

mercredie-blog-mode-reprendre-le-sport-nike-tenue-zalando-short-def-shop-nike-freerun-runningC’est moche.

J’en parlais souvent avec mes amies proches, mon mec aussi. L’été faisait naître en moi cette obsession toute particulière qui se résume à mater les aisselles des autres filles (WTF monumental). Et cela me confortait dans l’idée que, merde, quelque chose gâchait complètement le haut de mon corps. Quelque chose au sujet duquel tout le monde répondait « non mais tu te prends trop la tête, y’a que toi qui les voit tes bourrelets…« . Forcément « y’a que moi qui les voit mes bourrelets » puisque j’excellais dans l’art de ne pas attirer l’attention dessus (que ce soit dans le choix de mes vêtements ou celui des photos à paraître sur mon blog…).

Après des semaines de recherches sur Internet (enfin, surtout après avoir passé des mois à me tuer au sport, à fondre d’un peu partout partout, à me muscler les bras, mais à ne JAMAIS rien perdre au niveau des aisselles), je me suis motivée à consulter un chirurgien plastique. D’abord en France, sans grand succès, puisqu’on m’a expliqué qu’il n’y avait rien à faire (à part me gonfler les seins pour que ceux-ci, par le poids, « tirent » mes bourrelets vers l’avant et les fassent disparaître). Je me revois passer des journées à chercher des photos de ma nouvelle poitrine idéale (alors que ce n’était pas DU TOUT l’objet de ma requête initiale…), convaincue que ce serait la solution. Mon copain m’a alors conseillé d’arrêter mes conneries de voir un autre spécialiste, et c’est là que j’ai rencontré le chirurgien qui m’a opérée, à Genève.

Capture d’écran 2016-01-12 à 08.29.44

En plus d’être très rassurant (en m’expliquant que cette zone était tout-à-fait opérable), celui-ci m’a aussi expliqué les raisons de ce souci esthétique: aucun sport ni aucun régime n’aurait pu faire disparaître ces bourrelets car il s’agissait en réalité d’un amas de tissu mammaire (qui avait en gros « migré » pour se caler près de mes aisselles). Il y avait donc une part de réalisme dans ma tendance à les appeler « mes troisième et quatrième tits ». Ce n’était pas de la graisse à faire fondre mais bien quelque chose contre lequel je ne pouvais, finalement, rien faire.

Dix jours plus tard, je me rendais à la clinique pour une micro-liposuccion (sous anesthésie locale). L’opération en elle-même était plutôt désagréable voire carrément douloureuse par moment (bien qu’elle ait duré à peine plus de 45min)… mais qui a porté ses fruits.

DSC_0377
Avant (je me trouve tellement monstrueuse sur cette photo…)

DSC_0917Après 2 mois

mercredie-blog-mode-operation-chirurgie-esthetique-aisselles-bras-bourrelet-graisse-liposuccion-micro6 mois plus tard

Aujourd’hui, j’ai enfin l’impression d’avoir un corps normal et, surtout, harmonieux, c’est-à-dire en équilibre avec le reste de ma morphologie. Évidemment il me reste des « mini-bourrelets », je n’ai pas le pli ultra lisse (« je n’ai pas le pli ultra lisse« , LOL je me fais rire moi-même…) mais je me sens enfin à l’aise.

Celles qui me suivent sur Instagram savent déjà que l’année 2016 sera spéciale pour moi: je suis tellement heureuse de me dire que je pourrai porter à peu près n’importe quelle robe…

TOUT sur ma cure « detox » Fit’n’Tasty aux jus de fruits et légumes !

J’ai testé la « cure detox » Fit’n’tasty la semaine dernière… Autrement dit, je n’ai consommé QUE des jus de fruits et légumes frais sur une durée de 3 jours.

J’ai toujours eu un régime alimentaire assez freestyle: faire attention à ce que je mange n’a tout bonnement jamais fait partie de mes habitudes (d’où mon cynisme assez récurrent sur la tendance « healthy »…). Si j’adore les fruits, je n’ai en revanche jamais eu de véritable attirance pour les légumes… Comme je l’ai toujours dit, la vie est trop courte pour manger de la salade. Un bout de poivron peut me gâcher un plat, manger des crudités est une véritable épreuve et j’avoue avoir du mal à cacher ma déception lorsque l’on me sert un gazpacho en entrée (à mes yeux, une des pires inventions culinaires de l’humanité). Voilà voilà. Les légumes c’est joli, Arcimboldo gère sa mère et tout… mais, par pitié… pas de ça dans mon assiette. J’ai probablement un petit souci psychologique puisque même les herbes de Provence me donnent des sueurs froides. Il y a bien deux-trois légumes que j’aime (que j’adore, même !): les lentilles, l’artichaut, les asperges, le maïs… mais, comment dire… je peux trèèèèès bien m’en passer ;)

Pour couronner le tout (je sais, vous me prenez désormais pour une vraie cas-soc’…), je ne bois que très peu. Et ça, c’est clairement mauvais ! Je dois à peine être à un litre par jour. Je n’ose même pas dire « un litre d’eau » puisque ce n’est quasiment jamais de l’eau: je suis toujours obligée de rajouter un peu de sirop ou, pire, de me tourner vers des sodas ou des jus car… je n’aime tout simplement pas l’eau (!). J’essaye bien, de temps en temps dans l’année, de me forcer à en boire « beaucoup »… mais cela ne m’est tout simplement pas naturel (c’est le comble), du coup, je finis toujours par revenir à mes vieilles habitudes de faible hydratation… Et sinon, je suis toujours vivante hein.

Pas mal mon intro, non ? Disons que maintenant vous êtes bien fixée sur le personnage… et la teneur du challenge du « 100% jus » pour moi ! Ne me demandez pas pourquoi j’ai eu envie de tenter cette « juice detox » (qui, vous l’avez bien compris, va plutôt à l’encontre de mes habitudes alimentaires), ça m’est venu comme ça. J’avais sans doute envie de voir quels pouvaient être les effets de ce tout nouveau genre de consommation sur mon corps, mon organisme, mon moral etc.

J’ai eu la chance de pouvoir tester la cure sur 3 jours proposée par Fit’n’tasty (proposée en Suisse exclusivement). J’avais déjà pas mal entendu parler de ce genre de « diets », que ce soit dans mon entourage ou sur les réseaux sociaux.

Que nous promet cette cure ?
« Un corps reboosté », « un plein d’énergie grâce aux vitamines, enzymes et minéraux présents en abondance dans les fruits et légumes sélectionnés » et un « début parfait pour un régime ou un changement de vos habitudes alimentaires ». Je trouve que ça sonne plutôt bien.

Combien de temps durent les cures Fit’n’tasty?
Vous avez le choix entre 1, 3, 5 et 7 jours. Pour ma part, j’ai choisi une durée de 3 jours.

De quoi est-elle composée ?
J’ai choisi la cure « First Date » qui compte 5 jus par jour:

mercredie-blog-geneve-suisse-fit-n-tasty-juice-detox-jus-fruits-legumes-locaux-bio-test-avis-diet1 – Gingembre, citron, eau
2 – Pomme, poire, épinard, concombre, spiruline
3 – Carotte, pomme, kiwi
4 – Betterave, pomme, carotte, persil, citron
5 – Poire, laitue, céleri, concombre, persil, citron

Cette cure nous invite à avoir un repas léger à midi (avec des suggestions de la part de Fit’n’tasty) et il faut attendre environ 2h entre la consommation de chaque jus.

D’où viennent les jus de fruits et légumes ?
Tous les légumes et fruits utilisés sont bio et proviennent essentiellement de la région. Ils sont pressés à froid à Lausanne (si je ne m’abuse).

Comment ça s’est passé ? Est-ce que c’est bon ? T’as survécu ?
C’est probablement ce qui vous intéresse le plus, n’est-ce pas ? ;) Sachez qu’avant de vous lancer dans la cure, une petite préparation de 3 jours est nécessaire pour marquer la « transition ». Pendant cette période, j’ai réduit progressivement ma consommation de viande et poissons, de produits laitiers, d’œufs… pour arriver à ne manger que des légumes et fruits à J-1. Jusque là, rien de trooooop compliqué (ça me change un peu quand même !): tout vous est expliqué dans le petit guide détaillé envoyé par Fit’n’tasty avant de recevoir vos produits.

Jour 1:
Honnêtement, et DE LOIN, le jour le plus dur..! J’étais excitée comme une puce au moment où le livreur est arrivé chez moi (à 8h du matin environ), avec son colis réfrigéré plein de bonnes vitamines ! J’ai immédiatement bu mon premier jus (citron/gingembre) pour le petit « petit-déjeuner », parfait pour « décrasser » et franchement bon !

… mais j’ai vite déchanté au moment de boire le second jus de la journée, à base notamment de concombre: j’ai horreur du concombre, or le goût est particulièrement présent dans ce jus (j’aurais dû renseigner Fit’n’tasty qui accepte de changer certains ingrédients dans ce genre de cas ! tant pis… je vais me surpasser !). A ce moment là, je me suis vraiment demandée dans quoi je m’étais embarquée ahaha (d’autant plus que TOUS mes collègues avaient des plats succulents pour leur pause déj…) ! Je n’avais pas réellement « faim », c’était vraiment la gourmandise qui parlait… Et celle-ci a été pour le moins bavarde. Jamais je n’avais réalisé combien TOUT LE MONDE parle TOUT LE TEMPS de bouffe ! Je me rappelle encore de cette maman dans mon bus qui détaillait par le menu, au téléphone, la recette du « cake tyrolien aux Smarties » que ses gamins avaient adoré pour leur anniversaire… Erf. J’en salivais.

Du coup, pour mon déjeuner, j’ai opté pour un verre de lait de riz (encore une fois, parce que je n’avais pas faim du tout… et que j’avais envie de rester au « tout liquide » le temps de cette cure ! si vous ressentez une grosse sensation de faim, il vaut mieux opter pour quelques crudités ou les repas suggérés par Fit’n’tasty), boisson que j’ai toujours trouvé assez « filling ». Ca m’a largement suffit, et comme j’ai un faible pour le goût de cette boisson, j’ai pu satisfaire ma gourmandise un minimum ;)

Le troisième jus, pris en début d’après-midi, était également très bon (carotte, pomme, kiwi) et était comme un petit goûter sucré pour moi. Le quatrième était sympa aussi (à fort goût de betterave), même si, à ce moment là, je commençais un peu à me poser des questions: encore une fois, tout le monde parlait bouffe, mon Instagram était rempli de #pornfood et les pubs TV de fin de journée étaient toutes très alléchantes… Le moment le plus dur a été la consommation du dernier jus, environ une heure avant d’aller au lit, pour la simple et bonne raison qu’il avait lui aussi un fort goût de… concombre (#PrissouEnSouffrance). Je suis allée au lit avec, je ne vous le cache pas, une très forte envie d’aller voir ce qui se passait dans mon frigo… Mais j’ai fini par m’endormir ;)

Jour 2:
Je me réveille comme une fleur (cette expression existe-t-elle réellement ?), alors que d’habitude c’est plutôt #zombieland ! Je n’en reviens pas. Est-ce que c’est l’absence de « digestion » qui est responsable de cet état (sachant que j’ai tendance à manger très tard, généralement) ? Sans doute. Je me réjouis à l’idée de boire mon petit jus gingembre-citron et je file au taf avec mes jus de la journée dans mon sac. Il faisait plutôt très chaud ce jour là, donc j’ai naturellement kiffé ne boire « que » des jus bien frais ! Même le goût du concombre passait un peu mieux que la veille ;) je n’ai ressenti aucune sensation de faim, et pour être honnête, une fois le midi passé, je me suis dit que j’avais déjà fait la moitié de ma cure et que ce serait idiot de ne pas la finir « correctement » ! Mentalement, j’étais Xena la guerrière.

Jour 3:
Après une nouvelle nuit de sommeil trrrrès profond et réparateur, j’ai entamé ma journée en mode winneuse ! Je n’avais pas DU TOUT faim, même les céréales et autres conneries Doowap (oui, je mange des Doowap… quand j’ai plus de Pitch) présents dans mon garde-manger ne me faisaient pas envie ! Je me sentais super légère et en pleine forme, prête à terminer ma cure en beauté :) J’ai eu la certitude de pouvoir finir ma cure sans aucun problème, je me sentais même prête à la poursuivre encore quelques jours, pour vous dire ! Et c’est ce qui s’est passé… Enfin presque. J’avoue ne pas avoir bu mon DERNIER jus car je n’en pouvais plus du fameux goût de concombre. Voilà mon seul « écart » sur 3 jours. J’ai remplacé celui-ci par une de mes tisanes favorites, l’infusion détox Fleurance Naturelle (au délicieux petit goût d’anis !) ;)

Qui c’est qui termine sa cure @fitntasty en mode EASY EASY ? C’est moi !!! 🍋🍓🍍🍇🍒🍆🍅 Je suis trop fière de moi, c’est la PREMIÈRE FOIS que j’arrive à suivre un régime alimentaire un peu « strict » sans craquer (même si la journée n’est pas finie, je sais que je vais la terminer sans problème avec mes 5 jus 😝). J’ai trouvé le premier jour assez rude et frustrant… Mais aujourd’hui je crois que je pourrai même continuer la cure un jour ou deux, à croire que le corps s’adapte (et apprécie !). Bref je vous ferai un bilan détaillé bientôt sur le #blog ! En attendant si les produits #detox #FitNTasty vous tentent, vous pouvez utiliser le code MERCREDIE pour obtenir -10% sur votre commande 👍

Une photo publiée par Priscilla Rossi (@mercredieblog) le

Je porte un collier Boutique Minimaliste

Les jours d’après:
J’ai progressivement réintroduit les aliments solides à mon alimentation, en commençant par des fruits et légumes, et en revenant tout doucement aux aliments type poissons et fromages (ahhhh le FROMAGE, mon dieu qu’il m’avait manqué lui !). A ce jour, je n’ai toujours pas remangé de viande… #FOU

Et au niveau du poids ?
J’ai bien évidemment perdu du poids: 1,5 rien que sur les 3 jours (un peu plus en comptant les 6 jours de transition). Mais je suis déjà en train de les reprendre (normal quand on retourne aux aliments solides !). La cure n’est donc pas à recommander pour une perte de poids durable… mais elle est indéniablement idéale pour obtenir un ventre plat (et l’effet dure plusieurs jours vu que, très honnêtement, on n’a pas vraiment envie de manger lourd après… donc pas de ballonnement !).

 

Vernis (#Monop) assorti au maillot (@rougegorgelingerie) 😜

 

Une photo publiée par Priscilla Rossi (@mercredieblog) le

Maillot de bain Rouge Gorge Lingerie (haut et bas)

Cette cure fut donc une expérience très intéressante, non seulement d’un point de vue physiologique, mais aussi « mental » ! Pour la première fois, je me suis sentie en « total contrôle » de mon corps et de mes envies (alors que d’habitude je suis la première à craquer et à me jeter sur bonbons, pâtisseries et autres sucreries !). J’ai également eu l’impression de faire beaucoup de bien à mon corps et cela s’est notamment reflété à travers la qualité de mon sommeil et mon absence totale de fatigue (je n’ai jamais aussi bien dormi que durant ces 3 jours, je n’ai pas baillé de la journée, je n’ai ressenti aucun coup de barre au boulot… bref, j’étais vraiment en pleine forme !).

Je ne saurai donc que vous conseiller de tester ce genre de cure (sur un ou trois jours pour commencer !), à la condition bien sûr que vous soyez en bonne santé (prenez le temps de demander l’avis d’un professionnel de la santé si vous êtes enceinte, en train d’allaiter, si vous êtes malades ou fragiles etc… on ne déconne pas avec ça).

Si l’expérience vous tente, utilisez le code MERCREDIE pour obtenir une réduction de 10% sur le site Fit’n’tasty ;) et, surtout, revenez ici me raconter comment ça s’est passé ;) des bisous !

Mon plus beau profil.

Les photos que vous voyez ici sont quand même toutes très similaires. Normal, c’est moi qui les prends (le saviez-tu ? la survie du blog dépend essentiellement de l’état de mon trépied et du niveau des piles de ma télécommande !).

En d’autres termes, quand je shoote, je suis en TOTAL CONTROL: l’angle, la pose, le moment de la prise…

387040_10151009341126843_141654582_n… un peu comme quand tu vas faire une photo d’identité !

Je pense l’avoir déjà dit un milliard de fois mais, vraiment, je n’arriverai jamais à être à l’aise à l’extérieur et à me faire shooter par un « photographe » (même amateur, même un ami, même MA MAMAN !). C’est comme ça… Alors oui ça m’arrive de faire quelques exceptions (genre ici, ici ou ), mais c’est loin d’être un plaisir ! J’ai constamment l’impression que TOUT LE MONDE me regarde en se demandant pourquoi je fais ce truc hyper narcissique en mode « hé ouais normal t’as vu ».

La seule fois où j’avais vraiment kiffé un shooting, c’était avec le magazine Un joli conte: non seulement j’avais apprécié l’expérience, mais en plus les photos finales étaient plutôt jolies… exceptionnel donc !

France - Lyon - 4 Octobre 2013 "Mercredie" blogeuse Priscilla, 25, de Geneve, pose pour ses portraits à la mode de l'automne dans le Parc de la Tête D'Or Lyon à Lyon, France, samedi 4 octobre 2013.  Photo par Amy Leangautomnemode_100413_al

Du coup, la plupart de mes photos « look » sont prises dans la seconde chambre qui me sert de dressing (info behind the scene: vous voyez le mur « vide » et l’armoire de mon mec en fond… l’autre pan est en fait une « belle » (moi j’aime bien, mon copain moins…) accumulation de portants, de fringues et d’accessoires…).

L’arrière plan est loin de faire rêver, je vous l’accorde, mais disons qu’il représente tout simplement mon quotidien: choisir mes fringues, tenter une tenue, ajouter un sac et enfiler des chaussures (c’est toujours mieux pour sortir) et ZOU ! au taf ! Si j’ai le temps, je fais une photo avant de partir, mais comme je suis perpétuellement en retard et que j’ai des cernes vertigineux, je reporte ça au soir (et encore, quand j’ai la motive !). Tout ça pour dire que je ne sais pas DU TOUT quand je pourrais trouver le temps d’organiser des shootings « en plein air » avec des environnements hyper canons et des façades d’immeubles assorties à mon vernis…

BREF. Ce dont je voulais parler aujourd’hui (on y arrive), c’était l’influence que le blog a eu sur moi (et continue d’avoir !) en matière de photogénie. C’est quand même sacrément intéressant de constater chaque jour les points communs entre toutes les photos de moi que je trouve pas trop mal ! Non pas que chaque photo soit une réussite (loiiiiiin de là ! il me faut toujours en faire une bonne centaine pour en avoir 4 ou 5 de potables hein !), MAIS je sais de plus en plus précisément les angles, expressions et attitudes qui font que je vais aimer une photo ou non.

D’ailleurs je suis certaine que vous vous en êtes déjà toutes rendues compte (c’est trop un truc de blogueuse ça) ! Elles ont TOUTES leur pose « signature ». Allez donc jeter un œil, vous verrez par vous-mêmes: celles qui semblent ne pas avoir de profil droit, celles qui tirent la gueule sont en mou permanente (je rentre un peu dans cette catégorie), celles qui ne peuvent pas s’empêcher de garder la bouche entrouverte (ah tiens… c’est moi aussi je crois !), celles qui sont en duckface depuis 2007 (ça j’ai arrêté en 2010)… C’est assez drôle finalement. Si ça ne tenait qu’à moi, j’aurais associé ces observations aux sujets concernés mais je crains que ça ne soit mal pris (dommage) !

Se prendre en photo et « poser » régulièrement est donc plus instructif que ce que je croyais: ça permet d’éviter pas mal de fails photographiques en dehors du blog ;)

mercredie-blog-mode-geneve-pose-meilleur-profil-blogueuse-mode
Vous pourrez aussi revenir quand je serais débloquée.

Pour conclure, qui de mieux que Victoria Beckham pour nous donner une leçon de pose ? Pose qui, je le précise, perdure depuis une bonne dizaine d’années !

Vicky, toujours imitée, jamais égalée.

mercredie-blog-mode-geneve-fashion-blogger-victoria-beckham-iconic-pose-signature

Et vous, savez-vous vous mettre en valeur au moment des photos ? Connaissez-vous des personnalités qui ont TOUJOURS la même tronche/attitude sur les photos (je vous préviens tout de suite, Kristen Stewart ne compte pas).

Projet mode et beauté: appel à témoins !

Ce petit appel à témoin ne vous sera pas étranger si vous me suivez déjà via Facebook ;)

Je mène depuis plusieurs semaines déjà un petit projet qui me tient très à cœur :) je ne peux malheureusement pas TOUT vous dire ici mais, pour faire simple, il s’agit d’un projet vidéo visant à mettre en lumière les spécificités mode et beauté adoptées par des femmes de communautés diverses lors de fêtes traditionnelles. Pour faire simple, cela pourrait par exemple être les préparatifs d’une jeune femme appartenant à la communauté sénégalaise, avant son mariage (visite d’un tailleur, passage au salon de coiffure, maquillage…).

Comme je l’ai dit, il ne s’agit que d’un exemple ! TOUTES les « communautés » (africaines, arabes, indiennes, asiatiques…) et toutes les fêtes traditionnelles m’intéressent, du moment qu’elles comportent quelques particularités « mode » et/ou « beauté » ;)

Loveweddingsng-Freda-and-Cameo-Nigerian-Traditional-Wedding8

best-dance-songs-for-wedding

C975_SET

465599_10151725682975618_543020617_23750945_1428580390_o-1

maxresdefault

Je suis donc activement à la recherche de jeunes femmes prenant part à un événement traditionnel COURANT JUIN et sur PARIS (ou alentours), qui accepteraient que je les accompagne lors des préparatifs de la cérémonie (et, si possible, lors de la fête également… je me ferais discrète !) et qui me feraient ainsi découvrir les us et coutumes mode et beauté associés à un tel événement (cela peut être un mariage, un baptême, ou même une fête non religieuse !). Tout cela serait filmé (mais NON retransmis pour le moment, je peux vous en dire plus en MP si vous le souhaitez !).

Si vous êtes intéressée (ou que vous connaissez quelqu’un qui pourrait l’être !), n’hésitez pas à me contacter directement par mail (priscillaATmercredie.com) ou à me laisser un commentaire. Je me tiens à votre disposition si vous avez la moindre question (je ne peux simplement pas tout dévoiler dans ce post, mais je comprends que tout ne soit pas clair alors n’hésitez pas !).

Ce qui va (doit ?) changer en 2015.

Me revoilà donc, après une petite coupure. J’avais de toute façon prévu de faire un break pendant les fêtes, un « vrai » (genre même pas un post programmé et (presque) pas d’intervention sur les réseaux sociaux… RIEN). Le néant, t’as vu.

mercredie-blog-mode-geneve-2015-perfecto-balenciaga-biker-jacket-leather-afro-hair-natural-nappy-biker-boots-minelli

Aujourd’hui, l’idée n’est pas de vous sortir le speech de celle qui s’interroge sur l’avenir de son blog et qui a besoin de réassurance pour continuer parce qu’elle se pose beaucoup de questions et qu’elle va FAIRE UNE CONNERIE, PUTAIN, RETENEZ-LA !!! Non.

Disons, que je compte sur cet article pour être la base de la nouvelle direction que je souhaite donner à mon blog pour l’année à venir (voilà voilà, j’essaye de vous faire passer en douceur mes nouvelles résolutions, sans utiliser cette expression que je déteste !).

Je crois que je n’aime pas ce que mon blog est devenu ou, plutôt, ce qu’il est en train de devenir. Car j’ai l’impression que c’est maintenant ou jamais qu’il faut « intervenir » si je souhaite avoir une chance de kiffer à nouveau mon activité de blogging.

Mes articles sont devenus assez chiants, répétitifs, mous. J’ai perdu de mon engouement, de mon dynamisme, un peu de ma « verve » aussi. Je ressens de moins en moins l’excitation de la publication d’un « chouette article ». Vous savez, ces articles qu’on se réjouit de publier (parce qu’on en apprécie la tournure, parce qu’on sait qu’il suscitera des réactions « intenses » (d’adhésion ou de rejet total) etc etc). Je me mets parfois à la place des personnes qui découvriraient mon blog aujourd’hui, et je me dis que celles-ci auraient rapidement envie de passer à autre chose, car finalement, il ne s’y passe (plus) rien d’exceptionnel. « Next !« .

Alors voilà, pour faire simple, j’aimerais revenir à mon blog « d’avant ».

Publier de façon plus spontanée (blogger « mieux », blogger plus « vrai », blogger « à fond » !). Il m’arrive de relire mes archives et d’identifier très facilement les articles écrits « parce qu’il fallait poster » (donc pas les meilleurs…), et je me dis que vous l’avez sans doute « ressenti » aussi. Et ça me fait chier, forcément.

Ma relation avec les marques a également beaucoup influencé mon état d’esprit actuel. La recrudescence de contenus brandés sur les blogs saute aux yeux. J’ai contribué à ce mouvement, loin de moi l’idée de cracher sur qui que ce soit ou d’oublier de balayer devant ma porte. Pour autant, je n’ai pas le souhait de tout stopper à ce niveau (je pense d’ailleurs avoir toujours pris des décisions réfléchies, afin de proposer des opérations intéressantes et toujours intègres). Je souhaite juste redevenir en contrôle, « seule maître à bord »: je suis arrivée à un point où je ne supporte PLUS la pression exercée par les marques. Marre des marques qui prétendent envoyer des « cadeaux » et qui me harcèlent ensuite pour savoir quand est-ce que le cadeau en question sera sur mon blog. Marre de recevoir 50 mails par semaine pour savoir quand est-ce que je vais parler de tel ou tel cosmétique que j’ai reçu, présenter tel ou tel accessoire dans un de mes looks. Marre que l’on me demande de parler de tout et n’importe quoi (même, et surtout, quand ce sont les copains qui demandent…). Marre des marques qui se plaignent parce que je n’ai pas inondé mes réseaux sociaux de photos des soirées auxquelles j’ai été invitée. Marre des marques qui pensent que l’on peut faire des tests beauté/soin réalistes et utiles en 2 jours. Marre que mon calendrier de parution se retrouve parfois dicté par des deadlines de campagnes de com’. Marre de cette course à la rapidité, au résultat, à la visibilité. Marre d’être considérée uniquement comme de l’espace pub, en fait.

Tout cela peut évidemment sembler ironique, étant donné que je travaille moi-même dans la publicité ! Je regrette juste de voir de plus en plus d’opérations de piètre qualité. JAMAIS je n’avais AUTANT ressenti cette « déshumanisation » et cette course à la performance dans les contacts entre les marques et les bloggeuses. C’est tellement dommage, de très chouettes projets pourraient voir le jour, mais là, tout part beaucoup trop en couille, et je m’en inquiète beaucoup.

Bref, tout ça pour dire que pour 2015, j’aimerais redonner de la (ma ?) personnalité à mon blog. Ça paraît simple, et pourtant. J’aimerais me consacrer à des articles plus personnels, vous parler de choses qui me tiennent à cœur, de moi. J’ai la chance d’avoir des lectrices/followers exceptionnels puisque JAMAIS vous n’avez essayé d’en savoir « trop », je n’ai jamais ressenti de curiosité mal placée. Rien que pour cela, j’aimerais prendre le temps de répondre à certaines questions que vous m’avez posées depuis le début du blog (assez « personnelles » mais rien de déplacé non plus, évidemment). Vous parler un peu de mon métier aussi, pourquoi pas. Rien de bien foufou finalement ! Simplement m’ouvrir un peu plus (attention, ne vous attendez pas à me voir prendre ma douche ou ramasser les merdes de mon chien dans des vlogs 24h inside hein… y’a la TNT pour ce genre de programme). Je serais aussi ENCORE PLUS « sélective » concernant les marques avec lesquelles je choisirai de collaborer.

Je pense donc blogger un peu moins (mais mieux) ces prochains jours, en espérant que cela me redonne l’envie d’avoir envie des premiers instants ;)

Je vous souhaite le meilleur pour 2015 <3

mercredie-blog-mode-geneve-2015-perfecto-balenciaga-biker-jacket-leather-afro-hair-natural-nappy

mercredie-blog-mode-geneve-2015-perfecto-balenciaga-biker-jacket-leather-afro-hair-natural-nappy-biker-boots-minelli3

mercredie-blog-mode-geneve-2015-perfecto-balenciaga-biker-jacket-leather-afro-hair-natural-nappy-biker-boots-minelli-echarpe-scarf-burberry-like-ersatz-sheinside-sac-bourse-apc

mercredie-blog-mode-geneve-2015-perfecto-balenciaga-biker-jacket-leather-afro-hair-natural-nappy-biker-boots-minelli-echarpe-scarf-burberry-like-ersatz-sheinside-sac-apc

mercredie-blog-mode-geneve-2015-perfecto-balenciaga-biker-jacket-leather-afro-hair-natural-nappy-biker-boots-minelli2

mercredie-blog-mode-geneve-2015-perfecto-balenciaga-biker-jacket-leather-afro-hair-natural-nappy-biker-boots-minelli-echarpe-scarf-burberry-like-ersatz-sheinsideChemise Acne – Slim Jean Five « Sarah 268«  – Perfecto Balenciaga (je vends d’ailleurs celui que j’avais en taille 40 sur mon vide-dressing) – Boots Minelli (en solde !) – Sac APC – Echarpe SheInside

Pourquoi tout le monde a déserté la Côte d’Azur cet été…

Parce que ce serait dommage de faire des coups de gueule uniquement sur des marques ou sur d’autres blogueuses, je me devais de vous faire un petit compte-rendu de mes vacances. Vacances qui, je vous rassure, se sont très très bien passées, disons que j’ai souhaité vous les rapporter avec un peu plus de lucidité et de recul que « J’ai porté 15.000 maillots différents » / « J’ai fait du bateau » / « J’ai mangé des plats encore jamais vus sur Instagram » etc.

mercredie-blog-mode-vacances-st-tropez-capitou-bateau-port-grimaud-pied-eau-titre

Comme vous le savez sans doute, j’étais en Espagne il y a quelque jours (et je ferai aussi un article sur ça ! #JeSuisEnRetardENRETARDENRETARD)… mais je souhaite aujourd’hui vous parler de mes 10 jours passés entre Fréjus/St Raph/St Tropez/Port Grimaud/Cannes… BREF, ce qu’on appelle communément « la Côte ».

Vous avez certainement été confrontées, comme moi au début du mois de septembre, aux reportages de JT plaignant les « pauvres » professionnels du tourisme et de l’hôtellerie (« une baisse de fréquentation exceptionnelle« , « des séjours écourtés« , « des Français partis en Grèce, en Tunisie ou en Espagne« ). De quoi faire pleurer dans les chaumières. Mais laissez-moi vous dire un truc: cette année, bon nombre de ces « professionnels » m’ont particulièrement gavée (et je reste polie). Alors, attention, je n’attribue pas l’ensemble des blâmes à venir UNIQUEMENT aux professionnels de « la Côte » (j’ai même eu une mauvaise expérience chez moi, en Savoie, dans un resto en bord de lac, POUR VOUS DIRE…) mais vous verrez que, quand même, à un moment, certaines choses doivent être signalées (sur www.mercredie.com évidemment, haut lieu de révolte, c’est bien connu).

Parfois, j’ai davantage envie d’allumer certaines personnes que de les plaindre… et ça a été particulièrement le cas cet été. Si cette période est aussi clef pour l’industrie du tourisme c’est évidemment parce que nous sommes tous prêts à dépenser un peu plus que d’habitude, pour passer de bons moments, profiter, repartir avec de jolis souvenirs… C’est bien de la notion de service que je vous parle là. Hé bien, autant vous dire que je n’ai que très rarement été servie de la manière dont je l’aurais souhaité.

Des exemples, j’en aurai à la pelle à vous raconter. Comme par exemple ce jour où nous avions décidé de passer l’aprem sur une plage privée et que nous nous sommes sentis infiniment roulés. Je ne raffole pas des plages privées en général (encore moins de l’aspect « Je ne me mélange pas avec les foules à même le sable« , mais ça, vous vous en doutiez j’espère) en revanche, il est vrai que, de temps à autre, j’apprécie pouvoir ne rien glander (c’est-à-dire ne pas avoir à me trimballer ma serviette de plage, ne pas galérer pour trouver un emplacement sympa, pouvoir me faire servir un rafraîchissement quand j’en ai envie sans avoir à me cramer les pieds sur 300m… ce genre de choses). Hé bien, malheureusement, ce jour là, nous avons payé une cinquantaine d’euros pour rien: des serveurs qui passait toutes les 4 heures, des verres remplis aux 9/10e de glaçons et une épopée sans nom pour obtenir un parasol digne de ce nom. Jusque là, « la faute à pas de chance ».

J’ai aussi rencontré pas mal d’emmerdes dans les restaurants/bars du coin. Des mecs qui n’ont CLAIREMENT pas envie de vous servir ou, simplement, d’honorer le service que l’on daigne bien payer. Et ça, ça me tue. Des exemples ? Alors que je passais commande avec des amis, je demande une glace à la serveuse qui m’invite à traverser toute la terrasse ainsi que tout le restaurant pour vérifier moi-même si la glace demandée était disponible… Non mais t’es pas un peu conne toi ? Ah oui, j’ai oublié de vous préciser que le congélo était littéralement collé à la caisse enregistreuse (exactement là où mademoiselle casse-couille allait bien devoir se rendre après son passage remarqué à ma table pour faire partir la commande). Il y a aussi cette serveuse d’un autre resto qui, au moment de ramener les apéros, nous amène tout SAUF mon mojito (c’est à dire, des verres de vin et une eau gazeuse). Interloquée, je lui demande gentiment si elle n’avait pas, par hasard, oublié le fameux cocktail (et croyez-moi, je ne suis pas une peste, même si cet article pourrait vous faire penser que je me la joue petite princesse pourrie gâtée… ce n’est pas le cas, je critique seulement des gens qui font mal leur taf et qui se plaignent ensuite d’être en galère). Et là, j’ai eu droit à une des réponses les plus FOLLES jamais entendues: « Euhhh vous savez que faire un mojito prend plus de temps que de verser de l’eau ou du vin dans un verre ?« .

mercredie-blog-mode-vacances-st-tropez-capitou-maillot-de-bain-une-piece-nasty-gal-bandeau-turban-bleu-seriouslyEuh.
Comment te dire.

OUI JE SAIS… MAIS TU SAIS QUE TU PEUX AUSSI ATTENDRE 5MIN ET TOUT AMENER EN MÊME TEMPS, T’AURAS L’AIR MOINS CONNE ?

Rien que d’y repenser ça me fout la rage en fait.

Mais sur le coup je ne savais pas quoi répondre. Ce qui est sûr c’est que j’ai, comme beaucoup d’entre vous j’imagine, fait beaucoup de jobs d’été dans ma jeunesse, dont pas mal dans la restauration (et les emmerdeurs, je connais… tout comme les règles dites « de base » ou, carrément, « de bon sens », qui permettent justement d’éviter ce genre d’embrouilles à la con) et jamais je ne me serais permise de répondre cela à une question aussi innocente. Est-ce que je vous parle aussi de son collègue serveur qui découvrait la carte en même temps que nous ? Non, je crois que ça suffit.

Mais cela n’est pas valable que dans les trucs de touristes. NON, SINON CE SERAIT PAS DROLE. A Cannes par exemple, je cherchais une paire de lunettes de soleil pour l’anniversaire de mon copain. Nous nous rendons donc chez le premier opticien d’une des rues les plus commerçantes de la ville. Et là, grosse blague. 5 vendeurs/ses, musique de merde à fond (Lady Gaga, Telephone PLEASE) et pas un pour venir à notre rencontre (il faut dire que tout le monde m’avait l’air bien occupé à essayer de se rappeler de la choré du clip). Et là, tu te dis… ok, laissez-moi donc essayer TOUTES les lunettes pour ensuite les commander sur les Internet.

Bref, je vous assure que des exemples comme ça, j’en ai à la pelle. Peut-être que cela ne vous choquera pas, mais moi si (et comme c’est moi qui ai le blog, c’est MOI qui décide d’en parler ou pas). Je ne dis pas que tout le monde doit être parfait tout le temps. Non. Ce que j’essaye de dire c’est qu’aujourd’hui, en grandissant et en étant parfaitement intégré dans le monde professionnel, j’ai grandement pris conscience de cette fameuse notion de « service ». Payer ok. Payer plus cher pourquoi pas. Mais à une condition, que cela le mérite.

Par exemple, nous nous sommes absolument régalés au petit restaurant « Le Provençal«  situé sur le port de Fréjus, qui a priori ne paie pas de mine mais qui mérite amplement son succès. Serveuse brillantissime, toujours souriante et à l’écoute, aux petits soins avec tout le monde (même le toutou !), qui connaît sa carte par coeur, vous conseille comme si vous étiez le seul client de tout le restaurant… bref le rêve. Et son mari, le chef, est excellent également (tout comme ses plats). Le must c’est que, après avoir payé des restos hors de prix toute la semaine, nous nous sommes rendus compte que le menu de ce resto n’excédait même pas les 20e… alors qu’ils pourraient largement le faire monter à 30 voire 40e. Idem pour le coup de l’opticien, nous avons finalement trouvé une autre boutique 5min après avoir quitté la « discothèque »… Ambiance feutrée, vendeuse adorable, experte dans son domaine… à qui j’ai clairement préféré donné mon argent (ironie du sort, les mêmes lunettes y étaient vendues moins chères).

Alors voilà, c’était un peu mon coup de gueule post-été, encore une fois, non pas valable juste dans le Sud mais globalement dans tous les endroits un peu touristiques de France. Pendant un moment, j’ai eu honte de me dire que certains touristes étrangers pouvaient découvrir la France de cette manière. D’ailleurs, l’exemple le plus effarant à ce sujet serait sans doute Paris, mais là c’est clairement un autre niveau… :)

Heureusement, j’ai aussi eu de fantastiques moments, comme par exemple la rencontre IRL de deux copines bloggeuses que j’affectionne particulièrement, les rédactrices de Une fille, la mode, des addictions et Lisa Marie Diary :)

mercredie-blog-mode-vacances-st-tropez-capitou-mandelieu-une-fille-la-mode-des-addictions-lisa-marie-diary-blog-mode-bloggeuses

Mais aussi de doux instants perchés sur les hauteurs du Capitou (chez Marie-Annick !) :)

mercredie-blog-mode-vacances-st-tropez-capitou-and-other-stories
mercredie-blog-mode-vacances-st-tropez-capitou-maillot-de-bain-une-piece-nasty-gal-bandeau-turban-bleu-short-cuirmercredie-blog-mode-vacances-st-tropez-capitou-maillot-de-bain-une-piece-nasty-gal-bandeau-turban-bleu-nars-lips-pencil-satin

Et d’autres encore plus relax, en bateau of course

OLYMPUS DIGITAL CAMERAmercredie-blog-mode-vacances-st-tropez-capitou-maillot-de-bain-blogueuse-bloggeuse-h&m-taille-haute-bikini-rabito-iphone

mercredie-blog-mode-vacances-st-tropez-capitou-bateau-port-grimaudmercredie-blog-mode-vacances-st-tropez-capitou-bateau-port-grimaud5DSC_1341OLYMPUS DIGITAL CAMERAmercredie-blog-mode-vacances-st-tropez-capitou-bateau-port-grimaud2OLYMPUS DIGITAL CAMERAmercredie-blog-mode-vacances-st-tropez-capitou-bateau-port-grimaud3mercredie-blog-mode-vacances-st-tropez-capitou-maillot-de-bain-blogueuse-bloggeuse-h&m-taille-haute-bikini-champagne-and-other-stories-miroir-lunettes

Et des moments comme ça, par contre, ça n’a pas de prix (Mastercard-style) !

Ma façon à moi de vous dire…

mercredie-blog-mode-beaute-anniversaire-concours-pochette-antik-batik-be-fashion-talents-magazine

L’air de rien, cela fait maintenant un an que je blogue ici.
J’avais lu – dans je ne sais plus quelle étude – que les 3/4 des blogs crées ne  »vivaient » pas plus de 6 mois… Je me sens donc aujourd’hui l’âme d’une winneuse.

rocky-philadelphia-un-an-anniversaire-blog-mercredie

Je ne savais pas vraiment comment marquer le coup… et j’ai finalement eu l’illumination. Rappelez-vous, je souhaitais remercier toutes celles (et ceux !) qui m’avaient soutenue lors des Be Fashion Talents ! Après avoir patiemment attendu la fin des soldes (naïve que je suis, je croyais que mon bon cadeau serait valable en période de promotion… Mais LOL), j’ai pu me faire une chouette session shopping… et j’ai aussi réfléchi à ce que je pourrai mettre en jeu dans le cadre d’un joyeux concours ici même. J’avais d’abord pensé offrir une partie de mon bon d’achat afin que vous puissiez choisir l’article de votre choix… Mais c’était vraiment TROP compliqué (il fallait que le prix de l’article sélectionné s’élève à un prix bien précis pour mettre tous les participants à égalité, qu’il soit encore disponible, à la bonne taille, à la fin du concours, que je renvoie l’article à la gagnante après l’avoir reçu chez moi… bref, mon idée s’apparentait surtout à un gigantesque bordel).

Alors que je me triturais l’esprit (en pleines vacances !!), mon cher et tendre qui passait derrière l’ordi me suggéra de choisir moi-même un joli article, taille unique, qui plairait à mes lectrices. Comme quoi, en plus de lancer des réflexions hyper constructives (du genre ‘C’est qui cette bloggeuse ? On dirait Jane Birkin croisée avec Carlos !‘), il peut aussi m’être utile.

J’ai ainsi pensé à un accessoire. Et qui dit bel accessoire dit sac à main… Qui dit sac à main stylé dit… pochette ! BOUM. J’ai donc choisi cette superbe pochette Antik Batik d’une valeur de 135,00€  !

antik-batik-pochette-tulib-aqua

Reste cependant UN critère pas simple à mettre en place… Comment savoir qui a vraiment voté pour moi lors du fameux concours Be Fashion Talents ? Une question à laquelle je n’ai pas de réponse. J’aurais pu vous demander de voter pour moi pendant l’élection en vous promettant une  »récompense » et ainsi collecter vos noms pour ensuite organiser un tirage au sort… mais je trouvais cette logique assez limite (pour ne pas parler de triche). Je ne l’ai pas fait, résultat des courses, je n’ai aucune trace des votes de chacun/chacune et je suis un peu embêtée aujourd’hui.

J’en appelle donc à votre bonne foi en encourageant uniquement les personnes m’ayant soutenue lors des Be Fashion Talents à participer à ce concours. Je sais, je suis un peu idéaliste mais j’ose croire qu’il y a encore des personnes honnêtes sur les internettes (et je me dis que, de toute façon, vous avez probablement tous/toutes voté au moins une fois :).

 

Modalités de participation:

– Me laisser un commentaire (ce que vous voulez… pourquoi pas ce que vous souhaiteriez voir davantage sur mon blog, ce qui vous plaît, ce qui ne vous plaît pas… bref tout ce qui me permettrait de l’améliorer). Aussi, si vous avez une  »preuve » de votre vote en ma faveur lors du concours Be Fashion Talents, quelle qu’elle soit, n’hésitez pas à la mentionner !

– Le concours est réservé aux fan de ma page facebook.

– Vous avez jusqu’à dimanche 18 aout 23h59 pour participer !

 

BONNE CHANCE !

Fuck les pauvres.

Ça faisait longtemps que je n’avais pas poussé une petite gueulante par ici, au moins un mois et demi dis donc (depuis mon post sur Roseanna…) ! Pourtant aujourd’hui ce n’est pas vraiment sur une marque que je souhaiterais déverser tout mon mépris mais plutôt sur certaines nanas/consommatrices/blogueuses and co.

Il y a quelques jours nous apprenions la collaboration Isabel Marant x H&M, prévue pour Novembre 2013.

isabel-marant-h&m-collection-capsule

Je ne sais pas vous mais, de mon côté, dur dur de cacher mon excitation ! Voir Isabel Marant, une de mes créatrices préférées, s’associer à l’une des enseignes les plus abordables et friendly au monde ne pouvait être qu’une bonne nouvelle. Je m’imaginais déjà quels genres de pièces les deux entités allaient bien pouvoir nous proposer l’hiver prochain. Un remix de pièces existantes ? Des sneakers en édition limitée ? Des bijoux ?

J’ai malheureusement très vite été stoppée dans mon délire au moment où je suis tombée sur des réactions toutes plus PUANTES les unes que les autres, principalement sur certains blogs et sur Twitter: « Isabel Marant x H&M = dégoûtée« , « Quel dommage cette collaboration… » et j’en passe et des meilleures. Mais le top du summum de l’apogée de la feuille de menthe sur le couscous était lisible sur le blog de Carolines Blomst (dont je n’avais jamais entendu parler auparavant), une personne sans doute excellente dans son domaine, mais qui aurait mieux fait de la fermer cette semaine (PAIE TA RIME, yo !): « No thanks, I don’t want to buy Isabel Marant at H&M prices. I want to buy Marant at Marant prices in Marant stores« . MAGISTRAL ! Alors avant de lui rappeler qu’elle n’est (heureusement) pas décisionnaire quant aux réseaux de distribution des pièces Isabel Marant et que tout le monde s’en bat la race de savoir qu’elle préfère payer ses fringues beaucoup plus cher parce que c’est plus la classe, je voudrais faire un constat sur ce qui se passe en ce moment au sein de la blogosphère.

L’argent n’a jamais pour moi été un sujet tabou, il n’empêche que faire preuve d’un peu de retenue (d’intelligence ?) dans ses critiques est, par les temps qui courent, signe de bienséance et de respect je pense. Pour faire simple, ces personnes SE PLAIGNANT de pouvoir payer les choses MOINS CHÈRES me filent la gerbe.

image
Margot, du blog You Make Fashion avait déjà touché une corde sensible il y a quelques jours en se positionnant CONTRE l’arrivée de Primark en France. Bien que j’aie personnellement saisi son message (= perte du « petit plaisir » de shopper des pièces introuvables en France), j’ai également compris les réactions négatives qui ont suivi (auxquelles il fallait quand même s’attendre !). Qu’on déplore la perte de certaines « exclusivités » UK, d’accord. Qu’on S’OPPOSE littéralement à l’arrivée d’une enseigne cheap en France alors que cela ravirait toutes celles qui ne peuvent pas se permettre une virée à Londres, je trouve ça un peu malvenu.
MAIS BON, Margot étant une blogueuse foncièrement gentille et bienveillante, je préfère faire passer ce petit fail sous le coup de la maladresse.

En revanche, l’article tout-à-fait méprisant de notre Caroline de service me fait littéralement bondir: en refusant de payer ses pièces Isabel Marant aux « prix H&M », celle-ci nous explique simplement qu’elle ne se mélange pas avec la Plèbe et que Madame la comtesse flippe un peu de voir les gueux du village accéder à quelques articles (à demi-)brandés Marant… À croire que la lutte des classes n’est finalement pas si loin. Tweets et articles confondus, j’ai vraiment l’impression de lire des lamentations de grosses bourges du plus mauvais goût.

33521485
En quoi la plus grande accessibilité de certains articles peut-elle nuire à votre petite vie ? Il est où le problème ? Ça vous emmerde tant que ça de perdre vos « privilèges » ?  N’y a-t-il pas un égoïsme latent dans vos propos ?

Bon, j’ai quand même essayé de réfléchir à ce qui pouvait se passer dans ces esprits… et j’ai fini par imaginer 3 cas de figure pouvant expliquer ce genre de réactions – mais je n’ai pas pu m’empêcher d’y accoler, à chaque fois, le fond de ma pensée ;):

L’angoisse des « quality-freaks »:
Celles qui regrettent que l’on puisse trouver des pièces Isabel Marant, « qualité H&M ». Ma foi, c’est un argument… auquel j’ai quand même envie de répondre que:
1. H&M c’est pas non plus Tati (aucun de mes articles achetés chez H&M n’est parti en lambeaux après lavage aux dernières nouvelles)
2. On n’a jamais évoqué la suppression des boutiques Isabel Marant (= tout le monde est libre d’acheter plus cher ailleurs !)
3. Si la qualité les préoccupe à ce point, je leur conseille carrément de shopper chez un autre créateur (avec tout l’amour que j’ai pour Isabel Marant, les matières que celle-ci utilise n’ont jamais rien eu d’exceptionnel !).

Les analyses des « brand experts »:
Celles qui sont convaincues que cette collaboration fera perdre de la valeur à la « marque » Isabel Marant. J’ai cette fois envie de répondre que:
1. H&M c’est pas Gémo (je change un peu)
2. Je suis prête à parier que le prix moyen des pièces tournera autour de 100e, un ticket d’entrée déjà pas mal statutaire (on n’est pas non plus en train de BRADER la marque)
3. Avant de donner des leçons marketing, ce serait bien de se rappeler que les deux marques se sont forcément posées la question de savoir quelles seraient les conséquences de ce projet (les clientes de chez H&M n’étant pas de grosses pouilleuses en puissance, j’ai du mal à imaginer que la marque Isabel Marant puisse connaître une descente aux enfers comme a pu le connaître Lacoste depuis la récupération de la marque par les « racailles » par exemple).
4. Enfin, à moins d’être mal informée, il me semble que Beyoncé vend toujours des disques, que Karl Lagerfeld ne s’est pas fait virer de chez Chanel et qu’Anna Dello Russo reçoit toujours ses invit’ pour les fashion weeks. Ça n’a pas l’air si handicapant que ça une collab’ avec H&M, finalement ;)

Les réflexions de snobinardes:
Celles que je vise précisément dans ce post. Celles qui se plaignent de ce partenariat pour « faire genre », pensant se coller une étiquette « premium » alors qu’elles ne font en fait qu’asseoir leur statut de parodie IRL de la snob écervelée Dacia, ambiance « on va quand même pas dépenser si peu«  (merci d’ailleurs Juliette pour cette fantastique référence).

dacia-low-cost-22on-ne-va-quand-mc3aame-pas-dc3a9penser-si-peu-22
Vous l’aurez compris, tout ce que je souhaite c’est une collection SUBLIME en Novembre histoire de voir jusqu’où vont vraiment les convictions de certaines… Bisou.

PS: un petit clin d’oeil à ma chère Mélo, à l’origine de ce fabuleux « Fuck les pauvres » ;)

Des jolies petites pièces dans mon vide-dressing !

Désolée les filles pour ce post du vendredi un peu creux mais j’ai une fin de semaine un peu chaotique ! Bon et puis je voudrais pas dire mais mon nouveau vide-dressing est pas trop mal donc, quelque part, c’est quand même une bonne nouvelle :)

J’ai mis en vente certaines pièces que vous aviez trouvé sympatoches dans mes précédents looks (ce sweat par exemple) donc j’ai envie de vous dire… BON SHOPPING ;)

Image 4
Passez un bon week-end les cocos !

Et la MEILLEURE BLOGUEUSE de tous les temps est…

Il fallait quand même que je vous parle un jour de mes blogueuse (mode) préférées. Surtout que ça fait une semaine que je vous tease avec cet article ;)

Certaines sont « connues », d’autres moins, elles ont en commun d’avoir chacune quelque chose d’assez exceptionnel qui fait que je leur suis fidèle depuis plusieurs mois/années.

mercredie-blog-mode-betty-fashion-blogger-punky-b-adenorah-coline-makemylemonade-karla-closet-kayture-balibulle-garance-dore-elsamuse

Pourtant, impossible pour moi d’établir un classement. D’abord parce que celui-ci ne voudrait absolument rien dire (je consulte quotidiennement leurs blogs, ce qui est bien la preuve que je les apprécie toutes à un degré similaire). Ensuite parce que, comme je vous le disais plus haut, elles ont chacune ce petit « truc » bien à elles qui les rend si « addictives ». J’avais envie de parler de petit je ne sais quoi… et puis finalement je me suis rendue compte que je savais EXACTEMENT ce que c’était, ce truc.

L’idée de ce post est donc de partager avec vous mon « portrait chinois » de la blogueuse idéale :)

Elle aurait (de gauche à droite et de haut en bas sur les photos)…
– la garde-robe de Betty
– les looks de Géraldine
– la dégaine d’Anne-Laure
– la personnalité de Coline
– la créativité de Lisa
– le glamour de Karla
– la débrouille de Valentine
– la photogénie de Kristina
– la plume d’Elodie
– le talent de Charlotte
– la fraîcheur de Garance
– l’ironie d’Aurore
– la douceur de Victoria
– la beauté d’Elsa
– la life de Christina

(désolée mais je peux pas m’empêcher de penser à cette chanson sortie tout droit des bas fonds après avoir écrit tout ça..!)

Voilà. Bien sûr, cela ne veut pas dire que certaines d’entre elles ne cumulent pas plusieurs de ces « critères » ;) mais dans un monde rêvé, si je pouvais ne suivre qu’une seule blogueuse, j’adorerais qu’elle réponde à TOUTES ces caractéristiques à la fois.

Partagez-vous mon avis ? Connaissiez-vous toutes ces blogueuses ? Les auriez-vous présentées différemment ? Et surtout… AVEZ-VOUS DÉJÀ CROISÉ UNE BLOGUEUSE QUI COLLERAIT PARFAITEMENT À LA DESCRIPTION QUE JE VIENS DE FAIRE (ce serait sympa de partager ;) ?

100.000 vues sur le blog… combien sur Facebook ? ;)

Voilà voilà, petit post personal branling inutile mais comme tous les prétextes sont bons à la célébration, je voulais juste vous remercier toutes (et tous !) pour votre fidélité, vos petits mots, et en général vos adorables réactions vis-à-vis de mon blog.

J’ai l’impression de l’avoir commencé avant-hier (en fait, Août 2012), avoir commencé à en parler hier (en fait, Octobre 2012) et… Déjà 100.000 vues :) Je suis sincèrement la plus heureuse. C’est également encore plus de motivation pour continuer à écrire et partager mes inspirations / bons plans / découvertes avec vous tous !

Je suis déjà très active sur Twitter (mais je n’ai pas attendu de blogger pour cela ;), je m’éclate aussi pas mal sur PinterestJe vous invite aujourd’hui à vous abonner à ma toute nouvelle page Facebook :)

mercredie-blog-mode-beaute-geneve-suisse-facebook-fan-page-followers-blog-blogger-fashion-blogger-social-media
Je vous en parlais au début de l’année, l’idée d’avoir une page « fan » sur moi (et mon petit monde) ne m’emballait pas vraiment et puis FINALEMENT… je suis le mouvement ;)
Mine de rien ce sera beaucoup plus pratique pour partager, heure après heure (oui je squatte beaucoup les réseaux sociaux, même au travail), les petites choses que je vois passer qui seraient susceptibles de tous vous intéresser. J’aurais aussi moins de plaintes concernant la pollution du feed de mes potes (oui parce que, jusqu’à hier, je partageais mon actu « blogging » sur mon profil personnel… pas vraiment idéal et un peu saoulant pour certaines personnes… qui se reconnaîtront je pense ;). BISOU.

Donc ça y est, on y est, je vous attends nombreux et surtout, n’hésitez pas à partager et à en parler à vos frwwwwwwiendzzzz ! x

Les internets m’ont fait kiffer #3.

Cette semaine j’ai bien aimé…

Ce close-up d’un magnifique smokey marron naturel…
L’incollable CaramelSkin m’indique qu’il s’agit de la talentueuse make-up artist Linda Hallberg ;)

smokey-eyes-naturel-marron-brown-makeup-eye
Cette fantastique vidéo (de la série Pardon My French) de Garance Doré sur Stella McCartney (she is SO COOL !):

Tomber sur Dudley O’Shaughnessy dans la nouvelle campagne Benetton:

benetton-Dudley O'Shaughnessy
… que l’on avait déjà remarqué dans We found love de Rihanna…

Comme Beyoncé reste quand même ma préferée (vous avez fini par le comprendre je pense), je voulais partager ces jolis clichés de sa préparation au Superbowl, vus chez Grazia:

beyonce-superbowl-knowles-3beyonce-superbowl-knowles-2beyonce-superbowl-knowles
Je voulais aussi vous parler d’une de mes séries préferées du moment de tous les temps: American Horror Story. Amateurs d’humour noir, de gore et de protagonistes bercés bien trop près du mur sévèrement dérangés, vous avez frappé la porte du bon asile.

American-Horror-Story-Asylum-american-horror-story-32431050-1600-1200
La saison 2 a malheureusement pris fin la semaine dernière, Dieu que l’attente va être longue..! En attendant, je ne me lasse pas de regarder une de mes scènes favorites, dans laquelle l’héroïne de cette saison, Jessica Lange aka Sister Jude, la nonne sadique en charge de l’asile, perd complètement la boule (c’est le moins qu’on puisse dire…):

J’ai rarement vu quelque chose d’aussi drôle que l’expression de Pepper (1min21) ou encore la « percussion » à 1min40..!

Voici d’ailleurs la véritable identité de Pepper, notre adorable attardée mentale… Splendide make-up performance (l’actrice est quand même pas mal « aidée » par son physique). Allé, je suis sympa, je vous mets aussi le BTS (Behind The Scene bande d’incultes).

tumblr_md8z41W7tc1rpoyx0o1_1280

Sans transition aucune (HEUREUSEMENT !), continuons sur Elle Varner, mon idéal cheveux du moment (et excellente artiste by the way). Allé, encore 2-3 ans à tirer et j’aurai sa longueur…

elle-varner-hair-culry-nappy-black-afro-2elle-varner-hair-culry-nappy-black-afro-4elle-varner-hair-culry-nappy-black-afro
Pour finir, rigolons un peu avec cette fantastique vidéo, What A Girl’s Hair Means:

Vous y réfléchirez à deux fois avant de vous faire un bun.

La radine.

Non, je n’ai pas fait de post spécial le 1er janvier pour vous souhaiter à tous et à toutes une bonne année. Non pas que je trouve cela ringard enfin un peu quand même, c’est surtout le côté « envahissant » des voeux de chaque début d’année qui me saoule au plus au point. À peine le 31 passé qu’une armada de marques s’empressent déjà de vous pourrir la boîte mail avec des spams à la con souhaiter la bonne année, avec bien sûr beaucoup de sincérité la panoplie d’offres promotionnelle qui va avec. Alors, certes, ça part d’une bonne intention, il n’empêche que ça m’emmerde quand même.

Ceci dit, comme je n’ai pas envie de passer pour la radine de voeux de service, voici ce que je vous souhaite pour 2013. La santé et la joie car c’est ce qui fait une vie. Mais aussi d’autres petites choses qui font que la mienne est chaque jour un peu plus fun telles que: de belles découvertes, plein de shopping, de chouettes délires par-ci par-là et, ce que j’appellerais, des « tentatives ». C’est important de tenter des trucs. En 2012 j’ai tenté pas mal de « trucs » et je ne regrette pas: un déménagement, une nouvelle vi(ll)e, l’adoption d’un chien et la création d’un blog. Le tout fonctionne plutôt pas mal, surtout ensemble. Alors j’ai envie de vous dire: soyez des oufs, osez la nouveauté, prenez des risques, à tous les niveaux. Vous penserez sûrement: « Elle est marrante elle, c‘est facile de dire ça bla bla bla« . Je vous répondrai que la conjoncture fort dégueulasse difficile fera de toute façon en sorte que seuls les plus débrouillards et les plus dingues sortiront vraiment du lot. Faites-en donc partie (on n’est pas dans Battle Royale mais ça y ressemble pas mal finalement) ! Soyez audacieux, visez haut et si possible, toujours PLUS haut (que ce que vous n’imaginiez, que ce qui vous semblait possible, que les autres aussi). La vie est courte et ce serait con d’avoir des regrets.

Je me relis et me rends compte que ce post sonne très coachy et n’a absolument rien à voir avec ma ligne éditoriale, d’habitude plus « légère ». Tant pis, c’est quand même tout le mal que je vous souhaite pour la nouvelle année.

lynda-wonder-woman-16087419-1494-1007
On m’a demandé environ 4678 fois quelles seraient mes « bonnes résolutions » 2013. Comme chaque année, j’ai repondu que je n’en avais pas. Je n’ai jamais vraiment eu de résolutions, non pas parce que je me savais incapable de les tenir, plutôt parce que je n’ai jamais le temps de réfléchir à une liste éventuelle.

Les choses ont quelque peu changé cette année puisque je peux cette fois les appliquer à mon blog. Voici donc mes résolutions bloguesques 2013:

1. Commencer développer la rubrique beauté car les cosmétiques sont également un sacré dada (je me devais de caler cette expression un jour ou l’autre) que j’aimerais pouvoir partager avec vous. Y inclure aussi une rubrique « cheveux » parce qu’à ce sujet aussi j’en aurais des choses à vous raconter..!

2. Réaliser de petites vidéos en lien avec cette première résolution.

3. Porter mes lunettes tous les jours (je ne parle pas de mes photos « looks » mais dans la vraie vie… Je ne suis vraiment pas assez sérieuse à ce niveau, pure fainéantise qui me portera sans doute un jour préjudice).

4. Faire des photos en extérieur (parce que je me devais de citer une résolution impossible à tenir: je déteste toujours autant être prise en photo :).

5. Be social: l’idée d’avoir une page facebook me rebutait un peu… Et puis, au final, pourquoi pas. J’éviterai ainsi de pourrir le feed de mes contacts perso.

6. Manger 1 fruit ou légume par jour

Six Cinq résolutions pour 2013, ça me paraît pas trop mal non ? =)

En attendant, petit look de fêtes… Même si elles sont passées depuis longtemps !

mercredie-blog-mode-veste-sequins-boots-paillettes-diy-2mercredie-blog-mode-veste-sequins-boots-paillettes-diymercredie-blog-mode-veste-sequinsmercredie-blog-mode-veste-sequins-boots-paillettes-diy-zoommercredie-blog-mode-veste-sequins-boots-paillettes-diy-manteau-mango-oversized-kate-mossmercredie-blog-mode-veste-sequins-boots-paillettes-diy-manteau-mango-oversized-kate-moss-zoommercredie-blog-mode-veste-sequins-boots-paillettes-diy-manteau-mango-oversized-kate-moss-zoom-chaussures-sacChemise col fantaisie Zara (similaire ici) – Veste sequins marque inconnue (similaires ici, ici, ici, ici et ici) – Jeans La Redoute Collection – Boots Asos DIY (similaires ici, ici et ici) – Sac Village Genève

J’ai été taguée par Caramel Skin…

logo-caramel-skin-blog-mode(blog « beauté » que j’aime beaucoup d’ailleurs ;)

Le « tag », cette petite tendance qui semble faire légion sur les Internets depuis quelques mois, permet aux blogueurs de se présenter de manière « originale » (on essaye !), mais aussi de faire découvrir d’autres blogs coup de coeur. Comment ça se passe ?

– Il faut tout d’abord citer le nom de la personne qui vous a tagué(e)
– Dévoiler ensuite 11 choses sur vous-même
– Puis répondre à 11 questions posées par la personne vous ayant tagué(e)
– Et enfin en poser 11 autres à votre tour à 11 blogueuses/blogueurs que vous choisirez parmi vos préférés.

—————————————————————————————————————————————-

Pourquoi cette psychose autour du 11 ? Aucune idée…
D
écouvrez quand même 11 choses absolument INCROYABLES sur moi:

1. Je n’ai jamais mangé de brocolis mais je n’aime pas ça.

2. Je nage pas très bien et j’ai peur quand j’ai pas pied.

3. J’ai eu mon bac ES avec mention TB (doux moment de personal branling nostalgie).

4. Mon auteur préferé est Stephen King.

stephen-king
5. Mes séries/films préférés sont: American Horror Story, Game of Thrones, X-Files, Desperate Housewives (probablement l’unique « truc de filles » que j’ai vraiment aimé) et Shining, Vol au-dessus d’un nid de coucou, Bienvenue à Gattaca, Brothers et La liste de Shindler. J’aime les films qui « brassent », un peu dérangés… Bref, je déteste les comédies.

6. J’ai un petit problème de prononciation (j’ai du mal avec les « ch » et les « ge »). C’est chou vous verrez.

7. L’affreuse cicatrice qui orne l’extérieur de mon sourcil gauche s’explique par l’arrachage de mon piercing par un coiffeur quand j’avais 16 ans.

8. Je chausse du 40 mais je m’efforce d’essayer de rentrer dans du 39, question de principe.

cendrillon-pantoufle-verre-chaussure-disney
9. J’aimerais bien avoir mon propre talk-show TV un jour (une Ardissone quoi).

10. Je sais faire le moonwalk.

11. J’ai longtemps trouvé bizarre qu’on appelle un chien « La Scie » et qu’à la gym on me demande de faire du « cheval garçon ».

—————————————————————————————————————————————-

Voici mes réponses aux questions posées par Caramel Skin:

1. Comment définirais-tu ton blog ?
Il est encore tout « neuf » à mes yeux, j’essaye de comprendre un peu mieux chaque jour les rouages du blogging. En ce sens, je dirais que mon blog est frais (dans le sens, spontané, je suis pas en train de me la péter :). Je trouve qu’il reflète bien ma personnalité de « touche-à-tout » curieuse, à la fois pointilleuse et all over the place.

2. Ta plus grande phobie ?
Je n’ai absolument AUCUN sens de l’orientation. J’ai toujours peur de me perdre.
Je me suis jetée sur l’iPhone dès sa sortie pour la simple et bonne raison que j’avais mes premiers entretiens à Paris et qu’un GPS pouvait m’éviter bien des ennuis. Quand j’habitais à Lyon je me perdais aussi souvent dans mon quartier. Il m’est arrivé pas mal de fois de demander où se trouvait la rue X aux passants en mode « Ouiiiiii j’ai un rendez-vous là-bas« … alors que je cherchais simplement à rentrer chez moi. VOILÀ VOILÀ.

3. Ta plus grande gourmandise.
Je « souffre » d’une vraie dépendance au sucre (ça va, c’est pas trop douloureux…). Je succombe donc à la gourmandise une quinzaine de fois par jour.
Parmi mes plus grands péchés mignons de tous les temps on retrouve la crème de marron, la pâte d’amande et la pistache.

4. Est ce qu’il t’arrive de sortir sans être maquillée ?
La première chose que je fais le matin c’est sortir Harlem. C’est également la dernière chose que je fais le soir… et bien sûr je ne suis pas maquillée à ces moments-là. Je ne me maquille pas non plus quand je m’expose au soleil (ski ou plage principalement).

5. A quelle fréquence changes-tu de sac à main ?
J’achète souvent des sacs à main… mais je n’en change que très rarement (c’est bayte).

6. Si tu devais ne choisir qu’un seul réseau social, lequel garderais-tu ?
J’ai vraiment du mal à me décider entre Twitter et…

pinterest-lol
7. Comment as-tu choisis le nom de ton blog ?

Je l’explique ici car j’en ai un peu marre qu’on me prenne pour une tanche de l’orthographe ! Le « e » est volontaire :)

mercredie-blog-mode-mercredi-addams-wednesday-indian
8. Cite-moi une astuce que tu as apprise sur un blog.

J’ai trouvé très cool le dernier article de Jenni qui expliquait comment shooter de belles photos de make-up.

9. Le prochain voyage que tu voudrais faire.
Je ne suis pas très « voyage »… La seule chose que je sais, c’est que le prochain sera avec mon chéri (car lui c’est vraiment son truc ;)

10. Une chanson qui te redonne le sourire.
J’en ai plein… mais je crois que celle qui marche à tous les coups (on parle bien de RE-donner le sourire/la patate, pas juste la chanson qui fait marrer ?) c’est Gonna fly now (ça fonctionne encore plus quand je vois l’extrait vidéo dont l’apogée se situe à 1min35… FRISSONS). J’aime bien aussi sa description YouTube: « This scene is one of the best in the film history; it has become an inspirational icon motivating millions of people around the world to go further, faster and stronger on any task« .

rocky-movie-philadelphia-scene-training-running
Hé oui je suis une fan de Rocky en puissance (et de Sly en général). Je trouve cette saga absolument sensationnelle et, surtout, savamment « dosée »: le jeu d’acteur est poignant mais sait rester très naturel, le héros est juste incroyable… mais tellement SIMPLE (avec ses défauts et ses gros moments de doute) et son histoire d’amour avec Adrian est attendrissante sans être complètement neuneu. Un autre détail qui me plait concerne la répartition des rôles Blancs-Noirs, bien moins stigmatisantes que dans d’autres films US de l’époque.

Trop de love entre Rocky et Apollo dans Rocky III.

rocky-apollo-training-together
11. Comment vois-tu ton blog dans 5 ans ?
5 « années web » c’est à peu près 20 années réelles non ?! Ça me parait bien loin… Je n’en ai pas la moindre idée.

—————————————————————————————————————————————-

Je serais contente si Elsa, Noé, Fadela, Audrey, Lisa Marie Diary, Elodie, Magalie, Mummy, Jules, Délia, Anne et Arnaud voulaient bien répondre à ces questions:

1. Que trouves-tu de plus réussi dans ton blog ?
2. La chanson un peu bidon que tu adores… (bon ok moi c’est Moi… Lolita) ?
3. Le film que tu pourrais regarder encore et encore ?
4. Ton objectif numéro 1 pour 2013 ?
5. Ce que tu ne supportes pas chez les autres blogueurs/blogueuses ?
6. La marque de fringues pour laquelle tu pourrais faire des folies ?
7. La pièce mode que tu t’achèterais en premier si tu gagnais au loto ?
8. L’artiste (chanteur ou chanteuse) qui a, selon toi, le plus de style ?
9. Ta plus grosse erreur de jeunesse (d’un point de vue stylistique)
10. La tendance fashion avec laquelle tu as eu le plus de mal ?
11. Un adjectif pour vous décrire toi et ton blog ?

MERCI <3