De la réparation du corps postpartum.

On dit qu’il faut neuf mois au corps de la femme pour former un petit bébé, et la même durée pour qu’elle retrouve son corps “d’avant”. Vous m’avez d’ailleurs plusieurs fois demandé où j’en étais dans le processus…

Si j’ai aujourd’hui l’impression d’avoir retrouvé ma silhouette pré-grossesse (du moins en apparence), j’ai connu, comme l’immense majorité des femmes enceintes, plusieurs bouleversements physiques (je ne reviendrai pas sur les chamboulements “psychologiques”, ayant écrit plusieurs posts sur ce sujet ces derniers temps).

Photo L’instant d’une pose

Parmi les plus notoires : des cheveux incroyablement denses (aucune chute pendant 9 mois, ça aide), un visage bouffi sur la fin (avec option “gros glouglou” sous le menton et plis très marqués dans le cou), une poitrine qui a triplé de volume (c’était cool ça !), des bras et des doigts qui ont gonflé du jour au lendemain (au point que je doive aller faire couper mon alliance et ma bague de fiançailles en urgence chez le bijoutier), un ventre resté discret jusqu’au 5 mois… et qui a finalement “explosé” au cours des dernières semaines (avec quelques minis vergetures cadeaux sur le bas ventre) et, enfin, beaucoup de cellulite dans les cuisses et fesses (je n’en avais jamais eue auparavant, elle est apparu, étonnamment, après l’accouchement). Ah, et j’oubliais les petits vaisseaux pétés ça et là, notamment sur les jambes (sachant que j’avais déjà quelques varicosités).

Voilà pour les réjouissances !

A ce jour, et par chance je crois, tout est revenu à la normale : ma cellulite a (presque) entièrement disparu, mes petites vergetures ont blanchi pour passer désormais inaperçues, je me suis réappropriée toute ma garde-robe sans trop de soucis (même mes 501, qui ne passaient pourtant toujours pas le bas des cuisses à + 3 mois…). Ceci dit, mon ventre est toujours bien flasque (la peau continue à bien se balader (“couler” ?) de gauche à droite en fonction de comment je m’allonge), mes “abdos” sont toujours du côté inexistant de la force (bientôt la reprise du sport !) et la peau de ma poitrine reste un peu distendue (je peux la “pincer” et “l’étirer” beaucoup plus qu’avant). Je n’ai pas spécialement envie de vous montrer des photos, d’où ce descriptif délicieusement détaillé et imagé :)

Je me considère donc comme chanceuse, même si je n’aurais sans doute pas fait “tout un plat” de ces micro-stigmates s’ils avaient perduré. Néanmoins j’insiste sur cette notion de chance, dans le sens où nous sommes loin d’être toutes égales devant une grossesse (tant pour soi que pour son bébé, tant pour l’esthétique que pour la santé). C’est la vie, vous me direz… Mais en attendant, et pour en avoir beaucoup parlé avec vous (parfois avec photos à l’appui… merci pour votre confiance car ce genre de partage n’est pas aisé), je sais (et j’ai vu !) combien une grossesse pouvait littéralement marquer, abîmer voire détruire certaines parties de notre corps. Certes, c’est le prix à payer pour (avoir la chance de) donner la vie… mais je comprends tout-à-fait le sentiment “d’injustice” que l’on peut ressentir quand on se retrouve devant des bombes Instagram “back in shape” à peine quelques jours après avoir accouché. C’est dur.

Mais la bonne nouvelle c’est qu’il existe des solutions à ce jour !

C’est dans cette optique que je me suis entretenue avec le Dr Tenorio de la clinique Aesthetics (un lieu que je connais bien, pour l’avoir choisi pour ma micro-lipo), afin d’en savoir plus sur les nouvelles techniques permettant de traiter les désagréments esthétiques (mais pas que) liés au postpartum. J’étais également curieuse de découvrir la vision de ce chirurgien obsédé par le détail et particulièrement sensible au bien-être des femmes et au bonheur des mères.

Priscilla Rossi : Pourriez-vous vous présenter à mes lectrices ?

Dr Xavier Tenorio : Bonjour, je suis chirurgien plasticien, formé principalement en Suisse mais aussi en France et dans d’autres pays comme les États-Unis. J’ai créé la première clinique Aesthetics à Genève en 2008 (il en existe aujourd’hui quatre au total en Suisse : deux à Genève, une à Gstaad et une à Zurich). Nous sommes spécialisés dans les traitements esthétiques (médecine, chirurgie plastique, laser…) et soins visant à améliorer la qualité de vie (nutri-génétique, micro-nutrition, hypnose…).

PR : On le sait, les traitements esthétiques concernent majoritairement les femmes… Mais qu’en est-il des mamans ?

XT : 70% de notre patientèle est féminine, d’ailleurs la plupart ont des enfants. Je vois donc beaucoup de corps post-grossesse. Les femmes sont aujourd’hui particulièrement bien renseignées grâce aux contenus librement accessibles en ligne (sites web, réseaux sociaux, influenceurs…) et elles sont de plus en plus au courant de ce qu’il est possible de faire en postpartum sur leur corps.

PR : Quels changements (traumatismes ?) connaît le corps de la femme au cours de sa grossesse ?

XT : C’est simple : TOUT le corps change (les cheveux, les dents, les sourcils, la peau… absolument tout !). Ceci dit, certaines zones sont bien entendu plus sollicitées que d’autres. La poitrine, tout d’abord, va se mettre naturellement en place pour l’allaitement : la glande mammaire a besoin d’espace pour grossir car elle se prépare à produire du lait. Une fois l’allaitement terminé, celle-ci rétrécira petit-à-petit, et en fonction du type de peau, ces importantes variations peuvent laisser des traces (une peau distendue, une poitrine tombante, des vergetures…). Le ventre, ensuite. Il faut bien se rappeler que l’utérus va prendre une volume incroyable au cours de la grossesse (emmagasinant le poids du bébé, 6 à 8 litres de liquide et aussi la graisse que la femme doit stocker pour assurer la croissance du bébé et l’allaitement, c’est énorme). Les muscles du ventre vont ainsi se séparer au fur et à mesure que l’utérus grandit et la peau va s’étirer, jusqu’à parfois craquer et provoquer des vergetures. Contrairement à une plaie ouverte sur la peau qui montre un épiderme ouvert, les vergetures sont dues à la rupture du derme (la cassure a donc lieu en-dessous de la surface de l’épiderme). Après la naissance du bébé, l’utérus revient progressivement à sa taille normale, les muscles abdominaux essayent de se remettre au milieu du ventre et la peau se rétracte. Il arrive cependant que ces muscles ne parviennent pas à se rejoindre, créant ainsi une “fente” sous le nombril, c’est la diastasis (on peut faire le test en s’allongeant sur le dos et en levant les deux jambes en même temps : s’il y a une bosse sous le nombril au moment de la contraction, il y a probablement une diastasis). La peau est également intensivement sollicitée. Plusieurs critères rentrent en jeu dans sa déformation lors de la grossesse : l’âge (plus une femme est jeune, mieux sa peau va récupèrer), le type (une peau mate sera plus élastique du fait de son taux supérieur en mélanine) et l’hydratation (l’application régulière d’une crème sur les zones qui vont beaucoup s’étirer, par exemple entre le nombril et le pubis). Enfin, une grossesse fait évidemment prendre du poids (12kg en moyenne) et stoker de la graisse. Cette dernière peut se déposer de façon localisée (sur le ventre, les poignées d’amour, les fesses, les cuisses, le visage, les épaules…) et il peut parfois être compliqué de l’éliminer, même plusieurs mois après l’accouchement...

PR : Quelles solutions proposez-vous ?

XT : Tout dépend du type de dégâts. Lorsque ceux-ci sont modérés (petit étirement de la peau de la poitrine, du ventre…), on peut utiliser des techniques non-invasives permettant de raffermir la peau et d’aider le derme à se rétracter (la lumière pulsée IPL et la radio-fréquence sont très efficaces). Nous utilisons également les lampes LED ou Hifu pour produire des ultrasons qui permettent de faire “mûrir” les vergetures plus rapidement (celles-ci étant d’abord rouges, puis violettes, puis marron et enfin blanches) et de réduire leur largeur, les rendant ainsi beaucoup moins visibles (il faut savoir qu’il est impossible de complètement effacer une vergeture). Enfin, on peut faire disparaître les petits dépôts de graisse avec la cryolipolyse (destruction de la graisse par le froid). En revanche, quand les dégâts sont plus sévères (grossesse multiple, gros bébés par rapport au gabarit de la femme etc.), la chirurgie est inévitable pour gommer les traumatismes. Pour traiter une grosse diastasis par exemple, on proposera une abdominoplastie : on retire l’excédent de peau entre le nombril et le pubis, on procède à une lipoaspiration et on resuture les muscles ensemble. Cette opération traite toutes les couches du ventre : excision de la peau abimée, aspiration de la graisse et réparation de la paroi musculaire. Par ailleurs, et d’une manière générale, la lipo (ou micro) aspiration restera la méthode chirurgicale la plus efficace et la moins coûteuse pour redéfinir toute une silhouette postpartum (cuisses, poignées d’amour, bras, visage, épaules…). Pour finir, dans le cas d’une ptose sévère (seins qui tombent), on pourra faire un lifting mammaire (réduire la quantité de peau) et redonner du galbe à la poitrine avec des prothèses ou un transfert de graisse.

PR : Dans quels cas considérez-vous la chirurgie comme la seule solution (lorsque le corps n’es plus capable de se “rétablir” naturellement, même avec du sport et un régime alimentaire sain) ?

XT : Lorsque la peau s’est trop étirée et qu’il y a un fort excédent de peau ou de grosses vergetures. Mon expertise me permet de déterminer quel type de traitement sera efficace dans chaque situation et pour chaque femme.

PR : Proposez-vous des solutions “tout-en-un” pour restaurer l’intégralité du corps de la femme ?

XT : Nous pouvons en effet réparer le corps de la femme dans son intégralité, afin de traiter toutes les déformations de la grossesse. La partie chirurgicale se déroule en une seule fois (souvent abdominoplastie + chirurgie mammaire) : elle est ainsi moins coûteuse que si l’on procédait à ces opérations individuellement (compter environ 14’000 – 15’000 francs suisses en tout). Pour un résultat optimal, on peut associer la chirurgie à plusieurs séances de radiofréquence ou d’IPL (1’000 francs suisses les 5 séances).

PR : A quel moment peut-on envisager ces traitements ?

XT : L’idéal est d’attendre au moins trois mois car c’est le moment où le corps commence à se stabiliser. On peut ceci dit commencer les traitements non invasifs comme la radio-fréquence dès huit semaines afin d’aider la peau à se raffermir rapidement. Je recommande aussi d’attendre la fin de l’allaitement pour ne pas perturber inutilement la glande mammaire qui doit rester intacte pour l’alimentation du bébé. Je suis une grand partisan de l’allaitement, tant pour le contact mère-bébé que pour la santé de ce dernier, cela doit primer sur toute intervention esthétique à mon sens.

PR : On pense souvent aux cliniques esthétiques pour l’apparence physique mais pouvez-vous également apporter des solutions d’ordre “thérapeutiques” ou de confort ?

XT : Bien sûr. Nous comptons par exemple dans notre équipe un chirurgien plasticien spécialiste du périnée. Ce muscle est particulièrement sollicité lors de la grossesse et de l’accouchement. De petites interventions chirurgicales simples, rapides et sans cicatrices existent pour soigner beaucoup de maux, tels que l’incontinence par exemple. J’aimerais beaucoup que le corps médical crée davantage de services postpartum pour les femmes car celles-ci vivent encore tant de désagréments (cicatrices douloureuses d’épisiotomies ou de césariennes, incontinences…). Il n’y a pas si longtemps encore, la gynécologie obstétrique pouvait être “agressive” et stressante pour les femmes qui accouchaient (on ne pensait qu’à “sortir le bébé” !). Je me suis plusieurs fois retrouvé devant des cicatrices d’épisiotomies dramatiques, qui provoquaient de grosses douleurs à mes patientes plusieurs années après… Or, dans la plupart du temps, ces dégâts sont réparables (on peut par exemple injecter localement des corticoïdes ou retravailler la cicatrice pour atténué la douleur). Mais beaucoup de femmes ne le savent pas malheureusement. Il y a aussi la question du mental, du bien-être, de la fatigue… J’ai la chance d’avoir 4 enfants (dont des triplés !) : j’ai conscience du stress que peut générer la maternité chez les femmes. Il est primordial de leur apporter du soutien émotionnel et affectif. Je retrouve beaucoup de patientes stressées ou en détresse car elles ne dorment plus et se sentent dépassées par les besoins gigantesques des petits… Or on ne peut pas ignorer la dimension émotionnelle lorsque l’on transforme ou répare un corps. Tout est lié. Nous avons justement une spécialiste de l’hypnose à la clinique, qui aide les femmes à libérer les courants d’énergie positive et à débloquer certaines douleurs, comme les douleurs “fantômes” (ressenties dans le ventre ou la poitrine, même après la fin de la grossesse ou de l’allaitement). La santé et le confort émotionnels doivent plus que jamais être pris au sérieux.

PR : Qu’est-ce qui vous plaît autant dans les opérations postpartum ?

XT : Je suis très émotif vis-à-vis de mes interventions et de mes patientes. Je veux, à chaque fois, être meilleur que la dernière fois. Mon objectif est de faire en sorte que ma patiente se réveille heureuse (notre devise, “Votre bonheur est notre vision de la perfection” en dit long !). J’adore réparer ces corps “abimés” par la grossesse car il s’agit de traces d’événement heureux (en comparaison à des blessures d’accidents ou de maladies). Pour moi, c’est comme si je faisais un peu partie de l’histoire de ce corps et cela ma touche.

PR : Pour conclure, un bon conseil à une femme en début de grossesse ou qui vient d’accoucher ?

XT : Bien hydrater sa peau pour la préparer aux changements à venir. Après l’accouchement, bien suivre sa rééducation périnéale, prendre son temps pour l’allaitement (car ce n’est pas si simple !), ne pas hésiter à se faire aider ou conseiller par des professionnels… Nous sommes d’ailleurs disponibles pour parler de tout cela et rassurer les femmes.

Merci infiniment au Dr Tenorio d’avoir pris le temps de répondre à ces questions en toute sincérité et gentillesse.

J’espère que, comme moi, vous aurez appris deux / trois petites choses concernant le corps en postpartum :)

Article réalisé en collaboration avec Aesthetics Clinic

Les réponses du Dr. Grosdidier de la Clinique du Lac à toutes vos questions sur la chirurgie esthétique !

Bonjour bonjour !

Que vous ayez ou non participé à mon appel à questions le mois dernier sur le sujet de la chirurgie esthétique, il y a fort à parier que l’article du jour vous intéressera. Pourquoi ? Tout simplement parce que j’ai eu la chance de passer un moment avec le Dr. Grosdidier, chirurgien principal de la Clinique du Lac (un lieu de médecine esthétique nouvellement implantée à Genève, en Suisse, mais qui existe également depuis plusieurs années à Aix-les-Bains, côté français, pour les chirurgies), qui a bien voulu répondre à toutes VOS questions (que vous m’aviez transmises par tous les biais possibles et imaginables: mails, DM, réponses à mes IG stories…) ! Merci d’ailleurs pour vos partages, votre enthousiasme  et votre confiance ;)

Pour celles qui n’auraient pas tout suivi (ouh les vilaines !), j’ai eu envie d’organiser cette discussion car vous êtes tous les jours nombreuses à me questionner sur le sujet de la médecine / chirurgie esthétique: c’est toujours avec beaucoup de plaisir que je vous réponds, sur la base de mon expérience, néanmoins, n’ayant ni les connaissances ni la formation pour vous orienter, il m’a paru judicieux et intéressant de solliciter l’avis d’un véritable professionnel, et de tourner cela de façon interactive. Le fait que l’échange ait eu lieu en live sur Instagram vous a également permis de réagir et rebondir en direct, pour notre plus grand plaisir.

Revenons donc sur vos interrogations et, surtout, sur les réponses du Dr. Grosdidier :)

mercredie-blog-mode-beaute-chirurgie-esthetique-chirurgien-clinique-du-lac-medecine-esthetique-led-laser-geneve-suisse-romande-interview-live-instagram-direct-dr-grosdidier-chirurgien


**************************** LE VISAGE *****************************

(traitement des rides, injections, rhinoplastie et tutti quanti)

– Quelle différence entre botox et acide hyaluronique ?
Dr. Grosdidier: Bien que l’objectif soit le même (traiter les rides), les deux n’ont rien à voir. Le botox est une toxine qui permet de bloquer la transmission entre le nerf et le muscle, et donc de relâcher ce dernier. Il s’utilise typiquement au niveau du front ou pour diminuer les ridules autour des yeux, mais peut avoir un petit côté “figeant”: il est donc clef de savoir jouer sur les quantités afin de conserver une petite motricité pour un résultat plus naturel (les expressions du visages sont toujours visibles !). L’acide hyaluronique, quant à lui, vient apporter du volume (dans le but de combler une ride, un sillon nasogénien ou des joues creuses par exemple). Il peut aussi être utilisé pour augmenter la taille des lèvres, pour réparer une cicatrice creuse ou pour traiter les cernes (lorsqu’il s’agit d’un creux marqué et non pas d’une poche graisseuse).

– Quelle sont les méthodes les plus efficaces pour faire disparaître des petites rides ?
DG: Tout dépend de la zone concernée: sur le front, on va pouvoir détendre le muscle avec du botox, mais pour les joues, on utilisera plutôt de l’acide hyaluronique. Quoi qu’il en soit, ces produits sont résorbables: le résultat du botox dure six mois maximum, de six à douze mois pour ce qui concerne les traitements à l’acide hyaluronique.

Que se passe-t-il lorsque l’effet du produit commence à s’estomper ?
DG: C’est “retour à la case départ” avec le botox (la contraction du muscle reprend, tout simplement). Avec l’acide hyaluronique en revanche, la zone conservera malgré tout un aspect légèrement repulpé que l’on pourra alors parfaire au fil des retouches (au bout de trois ou quatre injections par exemple, on n’a beaucoup moins besoin d’en mettre).

– Peut-on réellement moduler le dosage du botox ?
DG: Parfaitement. Certains médecins aiment figer complètement pour obtenir un visage 100% lisse… Mais ceci est de moins en moins la demande des patients qui réclament plus de naturel, d’où la nécessité de savoir justement adapter ces dosages.

– Que faire pour traiter des paupières tombantes ?
DG: On peut mettre une petite goutte de botox qui va légèrement relever la partie extérieure du sourcil pour ouvrir le regard. En revanche, lorsqu’on a vraiment un excès de peau, il faut alors la couper (chirurgie obligatoire). Tout dépend donc de la personne puisque nous avons tous des formes de paupières différentes (les asiatiques par exemple n’ont pas, ou très peu, de pli).

– Que pensez-vous des rhinoplasties par injection d’acide hyaluronique ?
DG: L’acide hyaluronique est très polyvalent. Sa mission est d’apporter du volume donc on peut l’utiliser pour remodeler légèrement un nez et lisser sa forme, dans le cas de petits défauts (bosse modérée, petite encoche…). Dans le cas d’une grosse bosse ou d’une pointe de nez très élargie par exemple, la chirurgie devient nécessaire pour corriger ces défauts. Cette technique est résorbable, néanmoins rien n’empêche de faire des retouches: cela reste beaucoup moins invasif qu’une chirurgie, et d’un point de vue prix aussi, cela peut être avantageux (sachant qu’une seringue coûte entre 400 et 500.-).

– Quelle technique pour retirer des grains de beauté ?
DG: L’avis d’un dermatologue est primordial avant tout traitement. A partir du moment où son diagnostic indique une lésion bénigne, un traitement laser devient alors envisageable (c’est la technique qui laissera le moins de trace).

– Comment réduire les taches pigmentaires liées à l’acné ?
DG: Quelle que soit la peau (blanche, mate, métisse…), il va falloir attendre des années pour que la pigmentation s’atténue et s’homogénéise d’elle-même, petit-à-petit. Une approche au cas par cas est nécessaire pour savoir quelle technique préconiser (laser par exemple), et pour éviter tout risque de sur-pigmentation.

 

***************************** LA SILHOUETTE *****************************
(liposuccion, cicatrices, plis et cetera)

– Peut-on corriger la peau du ventre qui s’est relâchée après une grossesse ?
DG: Tout dépend du niveau de relâchement. Dans le cas de simples vergetures, des techniques de lumière pulsée ou de LED peuvent aider en stimulant la rétraction des tissus, on peut également préconiser du laser pour stimuler cette même rétraction en l’agressant thermiquement (mieux vaut s’y prendre le plus tôt possible). Dans le cas d’un plus gros relâchement, il faudra passer par la chirurgie pour retendre la peau. On peut aussi faire les deux (chirurgie d’abord, puis les LED, lumière pulsée ou laser pour soigner les vergetures et la cicatrice de chirurgie).

 mercredie-blog-mode-beaute-chirurgie-esthetique-chirurgien-clinique-du-lac-medecine-esthetique-led-laser-geneve-suisse-romande-avis

 

– Comment se passe la convalescence après une liposuccion ?
DG: Dans la plupart des cas, il faut porter un vêtement de contention pour maintenir et plaquer les tissus pour assurer une bonne cicatrisation. Les douleurs sont très variables selon les zones (les hanches par exemple sont plus sensibles), mais dans tous les cas, il faut prévoir un arrêt de dix à quinze jours. Les résultats quant à eux sont visibles à trois, quatre, cinq voire six mois, il faut donc beaucoup de patience également !

– Quels sont les résultats pour le traitement de cicatrices chéloïdes au laser ?
DG: On laisse généralement évoluer une cicatrice pendant un an voire un an et demi avant toute mesure. Si, malgré les massages et les soins locaux, celle-ci ne se rétracte pas, on considère qu’elle est chéloïde (cicatrice qui continue à être inflammatoire, il s’agit d’une mauvaise réaction du corps). Généralement, on procède ensuite par injection de corticoïdes dans la cicatrice pour calmer cette inflammation et la faire se rétracter, puis laser (ce dernier ne va pas traiter la chéloïde, mais en améliorer l’aspect final).

 

**************************** LA POITRINE ***************************
(tout, tout, tout sur les tétés, qu’il s’agisse d’augmentation ou de réduction d’ailleurs !)

– Que faire pour relifter une poitrine tombante après une variation de poids importante ou une grossesse?
DG: Lorsqu’une poitrine est tombante (on parle de “ptose”), il y a excès de peau. Il va falloir le faire disparaître par de la chirurgie: cela veut dire que le chirurgien sera contraint de faire des cicatrices (un compromis qui n’est pas toujours bien acceptée), nécessaires pour remonter le niveau de l’aréole (qui ont tendance à pointer vers le bas lorsque les seins tombent). Selon le stade de ptose, on peut alors faire une cicatrice verticale, autour de l’aréole ou horizontale sous le sein. S’il y a un souhait d’apporter un peu plus de volume, une prothèse pourra alors être insérée (et aidera, par la même occasion, à retendre la peau). Néanmoins, les prothèses ne sont pas indispensable pour corriger une poitrine tombante !

– J’ai une trop grosse poitrine par rapport à ma taille et ma morphologie… que faire ?
DG: Une réduction mammaire est possible. L’opération se passe sous anesthésie générale (en ambulatoire ou avec une nuit à la clinique). On va venir réduire le volume mais aussi modifier la forme car en général un sein trop gros a tendance à tomber, il faut donc le remonter (ce que j’expliquais un peu plus haut). Une fois le remodelage exécuté, la patiente se réveille avec un gros pansement (qui maintient le tissu glandulaire), qu’elle devra conserver plus ou moins longtemps pour la cicatrisation. Les fils sont retirés après 15 jours (entre temps, des soins locaux peuvent être effectués par la patiente). Le port d’un soutien-gorge spécial pendant un à deux mois est aussi préconisé. Prévoir entre une à deux semaines de convalescence. En fonction du volume retiré, le prix de cette opération varie entre 4500 et 6000.-.

– Quid de la sensibilité suite à une opération (augmentation ou réduction mammaire) ?
DG: Il y a toujours une perte de sensibilité après une telle opération, néanmoins elle est dans la plupart des cas temporaire.

– J’envisage une augmentation mammaire, mais j’ai la peau noire et je crains d’avoir une grosse cicatrice…
DG: Il est difficile d’anticiper à 100% comment se passera la cicatrisation d’une peau foncée (le risque de cicatrice chéloïde ou sur-pigmentée est plus important que pour les peaux claires). Mais il est également possible de passer la prothèse sous le sein pour un résultat plus discret (puisque la cicatrice est camouflée dans le pli).

– Quel lien entre cancer du sein et prothèse ?
DG: Il n’y a aucune relation clairement établie entre les deux. Il est important de savoir qu’une prothèse ne gêne aucunement le suivi de santé. Idéalement, on contrôle d’ailleurs le sein avant l’opération. Par la suite, les mammographies sont faisables normalement, la prothèse étant transparente. Idem pour les palpations.

– Le sport après une chirurgie mammaire est-il possible ?
DG: Après un traitement de ptose ou une réduction mammaire, il faut compter un bon mois avant de reprendre une activité sportive pour que le tissu glandulaire cicatrise bien. Dans le cas d’augmentation avec prothèses, surtout si celles-ci sont placées sous le muscle pectoral, il faut se laisser bien deux mois avant de pouvoir réactiver le haut du corps (au risque de déplacer la prothèse).

 

************************* QUESTIONS D’ORDRE GÉNÉRAL *************************

– Que faut-il vérifier lorsque l’on recherche un chirurgien ?
DG: Évidemment, qu’il est bien diplômé ! Le plus important ensuite est le relationnel, et ce dans les deux sens: si l’attente de la patiente est mal comprise par le chirurgien, celle-ci ne sera pas satisfaite et, inversement, si la patiente ne comprend pas ce que le chirurgien raconte, les suites de l’opération ne seront pas entreprises correctement (risques de mauvaise cicatrisation etc). Une excellente communication entre les deux parties est donc primordiale et doit être constatée dès la première consultation. Pour être sûr que les deux parlent bien de la même chose, il peut aussi être judicieux de montrer quelques photos (mais il faut aussi garder en tête que la plupart des photos de stars sont retouchées): cela évite toute incompréhension. Plus il y a de moyens de mieux saisir les envies de la patiente, mieux sera le résultat !

– Y a-t-il des moments de l’année plus propices que d’autres pour subir une intervention ?
DG: Techniquement, il n’existe aucune contrainte (les différentes températures rencontrées au cours de l’année ne posent pas de problème par exemple). En revanche, la saison peut avoir une incidence sur le confort de la patiente: une chirurgie abdominale qui nécessite de porter un gros pansement ainsi qu’une gaine sera forcément plus désagréable à vivre en plein mois d’Août caniculaire que pendant le reste de l’année. Il faut aussi bien penser à protéger toute cicatrice du soleil. Les traitements lasers ne sont ainsi pas du tout recommandés pendant la période estivale (ou juste avant).

Voilà, vous savez tout. Et si des questions persistent, n’hésitez pas à les partager en commentaires ! Encore une fois, un immense MERCI à la Clinique du Lac pour son accueil et pour nous avoir permis d’organiser cette rencontre.

mercredie-blog-mode-beaute-chirurgie-esthetique-chirurgien-clinique-du-lac-medecine-esthetique-led-laser-geneve-suisse-romande-rue-arquebuse-accueil

mercredie-blog-mode-beaute-chirurgie-esthetique-chirurgien-clinique-du-lac-medecine-esthetique-led-laser-geneve-suisse-romande-rue-arquebuse-entree

Clinique du Lac
Rue du l’Arquebuse, 7-9, 1204 Genève
Téléphone: + 41 (0)22 322 00 90

Outre la chirurgie esthétique, La Clinique du Lac propose également plusieurs traitements de médecine esthétique dont notamment les dernières techniques de laser et de détatouage.

mercredie-blog-mode-beaute-chirurgie-esthetique-chirurgien-clinique-du-lac-medecine-esthetique-led-laser-geneve-suisse-romande

Article réalisé en partenariat avec la Clinique du Lac.